AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le Pays des Dieux

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lysandre Hirune
Olaril
Olaril
avatar

Nombre de messages : 6397
Age : 33
Date d'inscription : 03/01/2008

.:: Le Carnet ::.
Âge du Personnage: 42 ans
Profession: Chasseresse / Chef Olaril
Positionnement : Régulier
MessageSujet: Le Pays des Dieux   Lun 5 Avr - 13:04

Le Pays des Dieux


Music by Jeremy Soule - Morrowind


Le paysage n’était plus que ciel, au-delà du col, lorsque le groupe se sépara.
Cela faisait des semaines qu’ils marchaient dans la neige, dans le vent. Pour la plupart, il avait été difficile de se remettre tout à fait du choc de l’Avalanche. Les pas étaient prudents, les regards anxieux, et l’on prenait parfois la décision de séparer le groupe, comme ce fut le cas alors. Les plus solides laissèrent derrière eux les plus fatigués : celles des femmes qui n’avaient plus toutes leurs facultés, poussées à bout par l’épuisement, les enfants, les vieillards. Avec eux on laissa les bêtes et les fardeaux. Légers, ils escaladèrent le dernier pic, laissant un campement qui savourait un peu de répit, et bien vite le ciel ne fut plus le seul tableau qu’ils avaient à observer.

Une vallée vint le souligner, verdoyante, immense. Une nature si docile, qui se remettait tranquillement des affres de l’hiver. Et pour la surplomber, ce fut une Cité gigantesque. Des édifices hauts, venus déchirer l’horizon, ciselés, d’une telle maîtrise qu’elle ne pouvait être humaine. Pour présenter une telle splendeur, ce ne pouvait être que la Cité des Dieux tant convoitée. Un organe minéral qui dominait un territoire d’une grandeur telle qu’ils n’auraient jamais pu l’imaginer. Plus vaste que le Raun, plus vaste que l’Umber, la Gérax et leurs plaines réunis. Alors le groupe resta là, estomaqué, plongé dans un silence religieux. Certains tombèrent à genoux en priant les Dieux pour les remercier d’avoir su les guider, d’autres reprenaient brutalement leurs esprits, pressés de lever le camp, et de parcourir la si courte distance qui, à présent, les séparait de ce Nouveau Monde.

C’était donc pour leur offrir un spectacle somptueux, qu’ils avaient enduré tout cela. Les desseins des Dieux avaient finalement une finalité heureuse. A présent que l’enthousiasme les gagnait, il n’était plus personne pour en douter.

Lysandre parla, et il fut décidé de se remettre en route. Le groupe partirait en éclaireur, il fallait descendre, il fallait gagner les plaines, s’assurer qu’ils étaient bien en passe de pénétrer le royaume des Dieux. Il fallait gagner l’incroyable cité.
L’inquiétude gagna certains Olarils, impressionnés. Eux qui considéraient le Palais Edorta, les Arènes comme des bâtiments sensationnels… La plus petite chaumière leur paraissait tellement plus impressionnante, à présent. Ils avaient quitté des ruines.

Alors le groupe se remit en marche, et l’on entreprit de serpenter sur les flancs.

Il leur fallut quelques heures pour fouler enfin le sol moelleux que le printemps avait offert à la vallée. Après la roche, la neige, la terre sèche, fine et rude, ce sol accueillant, généreux leur mit du baume au cœur, et ils ne furent pas rares ceux qui le palpèrent, gourmands. L’hiver était derrière eux, dans les monts où attendaient femmes à bout de forces, enfants, vieillards… Que n’étaient-ils là pour savourer un tel spectacle… Ici le printemps était bon, savoureux.
Alors, après une prière pour leur Arestim, en proie aux inondations selon les prédictions qui avaient été faites, le groupe se remit en marche. Ils devaient gagner la Cité des Dieux, voir par eux-mêmes, et puis ils retrouveraient les autres, les ramèneraient… Ils repartiraient en ces lieux.

Ils n’avaient pas marché bien longtemps, s’extasiant de l’ordre et du savoir faire de ceux qui avaient cultivé cette terre, exploité des richesses extraordinaires, lorsqu’ils les virent approcher.

Les dieux. Ils étaient nombreux, marchaient en ordre, vêtus de métal de la tête aux pieds. Le groupe s’arrêta et les jugea. Etaient-ils les guides qui devaient les mener à la fameuse Cité, écrasante à présent qu’ils approchaient son enceinte ?


***

    Ils avaient eu des ordres très clairs : Ceux qui montaient une armée et qui marchaient sur la Cité seraient bientôt là ; il fallait au plus vite organiser la protection des civiles, et notamment faire entrer à l'intérieur des puissants murs d'enceinte les paysans qui travaillaient encore dans les champs, préparant le semi.

    Aussi, un petit groupe de Soldats était-il chargé de regrouper les Agriculteurs en leur priant de se presser de rentrer à l'intérieur de la Capitale. Lorsqu'ils virent marcher, presque de façon insouciante, une bande de cultivateurs qui semblaient encore plus sales et plus cul-terreux que les autres, la Garde s'approcha pour leur demander de se dépêcher un peu. Les autres parurent ne rien comprendre et les regarder comme s'ils étaient le Gardan Edorta lui-même... Ils furent bien sûr tous intrigués de les voir les admirer, tout comme ils souriaient presque de constater comme ils avaient l'air primitifs. Pourtant, ils avaient eu des ordres, et ils escortèrent les paysans vers la Cité.

    Après tout, les agriculteurs étaient souvent considérés comme assez grossier : ceux-là étaient juste plus ruraux que la normale. Ils seraient de toute façon conduits jusqu'aux Quartiers des Humbles, et ils auraient à se débrouiller après. Les Soldats n'avaient pas à leur trouver des toits, non plus.

***

Ils les conduisirent à leur but ultime.

L’inquiétude et la méfiance que certains Olarils avaient manifesté à l’approche des hommes d’acier s’était envolée, et ce même chez les Chasseresses de Lysandre, qui avaient abaissé les arcs bandés par prudence. Ils avaient compris ce qui se passait à temps, et le Chef les invita à se montrer dociles.
Il n’y eut pas un Olaril pour défier ce conseil.

Ces hommes étaient là pour les accueillir. Ils avaient eu raison de partir, et bientôt ils connaîtraient le bonheur d’une nouvelle vie, plus riche, pleine de connaissance. Etait-ce Aimar le premier, qui les retrouverait ? Leur enseignerait-il le Monde et ses Secret ? Bakarne, pour louer leur courage sans borne et les en récompenser… ?
Retrouveraient-ils, enfin, ceux des leurs qui leur avaient été enlevés… ? Ne disait-on pas qu’ils avaient rejoint le Royaume des Dieux ?

Sitôt le mot passé, tous se mirent en route, un air de franche admiration sur le visage pour ces hommes qui portaient un métal luisant, noble, sur tout le corps.

Le plus formidable des voyages que leur peuple avait eu à entreprendre touchait à sa fin.
Les Olarils étaient sur le point d’accomplir le destin qui était le leur.





Merci Public, je fais tout ça pour vous =]


Dernière édition par Lysandre Hirune le Mer 5 Mai - 20:56, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dixcordes.deviantart.com/
Lysandre Hirune
Olaril
Olaril
avatar

Nombre de messages : 6397
Age : 33
Date d'inscription : 03/01/2008

.:: Le Carnet ::.
Âge du Personnage: 42 ans
Profession: Chasseresse / Chef Olaril
Positionnement : Régulier
MessageSujet: Re: Le Pays des Dieux   Lun 5 Avr - 13:27

Like a Star @ heaven Vous l'aurez compris, les Olarils du haut de l'Aiguille contemplent un tout nouveau monde, qui semble déjà passé dans le Printemps. Face à eux, si proche, une immense cité, un réel bijou d'architecture : Edor Adeï. Ils ont donc bien trouvé le Pays des Dieux.

Cependant, voici qu'à peine descendu les yeux pleins d'étoiles vers les champs verdoyants qui entourent la ville, qu'ils voient arriver une troupe de Soldats en armure étincelantes, qui les escortent au coeur même de la Cité. Trop impressionnés, vous n'avez pas bougé, pas bronché.

Étrangement, vous avez du mal à comprendre correctement ces Dieux : ils parlent un langage si élégants, si noble, que c'en devient presque une autre langue. Vous voilà débarqués dans les ruelles de la Ville Basse, sans savoir que faire. Certes, les Autochtones -les Dieux ?- vous regardent un peu comme si vous étiez très mal habillés, mais vous êtes perdus et dépassés par les événements.

Les Olarils auront donc à comprendre où ils se trouvent, ce qu'il se passe, et qui sont ces Dieux. S'ils le sont réellement...

Like a Star @ heaven N'oubliez pas que vous êtes pour l'instant en groupe. Mais libre à vous de vous éloigner, et d'aller à la rencontre des ... Dieux.

Like a Star @ heaven Vous avez de la lecture ! Tout vous est dévoilé sur ce nouveau Peuple, les Ilédors, que les Olarils prennent pour des Dieux. Attention, vos personnages, eux, n'en sauront qu'au fur et à mesure que vous leur ferez glaner des informations Wink

Like a Star @ heaven Les Ilédors sont une race Jouable ! Le double-compte vous démange ? Go ... !! Pour toute question, postez à la suite de ce message ou par MP.





Merci Public, je fais tout ça pour vous =]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dixcordes.deviantart.com/
 
Le Pays des Dieux
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Haiti sur une liste de pays juges ennemis de Wasington
» Haiti des années 60-70-80: Le pays était-il mieux sous Papa et Baby Doc ?
» Canada, le Pays le Plus Accueillant au Monde pour les Expatriés
» Wikileaks: Les pays Arabes peu tendre envers l'Iran
» Les EUA ne pourra plus soutenir les pays dependants....

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Tables d'Olaria :: Introduction à Olaria :: ♦ Intrigues & Scénario-
Sauter vers: