AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Bruine, rumeurs et herbes fraîches...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Glyssiin Aryassat
Olaril
Olaril
avatar

Nombre de messages : 187
Age : 27
Date d'inscription : 20/06/2008

.:: Le Carnet ::.
Âge du Personnage: 20
Profession: Saltimbanque
Positionnement : (Future) Opposante à Lysandre...
MessageSujet: Bruine, rumeurs et herbes fraîches...   Lun 16 Fév - 20:51

Glyssiin passa les portes d'Olaria en sifflotant, suivie de près par Krashin, son vieil étalon. Elle n'avait pas besoin de longe pour qu'il la suive, portant docilement les deux odorants paniers de simples qu'elle venait de récolter. Elle comptait les faire sécher, et en donner une partie à sa mère, aussitôt qu'elle aurait l'occasion de passer la voir.

Le temps était assez peu engageant: une fine bruine imbibait tout, donnant aux vêtements la consistance d'éponges gorgées d'eau, mais sans qu'on puisse se sentir réellement mouillé. Il ne faisait pas vraiment froid, et il n'ya avait pas de vent, ce qui était un bon point, mais cela n'avait pas empêché la plupart des gens de relever leur capuchon, pour ceux du moins qui sortaient malgré les conditions météorologiques.
Glyssiin, elle, avait simplement passé un petit châle sur ses épaules. Sa longue jupe noire couverte de perles rouge sang cliquetais à chacun de ses pas, et ses pieds nus couverts de boue éméttaient de petits bruits de sucion lorsqu'il quittaient le sol. Elle tenait à la main une paire de sandales de cuir fin, ôtées pour mieux les protéger de l'usure, et un long ruban rouge pendait de son opulente chevelure alourdie de pluie.

De loin en loin, quelques badauds bravaient la pluie et bavardaient au coin d'une terrasse, probablement au sujet des jeux de Bakarne. Glyssiin n'avait pas pu y assister, car elle se trouvait trop loin des arènes, et avec un étalon malade sur les bras... Mais elle savait que leur avancement avait provoqué de vives réactions. Néanmoins, même compte tenu de ceci, l'agitation qui les suivait était plus intense que d'ordinaire...

Haussant les épaules, la saltimbanque dépassa un groupe de jeunes gens qui gesticulait sous un porche, et pénétra dans le corps de garde. elle n'y connaissait personne, et tout le monde à la fois: chacune de ses visites rencontrait un visage différent, mais on semblait souvent savoir à peu près qui elle était... Et on connaissait toujours au moins un membre de sa famille.


"Bonjour!"


Elle adressa un sourire à la cantonade et ôta son châle, sachant qu'elle pourrait attendre ici la fin de l'averse, lorsqu'on s'adressa à elle...


[Hum, pas très bon tout ça... Je ferais mieux pour les prochains posts ><]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Oril Elanessë
Olaril
Olaril
avatar

Nombre de messages : 207
Age : 30
Date d'inscription : 29/03/2008

.:: Le Carnet ::.
Âge du Personnage: 20 ans
Profession: Patissier/Garde
Positionnement :
MessageSujet: Re: Bruine, rumeurs et herbes fraîches...   Lun 16 Fév - 22:04

Certains disent que le temps influence le moral. C’est en général vrai, le gens sont plus apte au rire et à la joie lorsque le soleil braque ses rayons sur eux.
Le poste de garde quand à lui semble suivre le climat extérieur, si ce n’était les flamme de l’âtre il y ferait presque noire et aussi froid qu’a l’extérieur. Le feu, c’est précisément ce qui fait qu’Oril préfère être ici plutôt qu’a la place de ses collègues patrouillant sur la palissade.
La porte du poste de garde laissant place à la saltimbanque qui apportera avec elle un vague d’air froid faisant vaciller les flamme.


Torranz je sais qu’il fait pas un temps à laisser traîner un chien dehors mais on a tiré à la courte paille et c’est toi qui a reçu le premier quart alors hop t’y retourne.


S’attendant à quelque grognement et à l’habituellement série de jurons qui devaient venir Oril sera tellement surpris qu’il lèvera lentement les yeux de l’arc sur lequel il était occupé à fixer une corde pour voir ce qui ce passe.
Comme il aurait du s’en douter ce n’était pas Torranz qui se trouvait la. Tout d’abord l’entrée avait été bien trop discrète au vu du gabarit et l’emportement dont fait parfois preuve le garde.
Un bonjour échappera à l’un des plus belle femme qu’il est vu en arestim à ce genre, un sourire contrit se glisse sur ces lèvres quand il se rend compte de sa bêtise et il s’empresse de lui répondre à Glyssiin histoire de dissiper sa gène.


Bonjour Glyssiin.

En effet tout le monde la connaissait. Enfin pour l’instant cela faisait au moins une personne. Sur le toits de chaume de l’abris les première vrai gouttes de pluie remplaceront bruine à des intervalle encore espacé pour laisser espérer un faible crachin.

Cela fait longtemps que vous n’êtes pas passé par ici. Certain des nôtres commençaient à désespérer. Vous voulez vous asseoir ? Quelque chose à boire, nous n’avons malheureusement que de l’eau ici. Comme s’il n’en tombait pas suffisamment dehors.

Il désignera la table au centre de la pièce près du feu ou lui-même ce trouve. Plusieurs arcs sans corde reposent dessus ainsi qu’un plein carquois de flèches sans empêne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Glyssiin Aryassat
Olaril
Olaril
avatar

Nombre de messages : 187
Age : 27
Date d'inscription : 20/06/2008

.:: Le Carnet ::.
Âge du Personnage: 20
Profession: Saltimbanque
Positionnement : (Future) Opposante à Lysandre...
MessageSujet: Re: Bruine, rumeurs et herbes fraîches...   Mar 17 Fév - 21:16

Un poste de garde n'est jamais totalement calme, cela Glyssiin l'avait appris au fil du temps. Lors de son premirer passage ici, à cause d'une brusque averse de grêle, la saltimbanque avait été surprise par le mouvement perpétuel qui semblait règner là. Certes, avec une famille comme la sienne, Glyssiin avait l'habitude des environnements agités, même faiblement -à dire vrai, chez elle, c'était plutôt le calme qu'on trouvait anormal- mais elle ne s'était pas attendue à retrouver le même désordre organisé dans un lieu si fermement encadré... Du moins à ce qu'on en disait.
Mais donc, il y avait toujours du mouvement, dans cette partie de la ville, aussi la danseuse ne fut-elle guère surprise qu'on la confonde avec un garde... Bien que ledit garde fit vingt-cinq centimètres et pas mal de kilos de plus qu'elle.

'Torranz je sais qu’il fait pas un temps à laisser traîner un chien dehors mais on a tiré à la courte paille et c’est toi qui a reçu le premier quart alors hop t’y retourne.'


Celui qui l'avait ainsi interpellée, un grand gaillard aux cheveux bicolores, Glyssiin l'avait déjà croisé une ou deux fois, sans vraiment lui adresser la parole. C'était cependant suffisant pour se souvenir de lui, et de son prénom: Oril. D'ailleurs, lui-même avait manifestement mémorisé le nom de la saltimbanque puisqu'il se reprit rapidement, l'air contrit:

'Bonjour Glyssiin.'


Glyssiin sourit et jeta un oeil à travers la fenêtre: comme elle s'en doutait, on avait déchargé Krashin, et on l'avait installé dans une stalle vide. Etre connue avait du bon.


"Bonjour Oril." Elle lui adressa un petit sourire amusé, puis poursuivit: "Le temps n'est pas si terrible, à mon avis... Mais je peu comprendre qu'une garde dans ces conditions paraisse peu attrayante à Torranz."


Peu d'Olarils auraient apprécié une telle météo, de toute manière...

'Cela fait longtemps que vous n’êtes pas passée par ici. Certain des nôtres commençaient à désespérer.'


Glyssiin sentit son sourire s'agrandir, à la fois amusée et flattée par la remarque du garde, qu'elle ne releva cependant pas. Elle retint un léger rire en songeant à sa mère, qui depuis quelque temps semblait prise d'une véritable frénésie de mariage -pour ses filles du moins. Avec les temps troublés par lesquels les olarils passaient, Flèche semblait penser que ses enfants seraient bien plus en sécurité avec des maris pour s'occuper d'elles, et si elle avait pu entendre le pâtissier parler, elle aurait sûrement tenter d'orienter la conversation sur cette question... au grand désespoir de Glyssiin.

'Vous voulez vous asseoir ? Quelque chose à boire, nous n’avons malheureusement que de l’eau ici. Comme s’il n’en tombait pas suffisamment dehors.'


"De l'eau me conviendra très bien, merci." Dit-elle avec un sourire. "La pluie ne me dérange pas assez pour étancher ma soif!"


En fait, le simple fait même de voir tout ce liquide couler le long des murs suffisait à lui donner soif...
La saltimbanque accepta le siège qu'on lui offrait et s'installa à gauche d'Oril, son dos presque nu tourné vers le feu. La saison fraîchissait, et elle devrait bientôt porter une chemise sous ses gilets mais, pour l'heure, son ventre, le bas de son dos et ses bras étaient nus, hérissés de chair de poule. Elle rassembla ses jambes contre son buste, et repoussa ses cheveux trempés derrière ses oreilles, dévoilant ainsi sa cicatrice, à laquelle les flammes donnaientun aspect presque brillant.


"Alors," interrogea-t-elle, "Quelles sont les nouvelles depuis mon dernier passage?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Oril Elanessë
Olaril
Olaril
avatar

Nombre de messages : 207
Age : 30
Date d'inscription : 29/03/2008

.:: Le Carnet ::.
Âge du Personnage: 20 ans
Profession: Patissier/Garde
Positionnement :
MessageSujet: Re: Bruine, rumeurs et herbes fraîches...   Mar 17 Fév - 22:10

Alors qu’elle prenait place il délaissera un instant l’arc pour tendre une main ver la cruche et remplir deux verres. Un pour lui, le second qu’il placera à porté de Glyssiin.

Des nouvelles ? Ca oui il y’en a. Et j’ai bien peur qu’elles ne soient pas des meilleurs.

Reculant un peu sa chaise il se lèvera. Et tentera d’encorder son arc tout en continuant de parler.

Zephyr Garthesia notre guérisseur est mort. Nous l’avons découvert un matin pendu à la statue de Diron. S’il n’avait pas été égorgé nous aurions songé à un suicide mais malheureusement il s’agit la du premier meurtre dont j’entends parler en arestim.

Une extrémité de l’arc posé sur le sol il appuiera sur celui-ci pour le faire fléchir, le pied servant de buté il augmentera la flexion en appuyant à l’aide de sa cuisse, malheureusement un léger craquement l’obligera à cesser avant qu’il ne puisse passer la boucle de la corde sur l’extrémité du haut. Avec un grognement de dépit il se réinstallera posant l’arc sur la table. On peut voir que celui-ci a été rafistolé sur presque toute sa longueur à l’aide de bande de cuirs étroitement serrés et collés entre elles.

Un fait tellement inimaginable que nous ne savons pas vraiment par quel bout commencer pour trouver l’assassin.

Ne tenant visiblement pas en place il se lèvera à nouveau pour s’emparer d’un pots de fer remplie d’une substance à l’aspect visqueux qu’il ira suspendre par un crochet au dessus des flamme.

Malheureusement cela ne s’arrête pas la. Notre chef Lysandre a fait avancer les jeux de bakarne. Lors de l’ouverture, elle nous à présenter sa dernière capture.

Quelque seconde de pause avant qu’il ne laisse s’échapper deux premiers mots à voix basse.

Un Ilumber. Quelque chose que personne n’avait encore jamais fait.

Etonnant, même si c’est du passer annoncer une tel chose devrait l’agiter un peu, provoquer une réaction, mais non et Glyssiin saura bientôt pourquoi.

Un incident est survenu. L’Ilumber a voulu s’échapper, Lysandre a voulu l’abattre mais… Hasard ou réflexe l’Ilumber a évité. C’est Cyclae Edorta, une des deux femmes chargées d’encadrer la créature qui a été touchée, elle en est morte.

Etonnant cette façon de relater les évènement avec détachement, c’est bien l’habitude d’un garde que de rendre compte des chose avec autant de netteté que possible en évitant les fioriture et les avis personnel.

Autant dire que cela a fait du remous.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lambda
Fondateur
Fondateur
avatar

Nombre de messages : 173
Date d'inscription : 01/05/2008

MessageSujet: Re: Bruine, rumeurs et herbes fraîches...   Mer 18 Fév - 14:23

Torranz grogna et poussa la porte. Le premier quart n'était pas pour l'enthousiasmer. Il détestait rester à l'extérieur pendant qu'Oril se tenâit au chaud près du feu. Et, depuis les événements avec l'Ilumber aux jeux de Bakarne, il craignait que ses congénères ne viennent en Arestim pour capturer un Olaril, histoire de se venger dans une petite sauterie à leur manière.

Il referma la porte derrière lui, et s'apprêta à maugréer contre le temps, contre l'atmosphère qui se dégradait de jour en jour en ville, lorsqu'il aperçut l'Astar. Il resta un instantl a bouche ouverte, comme frappé par la beauté de la jeune femme, puis se reprit, se redressant et dévoilant sa large carrure.


Il jeta un coup do'eil interrogateur à Oril et déclara:

- Mam'zelle, s'cusez moi, mais, ç'fait un bout d'temps qu'on ne vous a plus vu en Arestim. J'suppose que tout va bien, m'enfin... Qu'est-ce qu'vous faites là ?

Il posa ses armes et se dirigea vers Oril, maugréant:

- J'en ai assez. L'air est humide et j'nen peux plus. Et toi, tu batifole avec une charmante mam' zelle.

Il hocha la tête négativement, posant ses armes près de la cheminée.

- Ce s'ra tout pour moi ce soir. Eldar fait son tour, lui aussi, et not'chef est aux aguets, on n'craint rien. Quand ce s'ra à ton tour de partir, tu y iras.

Il s'assit à son tour.


- J'suis à cran.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Glyssiin Aryassat
Olaril
Olaril
avatar

Nombre de messages : 187
Age : 27
Date d'inscription : 20/06/2008

.:: Le Carnet ::.
Âge du Personnage: 20
Profession: Saltimbanque
Positionnement : (Future) Opposante à Lysandre...
MessageSujet: Re: Bruine, rumeurs et herbes fraîches...   Jeu 19 Fév - 14:02

'Des nouvelles? Ca oui, il-y-en a. Et j'ai bien peur qu'elles ne soient pas des meilleures.'


Le ton qu'Oril avait employé pour prononcer sa phrase fit se dresser le duvet de Glyssiin sur sa nuque. Elle n'était pas peureuse, ni superstitieuse, mais que ce soit dû au temps larmoyant ou à l'absence de Lampo ce midi-là, la jeune saltimbanque se sentait vulnérable aux mauvaises nouvelles.

'Zephyr Garthesia notre guérisseur est mort. Nous l'avons découvert un matin pendu à la statue de Diron. S'il n'avait pas été égorgé, nous aurions songé à un suicide, mais malheureusement il s'agit là du premier meurtre dont j'entend parler en Arestim.'


Tandis que le garde faisait plier un arc rafistolé de partout, Glyssiin se détourna de lui pour plonger son regard dans le feu. Elle n'avait croisé Zephyr qu'une fois ou deux, principalement dans la boutique de Kermaat, l'herboriste… Mais c'était suffisant pour que sa mort l'affecte. Cela, et le fait qu'il aie manifestement été tué par quelqu'un aurait suffit à la faire chanceler, quelles qu'eussent été les circonstances.

'Un fait tellement inimaginable que nous ne savons pas vraiment par quel bout commencer pour trouver l'assassin.'


Glyssiin ne répondit pas, la gorge serrée d'émotion. Pourquoi un meurtre? Zephyr ne lui avait pas semblé le genre d'homme à se faire des ennemis… enfin, pas au point de le tuer!


*La cour qu'il menait à sa chère cousine ne devait pas plaire à tout le monde, mais de là vouloir l'éliminer…*


Soit Zephyr était assez horrible pour qu'on veuille le supprimer, ce qui signifiait que l'instinct de Glyssiin n'était pas aussi sûr qu'elle le pensait, soit c'était un fou qui l'avait tué, ce qui signifiait que personne n'était en sécurité…

*Si maman apprends ça…*


Flèche ne laisserait jamais sa fille sortir seule dans ces conditions. Au mieux, Glyssiin se verrait obligé d'accepter la compagnie d'un de ses frères aînés lors de ses voyages –ce qui serait une mauvaise idée, au vu de leurs conceptions radicalement différente de la tenue d'un 'foyer'- au pire, Flèche lui interdirait de repartir.

*Hégoa fasse qu'elle n'aie pas reçu la nouvelle!*


Bien sûr, Glyssiin était consciente du danger que pouvait représenter l'assassin de Zephyr, et elle ne comptait pas le minimiser… Mais sincèrement, même cet état de fait ne pouvait la dissuader d'abandonner sa vie de nomade. Elle savait depuis longtemps qu'elle n'était pas faite pour autre chose que cela: parcourir Arestim et donner un peu de joie aux gens qu'elle rencontrait sur son chemin.
Elle fronça les sourcils et soupira. Quel que fut le danger, elle continuerait son métier. De cela au moins elle ne doutait pas.

'Malheureusement cela ne s'arrête pas là. Notre chef, Lysandre, a fait avancer les jeux de Bakarne. Lors de l'ouverture, elle nous a présenté sa dernière capture. […] Un Ilumber. Quelque chose que personne n'avait encore jamais fait.'


Cette fois, Glyssiin se retourna vers son interlocuteur, les yeux pleins d'incrédulité. Un Ilumber? Elle en avait déjà entendu parler, bien entendu… Mais comme à beaucoup d'autres enfants, on lui avait dit qu'ils avaient disparus, voire parfois qu'ils n'étaient rien de plus que des légendes de vieilles chasseresses avides de récits étrange. S'imaginer qu'elle ait pu manquer l'arrivée d'une de ces créatures suffisait à faire battre le sang aux tempes de la danseuse, qui dû s'appuyer sur la table pour ne as tomber à la renverse.

'Un incident est survenu.


Le rythme cardiaque de la saltimbanque accéléra, si toutefois c'était encore possible. Le ton d'Oril s'était assombri, et elle commençait à craindre que la mort du guérisseur n'aie pas été la pire nouvelle de ce jour, pas pour la mjorité des Olarils, tout au moins.

''L'Ilumber a voulu s'échapper, Lysandre a voulu l'abattre, mais… Hasard ou réflexe, l'Ilumber a esquivé. C'est Cyclae Edorta, une des deux femmes chargées d'encadrer la créature qui a été touchée, elle en est morte.'


Cette fois, Glyssiin se redressa brusquement et marcha jusqu'à la fenêtre, résistant à l'envie de hurler qui lui prenait la gorge. Hasard? Réflexe? Foutaises! Elle vivait avec une Chasseresse et un Pisteur, elle était bien placée pour savoir qu'ils ne manquaient pas leurs cibles. Jamais. Alrs le hasard, elle n'en voyait aucun la dedans, et c'était bien pis que toutes les malchances du monde. Dire qu'à la nomination de Lysadre, elle avait été toute prête à lui accorder une confiance inconditionnelle! Alors quoi, les Olarils auraient été dupés? Laclaos se serait trompé sur la nature de celle qu'il avait choisie? Il semblait bien que oui.


"Une Chasseresse ne manque pas sa cible. Encore moins quand des vies Humaines sont en jeu."


Elle avait grogné plus qu'elle n'avait parlé, et elle n'était pas certaine qu'Oril l'entendrait, mais peu importait: ces mots étaient davantages destinés à ses orailles qu'à celles des autres, de toute façons. Jamais elle n'aurait cru pourvoir ressentir une rage pareille à l'encotre d'une personne qu'elle ne connaissait pas personnellement, mais c'étai à présent chose faite, et son propre poing blanc de colère en était la preuve.
Pas une seconde, elle ne voulu considérer l'Hypothèse qu'une Chasseresse émérite telle que l'était Lysandre eut pût manquer son but. Flèche l'avait dit et répété: même à l'entraînement, un projectile de Chasseresse atteint toujours sa cible… Et pour avoir vu des Chasseresses s'entraîner plus souvent qu'à son tour, Glyssiin était toute disposée à le croire.

'Autant dire que cela a fait du remous.'


Comment un tel évènement aurait-il pu ne pas en faire? Même dans l'hypothèse ou tout cela n'aurait été qu'un accident –hypothèse ridicule, mais admettons- le fait que Lysandre aie répandu le sang d'une Olarile, et d'une Edorta en plus –comme par hasard!- aurait suffit à faire jaser. Même sans être particulièrement éduquée ou au fait des manœuvres politiques qui pouvaient se jouer en Arestim, Glyssiin savait que la fissure qui avait séparé la masse Olarile à la nomination de Lysandre venait de se changer en crevasse, et qu'il n'y avait plus rien à faire contre cela. La seule préoccupation à avoir, maintenant, était de s'assurer que cette Fracture ne serait pas fatale au peuple d'Arestim… Et ce n'était probablement pas gagné.


"J'imagine que tout les Hirune sont sur le pieds de guerre à présent. La famille Edorta ne laissera pas passer cet évènement sans protester…"


Certains dans cette famille seraient même prêts à laisser de côté toute objectivité de côté, si cela pouvait leur permettre de retrouver le pouvoir plutôt que de rester dans l'ombre… Glyssiin allait faire part de ses craintes à Oril, lorsqu'on poussa la porte d'un mouvement brusque, et avec des grognements par-dessus le marché.

'Mam'zelle, s'cusez moi, mais, c'fait un bout d'temps qu'on ne vous a plus vue en Arestim. J'suppose que tout va bien m'enfin… Qu'est-ce qu'vous faites-là?'


Glyssiin adressa un sourire à la montagne de muscles saillants qui se tenait dans l'encadrement de la porte restée ouverte. Avec ses cheveux bruns ébouriffés et son épaisse barbe, Torranz était le genre d'Olaril qu'on n'aimait guère croiser la nuit tombée: cela faisait sursauter.
La saltimbanque parvint à forcer un sourire aimable sur ses lèvres, ou il ne subsistait rien de son espièglerie habituelle, puis répondit en désignant son châle qui gouttait doucement près de la cheminée:


"La même chose que vous, je crois: je m'abritais contre la pluie."


Elle jeta un œil au dehors, l'épaule toujours appuyée contre le chambranle de la fenêtre, et contempla un instant les grosses gouttes qui s'écrasaient régulièrement contre la vitre et rendaient le paysage flou et indistinct.

"Bien que je sois habituée à voyager sous la pluie, j'apprécie aussi la chaleur d'un bon feu… Surtout lorsque je sais que j'y serais bien accueillie."


Contrairement aux apparences, les gens qui, comme Glyssiin, voyageaient sans cesse, n'étaient pas toujours bien reçus dans les foyers Olarils qui n'étaient pas les leurs.

'J'en ai assez. L'air est humide et j'n'en peux plus. Et toi, tu batifoles avec une charmante mam'zelle.'


Une des choses qui plaisaient Glyssiin dans ses visites au poste de Garde, c'était que d'une façon ou d'une autre, ses occupants parvenaient toujours à la faire sourire, y compris les plus bourrus, qui ne parlaient que peu. Elle savait depuis ses débuts en tant que nomade qu'elle serait toujours accueillie à bras ouverts par ces hommes qui protégeaient Arestim. Elle aimait rester la, près du feu, et les regarder s'activer tandis que la pluie tombait au dehors…
Mais ce jour là, même les commentaires bon enfant de Torranz ne purent lui arracher qu'un faible sourire. Après ce qu'elle venait d'apprendre, elle n'aurait, de toute façon, pas pu mieux faire. Néanmoins, bien que son chagrin et sa déception, à la fois vis-à-vis de Zephyr, mais aussi –et surtout- de Lysandre ne l'aient pas quittée, elle parvint à rire aux dernière paroles du garde. Après tout, la vie devait continuer, et elle aurait bien le temps pour parler de tout cela avec Flèche lorsqu'elle aurait rejoint le domicile des Aryassat.

'Ce s'ra tout pour moi ce soir. Eldar fait son tour, lui aussi, et not' chef est aux aguets, on n'craint rien. Quand ce s'ra à ton tour de partir, tu iras.'


Glyssiin regarda le garde s'asseoir aux côtés d'Oril et, quittant le fenêtre, elle les rejoignit tout deux à la table couverte d'armes en cour de fabrication, ou elle avala une gorgée d'eau. Ses pieds, toujours nus, traçaient de vagues entrelacs dans la poussière du sol lorsque Torranz poussa un nouveau soupir:

'J'suis à cran.'


La saltimbanque soupira à son tour, la main crispée sur la coupe de bois qu'on lui avait donnée pour l'occasion. Elle ne parvenait toujours pas à admettre que Lysandre aie pu se comporter comme elle l'avait fait. Même en considérant un moment l'hypothèse d'un accident: un bon chef ne faisait pas pendre de risque inutile à ses sujets, point final!


"Je craint fort que tout le monde ne le soit." Dit-elle d'un air sombre en fixant le carquois posé devant elle. "Et si ce que m'a raconté Oril est exact, j'ai bien peur qu'il ne faille nous attendre à pire… Au cours de mes voyages, j'avais déjà constaté qu'elle ne faisait pas l'unanimité, mais avec tout cela… " Elle secoua la tête, dépassée par les évènements. "Arestim va traverser des jours bien troubles…"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Oril Elanessë
Olaril
Olaril
avatar

Nombre de messages : 207
Age : 30
Date d'inscription : 29/03/2008

.:: Le Carnet ::.
Âge du Personnage: 20 ans
Profession: Patissier/Garde
Positionnement :
MessageSujet: Re: Bruine, rumeurs et herbes fraîches...   Mar 24 Fév - 22:32

Sauf qu’Eldar n’appréciera pas de te voir avachie près du feu avec cet air d’ours en pleine sortie d’hibernation. Alors viens me filer un coup de main j’ai pas mal de flèche à empenner pour demain et un peu d’aide ne serait pas malvenue.

L’arc rafistoller qui reposait jusque la sur la table sera poser au sol avec une un luxe de précaution étonnant au vu de l’état de l’arme.

Je doit aller récupérer mon nouvel arc demain, je doute qu’il soit aussi bon que celui la mais elle m’a promis de faire au mieux. De toute façon c’est la seul à avoir accepter de perdre du temps pour en fabriquer un.

Oril avait décider de changer de sujet il voyait bien que Glyssiin ne penchait pas du même coté et préférait éviter d’accentuer la faille entre eux en polémiquant sur les faits.

Le pied de guerre est une expression un peu exagérée. Mais en effet les hirunes ce méfient des réaction. Cela va sans dire, les Edorta font de même. J’espère seulement que cela ne va pas dégénérer, deux morts en peu de temps suffisent. Sans compter les blessé suite au escarmouche qui ont eu lieux après.

La discussion se poursuivait sans qu’Oril n’interrompe sa tache, Torranz quand à lui ce contentait d’acquiescer n’émettant quelque grognement lorsqu’il répandait de la colle sur ses doigts.

Elles ne voleront jamais avec un tel poids à l’arrière. Tu n’a pas besoin d’en mettre des tonnes tu sais.

Un mince sourire élargi temporairement ses lèvres, en réalité la puissance de propulsion d’un arc même simple était bien suffisante et ce n’est pas un petit surplus de colle qui empêcherai une flèche de voler. C’était juste dans ses habitudes de taquiner son collègue. Oril lui jetait un coup d’œil à ce qu’il faisait par moment mais visiblement habituer à ce genre de corvée il pouvait travailler tout en regardant les autre faisant juste attention au moment fatidique de l’encollage qui posait tant de problème à Torranz. Son regard glissera finalement sur Glyssiin qui les rejoignait à la table avant de leur exposer quelque crainte.

Malheureusement des que quelque chose change il y’a toujours des mécontent, nul doute que les Edorta vont tenter quelque chose, mais tant qu’il ne s’agit que de mots.

Une grimace passera sur son visage. Alors qu’il s’emparait d’une nouvelle flèche son doigts avait glisser sur l’arrête tranchante de la pointe dessinant d’abord une ligne rouge très fine avant que la venue du sang ne la fasse Disparaître.

Ben tient, ça m’apprendra à ne pas faire attention à ce que je fais. Torranz arrête de rire et passe moi la colle.

Etrange utilisation de ce matériau n’est ce pas ? Une fine pellicule étalée sur l’estafilade il lui suffira d’attendre qu’elle sèche et il pourrait se remettre au travail comme si de rien n’était.

Mais asse parlé de ce qu’il ce passe ici, j’ai l’impression que cela ne fait que faire empirer le temps et je n’ai pas envi d’avoir des journées de pluie à répétition. Vous êtes parmi nous pour combien de temps ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Glyssiin Aryassat
Olaril
Olaril
avatar

Nombre de messages : 187
Age : 27
Date d'inscription : 20/06/2008

.:: Le Carnet ::.
Âge du Personnage: 20
Profession: Saltimbanque
Positionnement : (Future) Opposante à Lysandre...
MessageSujet: Re: Bruine, rumeurs et herbes fraîches...   Sam 28 Mar - 11:07

'Sauf qu’Eldar n’appréciera pas de te voir avachi près du feu avec cet air d’ours en pleine sortie d’hibernation. Alors viens me filer un coup de main j’ai pas mal de flèche à empenner pour demain et un peu d’aide ne serait pas malvenue.'


Glyssiin sourit, amusée par l'air grognon de Torranz tandis qu'il obtempérait en bougonnant. De toute façon, chaque fois qu'elle venait, elle le voyait toujours bougonner, aussi ne se faisait-elle guère de souci quant à son humeur qui, elle le savait, était d'une élasticité remarquable, passant du rire au grognement bourru sans avertissement.
Oril, de son côté, ne prêta guère d'attention aux maugréments de son collègue, préférant déposer son vieil arc à terre avec tant de précaution qu'elle craignit presque de voir l'objet se briser au moindre coup de vent... chose qui, raisonna-t-elle aussitôt, serait peu probable et peu désirable pour une arme de guerrier... Même si -pour le moment du moins- ils ne devaient guère servir qu'à la chasse.

'Je doit aller récupérer mon nouvel arc demain, je doute qu’il soit aussi bon que celui la mais elle m’a promis de faire au mieux. De toute façon c’est la seul à avoir accepter de perdre du temps pour en fabriquer un.'


Qui était cette "elle" celà importait peu. L'important était qu'Oril avait manifestement senti une "légère" divergence d'opinion entre la saltimbanque et lui, ou il n'aurait pas changé de sujet de manière aussi rapide! enfin, peu importait. Glyssiin ne pouvait plus accepter Lysandre comme chef, mais elle n'en voulait pas à ceux qui pensaient le contraire: peut-être n'avaient-ils pas la même vision des choses qu'elle, qui savait? En tout les cas, elle ne se sentait absolument pas gênée vis-à-vis d'Oril, ni de Torranz, bien qu'on ne sut rien de son avis à lui.

'Le pied de guerre est une expression un peu exagérée. Mais en effet les hirunes ce méfient des réaction. Cela va sans dire, les Edorta font de même. J’espère seulement que cela ne va pas dégénérer, deux morts en peu de temps suffisent. Sans compter les blessé suite au escarmouche qui ont eu lieux après.'


La saltimbanque, elle ne trouvait pas que c'était si exagéré que cela, mais après tout, si Oril voulait penser autrement... Inutile de se disputer avec lui sur ce sujet, n'est-ce pas? Ce n'était certainement pas après lui qu'elle en avait, en tout les cas.

'Elles ne voleront jamais avec un tel poids à l’arrière. Tu n’a pas besoin d’en mettre des tonnes tu sais.'


Torranz grogna, et Glyssiin eut un rire léger, tandis qu'elle remontait ses genoux contre sa poitrine, pour s'intaller confortablement. Oril, lui, se contenta de ce conseil pour le moins amusant, avant de reprendre sur le sujet qu'il avait, quelques instants plus tôt, semblé vouloir éviter:

'Malheureusement des que quelque chose change il y’a toujours des mécontent, nul doute que les Edorta vont tenter quelque chose, mais tant qu’il ne s’agit que de mots.'


Eh oui, sans doute, mais c'était bien là le problème: glyssiin doutait que les Edorta se contente de mots. Bien entendu, elle povait se tromper, et il se pouvait également que les deux grandes familles règlent leur différent sans y mêler la population d'Arestim, mais enfin, quelque chose lui disait que c'était assez peu probable. telle était la nature de ses pensées lorsqu'Oril reprit la parole:

'Ben tient, ça m’apprendra à ne pas faire attention à ce que je fais. Torranz arrête de rire et passe moi la colle.'


torranz en effet, riait de bon coeur à la maladresse somme toute sans gravité de son camarade... Peut-être était-ce là sa petite vangeance pour la remarque sur sa technique d'encollage, mais c'était impossible à prouver. Ou alors, ce n'était qu'une petite boutade entre soldats, ou quelque chose du genre.

'Mais asse parlé de ce qu’il ce passe ici, j’ai l’impression que cela ne fait que faire empirer le temps et je n’ai pas envi d’avoir des journées de pluie à répétition. Vous êtes parmi nous pour combien de temps ?'


Glyssiin effectua un rapide calcul du temps qu'il lui faudrait pour atteindre les fermes Astar et jeta un ragerd par la fenêtre. La pluie ne semblait pas décidée à s'arrêter de tomber et, avec ses cheveux encore humides et Krashin qui détestait l'humidité, elle n'avait vraiment pas envie de reprendre la route ce jour là. Aussi, ce fut sans trop hésiter qu'elle répondit:


"Au moins jusqu'à demain. Je partirais sûrement vers midi, ainsi j'aurais le temps de vous faire une petite démonstration de mes talents, pour vous dédommager."


C'était ce qu'elle faisait chaque fois qu'elle passait la nuit au poste de garde. Elle s'installait devant le feu, roulée en boule sur le tapis et y dormait comme un loir. Pui,s au matin, elle donnait un petit spectacle aux gardes présents avant de repartir sur les routes, Krashin boitant avec bonne humeur devant sa carriole un peu miteuse.
Se méfier de ces hommes? Elle n'y avait jamais songé, pas même lorsque sa mère la mettait en garde contre les pulsions humaines, parfois dangereuses pour les jeunes femmes...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Oril Elanessë
Olaril
Olaril
avatar

Nombre de messages : 207
Age : 30
Date d'inscription : 29/03/2008

.:: Le Carnet ::.
Âge du Personnage: 20 ans
Profession: Patissier/Garde
Positionnement :
MessageSujet: Re: Bruine, rumeurs et herbes fraîches...   Ven 3 Avr - 10:32

Dans ce cas j’espère que vous accepterez de partager notre repas. Rien de bien passionnant, un ragoût accompagné de légume, mis ça réchauffe de l’intérieur et ça vous cale pour la soirée.

Torranz eu un grognement d’approbation au sujet du repas et sur un signe d’assentiment d’Oril il se leva pour aller mettre celui-ci à chauffer justement. Une marmite sera suspendue au dessus des flammes sur un crochet, le récipient contenait sûrement le repas de toute la garde en faction sur les palissade et des que l’odeur de nourriture commencerait à se répandre ont verrait ceux ci accourir comme s’ils n’avaient pas manger depuis une semaine.

Il va falloir un peut de temps pour que cela chauffe par contre. Vous avez dit avoir constaté des mécontentements contre Lysandre au cour de vos voyages ?

La question paraissait anodine surtout qu’il y revenait comme ci de rien n’était.

Est-ce à cause du fait qu’elle soit une Hirune ?

SI ceux qui vivait éloigné du village avait à ce plaindre il était fort possible qu’il soit facile à rallier du coté de ceux s’opposant à leur chef. Apres tout il était bien moins facile de surveiller cette fraction de la population. Cette petite idée restera sagement dans un recoin de son esprit. Apres tout la garde ne surveillait que l’intérieur des murs. Il lui faudrait demander à Garret s’il avait des liens avec quelque personne de l’extérieur.

(C’est un peu cour mais je préfère éviter de bloquer ^^. )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Glyssiin Aryassat
Olaril
Olaril
avatar

Nombre de messages : 187
Age : 27
Date d'inscription : 20/06/2008

.:: Le Carnet ::.
Âge du Personnage: 20
Profession: Saltimbanque
Positionnement : (Future) Opposante à Lysandre...
MessageSujet: Re: Bruine, rumeurs et herbes fraîches...   Dim 5 Avr - 10:10

'Dans ce cas j’espère que vous accepterez de partager notre repas. Rien de bien passionnant, un ragoût accompagné de légume, mis ça réchauffe de l’intérieur et ça vous cale pour la soirée.


Glyssiin sourit de bon coeur, positivement ravie à l'idée de dévorer un bon ragoût. Non qu'elle soit mal nourrie en temps normal, heureusement! Simplement, entre manger seule et manger en compagnie de gens agréable, avec qui on s'entendait bien, le choix était vite fait, non? Et puis, l'odeur du plat que Torranz venait de placer sur le feu était déjà alléchante, même froide, à tel point que la saltimbanque sentit son estomac se contracter d'anticipation.

'Il va falloir un peut de temps pour que cela chauffe par contre. Vous avez dit avoir constaté des mécontentements contre Lysandre au cour de vos voyages ?' [...] 'Est-ce à cause du fait qu’elle soit une Hirune ?'


Le changement de sujet, encore une fois, était abrupt, et Glyssiin le remarqua bien, mais elle n'en fit pas la remarque. Personne ne lui demandait de niom, et elle faisait confiance à la grande majorité des gardes pour se préoccuper de la sécurité des Olarils avant de chercher à défendre Lysandre... Par conséquent, elle ne vit pas de problème à répondre à la question d'Oril:


"Non, pas vraiment. C'est peut-être le cas chez les Edorta, et certains Olarils... Mais ce que j'ai entendu, c'est qu'on trouve sa conduite inconsidérée, et qu'elle a mit son peuple en danger... Le gens n'acceptent pas l'idée d'un chef qui joue avec leur sécurité, même ponctuellement."


Glyssiin passa une main dans ses cheveux encore humides, et soupira. toute cette histoire ne leur apporterait rien de bon, ni à Oril et elle, ni aux Olarils en général.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Oril Elanessë
Olaril
Olaril
avatar

Nombre de messages : 207
Age : 30
Date d'inscription : 29/03/2008

.:: Le Carnet ::.
Âge du Personnage: 20 ans
Profession: Patissier/Garde
Positionnement :
MessageSujet: Re: Bruine, rumeurs et herbes fraîches...   Lun 13 Avr - 10:06

Si Oril changeait de sujet aussi brusquement c’est tout simplement qu’il considérait pouvoir jouer franc jeux avec la saltimbanque, car même si celle-ci ne partageait pas ses propres opinion elle n’était pas non plus à ces yeux le genre de personne pouvant préparer un mauvais coup, il pouvait donc lui poser ses question de manière directe, et son contacte avec les résident extérieur était une bonne source d’information.
Quittant sa chaise il relaiera Torranz auprès du ragoût afin d’être sur que celui-ci ne le fasse pas trop cuir comme cela arrivait souvent lorsqu’il laissait l’un de ses collègues peu doué en cuisine s’occuper du repas. Il se penchera au dessus de la marmite afin d’en respirer le contenu. Un sourire satisfait passera sur son visage éclairé par les flamme.


Je pense que nous allons pouvoir manger.

Dans trois assiette il versera une généreuse portion du plat avant de les apporter à table ou il déposera le tout devant chacun avant de reprendre place. Il laissera les autre commencer à manger tout en regardant Glyssiin d’un air songeur. Sa famille rattachée au clan Astar était plutôt étendue et quand à elle, elle parcourait le territoire en toute insouciance puisqu’elle ne semblait pas vraiment tenir à s’impliquer dans un camp quelconque. Toujours silencieux il commencera à manger tout en jetant de fréquent coup d’œil à la jeune femme, ce qu’il l’avait à lui demander il le ferait plus tard, probablement el lendemain avant qu’elle ne s’en aille. Il s’arrangerai pour que personne ne les écoute afin qu’elle reste libre de décider, sans pression.

Vous avez une couverture ou quelque chose pour dormir cette nuit? Il y’a quelque courant d’air ici et il arrive que le feu tombe durant la nuit.

IL désignera un coin de la pièce ou les couverture s’entassait près de quelque couchette rudimentaire.

Ce n’est pas le grand luxe mais c’est tout de même plus confortable que le sol et je ne doute pas que l’un de mes collègues vous cède sa place.

En parlant de collègue, l’un des garde en poste sur la palissade fera son entrée dans le poste ruisselant d’eau de la tête au pieds. Une grimace ennuyé déformera un instant les trait d’Oril qui savait ce que l’arrivée de cette homme signifiait. Son assiette sera vidée en quelque coup de fourchette.

Je vais devoir vous laisser il semblerait que ce soit mon tour d’être arrosé. Je vais en profiter pur nourrir votre cheval si vous le permettez.

Quittant la table il ira décrocher une lourde cape de peau suspendue à un mur avant de se diriger v er la sortie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Glyssiin Aryassat
Olaril
Olaril
avatar

Nombre de messages : 187
Age : 27
Date d'inscription : 20/06/2008

.:: Le Carnet ::.
Âge du Personnage: 20
Profession: Saltimbanque
Positionnement : (Future) Opposante à Lysandre...
MessageSujet: Re: Bruine, rumeurs et herbes fraîches...   Lun 27 Avr - 17:22

Les effluves du ragoût se déplaçaient paresseusement à travers la pièce, répendant l'apétit sur leur passage. Glyssiin, au moins, n'y résista pas: son estomac se contracta douloureusement, avec un bruit fort peu élégant, qu'elle ne commenta que d'une rire léger. Depuis le temps qu'elle passait des nuits au poste de garde, elle ne prêtait plus guère attention à celà. Surtout, en fait, depuis qu'un des gardes, qui avait fêté son anniversaire la veille, lui avait vomit sur les pieds... heureusement, c'était un incident isolé, mais enfin, il avait marqué sa mémoire!

'Je pense que nous allons pouvoir manger.'


La saltimbanque approuva d'un vigoureux mouvement de tête, rapidement appuyée par une nouvelle manifestation de son estomac, qui semblait décidé à ne pas se laisser oublier.
Le ragoût arriva sur la table, et Glyssiin en huma longement l'arôme avant d'y plonger sa cuillère avec enthousiasme.
Elle lapait sa nourriture comme aurait pu le faire un jeune enfant, ou un animal bien éduqué, mais elle mangeait néanmoins proprement, et rapidement, de sorte que son assiette fut rapidement vide et nette de tout reste.

'Vous avez une couverture ou quelque chose pour dormir cette nuit? Il y’a quelque courant d’air ici et il arrive que le feu tombe durant la nuit.'


La saltimbanque eut un sourire, à la fois amusée et touchée par la solicitude de ses hôtes. En effet, bien qu'elle soit habituée à passer la nuit dehors en toute saisons, lorsqu'elle dormait au poste de Garde, il y avait toujours quelqu'un pour s'inquiéter de son confort ce qui, bien qu'étant inutile, restait très agréable.


"Je vous remercie de votre solicitude, j'ai tout ce qu'il me faut pour passer une excellente nuit. Et si le feu baisse trop, je le ranimerait, j'ai l'habitude!"


C'était parfaitement vrai: Glyssiin n'avait absolument pas besoin d'aide pour s'installer ou passer une bonne nuit!

'Ce n’est pas le grand luxe mais c’est tout de même plus confortable que le sol et je ne doute pas que l’un de mes collègues vous cède sa place.'


De nouveau, Glyssiin nia du chef, préférant de toute façon une bonne place près d'un feu ronflant à n'importe quelle paillasse. Ce n'était pas une question de mépris ou quoi que ce fut du genre, elle s'y sentait simplement plus à l'aise, car elle savait que les animaux risquaient peu de l'y attaquer... Paranoaïaque, peut-être, mais que voulez-vous? On ne change pas les gens en une soirée.


"Je vous remercie sincèrement, mais cette place me conviendra très bien pour cette nuit... J'ai du mal à dormir si je suis loin du feu."


Elle passa une main vaguement gênée dans ses cheveux, et s'excusa d'un léger sourire. ce fut à cet instant qu'un autre garde entra dans la pièce, signalant ainsi à Oril qu'il devait prendre son tour de garde.

'Je vais devoir vous laisser il semblerait que ce soit mon tour d’être arrosé. Je vais en profiter pur nourrir votre cheval si vous le permettez.'


La saltimbanque remercia son hôte et le regarda quitter la pièce pour l'extérieur glacé en se disant que, tout de même, elle était bien heureuse de ne pas avoir à le faire!


"Bonne nuit."


Puis, s'enveloppant dans une couverture, Glyssiin se coucha auprès du feu et ferma les yeux, s'endormant sans tarder.


[Wala, maintenant à toi de me dire si on s'arrête et, si non, est-ce qu'on reprends plus tard dans la nuit ou carrément le lendemain matin^^]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Oril Elanessë
Olaril
Olaril
avatar

Nombre de messages : 207
Age : 30
Date d'inscription : 29/03/2008

.:: Le Carnet ::.
Âge du Personnage: 20 ans
Profession: Patissier/Garde
Positionnement :
MessageSujet: Re: Bruine, rumeurs et herbes fraîches...   Ven 8 Mai - 17:07

Le temps avait fini par se radoucir au cour de la nuit. Une brève accalmie à en juger par les nuages de plomb visibles dans le ciel. La saltimbanque allait devoir progresser d’un bon pas si elle voulait rejoindre les fermes Astar avant que l’eau ne se déverse une nouvelle fois sur eux.
Au cour de la nuit rien de bien significatif ne c’était passer au poste de garde et la matin après un petit déjeuner sommaire, il avait réuni tout les garde présent afin que ceux-ci puisse profiter des petite démonstration de Glyssiin qui semblait avoir décider de déployer pour l’occasion le plus large éventail de compétence possible même si les trois quart des hommes présent ne retiendront que sa danse. Evidement ils avaient protestés lorsqu’elle avait mi fin à la prestation, mais elle ne pouvait pas les distraire éternellement et que dirait on si l’ont voyait la garde s’amuser plutôt que d’assurer son rôle.


Vous leur avez offert quelque chose d’agréable je doit dire. Cette distraction leur a fait le même effet que plusieurs jour de repos on dirait. Du coup ils ont insistés pour que je vous donne ça.

Elle était dos à lui occuper à préparer son cheval sous le petit appentis accolé au poste de garde ou ceux-ci entreposaient parfois quelques objets. Mais en générale il restait inutilisé. Il la rejoindra passant de l’autre coté de l’animal pour ne pas la gêner.

Vous aurez bien encore un peu de place dans vos affaires ?

Dans ses mains reposait un paquet fait d’un linge blanc entourant une masse informe. En dépliant un coin il laissera voir ce qui semble être des galettes.

Leur goût est horrible quelque soit la façon dont on les prépare.

Il le savait bien pour avoir tester des dizaines de recettes différentes, mais à chaque fois le biscuit perdait soit ses faculté nourrissante, soit son temps de conservation si bien qu’il en était revenu à la recette originel.

Mais elles ont le mérite d’être nourrissante et de se conserver longtemps pour peut qu’ont les maintiennent au sec. Quand on voyage comme vous cela peut être utile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Bruine, rumeurs et herbes fraîches...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Bruine, rumeurs et herbes fraîches...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Google Earth: Des images fraîches d'Haïti !
» LES FAUSSES RUMEURS OU TRUCS DU NET
» #2 : Taker, HBK, Champ's Tag Team, BLOG, news, rumeurs ..
» Rumeurs
» Assise dans les herbes piquantes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Tables d'Olaria :: Introduction à Olaria :: ♦ Les chemins de la vérité :: - Arestim Dominae :: ♦ Les Ruines d'Arestim Dominae :: ♦ Les Palissades :: ♦ Le Poste de Garde-
Sauter vers: