AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Rencontre des genres

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jinko Tori
Ephémère
Ephémère
avatar

Nombre de messages : 29
Age : 28
Date d'inscription : 21/03/2014

.:: Le Carnet ::.
Âge du Personnage: 22 ans
Profession: Dresseuse
Positionnement : /
MessageSujet: Rencontre des genres   Sam 29 Mar - 7:42

Jinarra vérifia une deuxième fois la porte de la cage. Ours somnolait tranquillement, sa truffe dépassant entre les barreaux. La foule commençait à affluer et elle ne pouvait pas se permettre un accident dès le premier jour … Ours n'était pas vraiment agressif mais de toutes ses bêtes, il était celui qui aimait le moins le contact humain.
L'entraînement s'était plutôt bien passé. Ils avaient surtout révisé le final. Une galipette, un poirier, s'appuyer sur le puma pour se projeter en l'air, croiser le loup en plein air, un salto et atterrir avec le faucon sur l'avant-bras et aux pattes de l'ours, dressé sur ses pattes arrière. Menaçant en théorie mais plutôt endormi dans la réalité … Heureusement, avec le maquillage et la cire, il serait parfait : crocs barbouillés de sang, fourrure ébouriffée autour de la face, griffes brillantes comme l'acier.
Maintenant, c'était repos et Jinarra en profitait pour aller se balader et découvrir la foire. Elle aimait ce moment : les étals se montaient, les numéros se répétaient et les très rares badauds erraient dans les chemins de terre. Elle aimait les couleurs des étoffes et des tentes, les costumes encore flambants neufs, les bonnes effluves de nourriture qui recouvraient les odeurs corporelles, d'hommes comme d'animaux. L'air était encore doux en ce début de soirée et Loup la suivait tranquillement, ne tirant que rarement sur la corde qu'elle avait attaché à sa ceinture. Elle avait laissé Puma au campement, il fallait garder un peu de suspens pour le spectacle et surtout, ne pas effrayer les gens … Faucon lui, était libre comme l'air et elle ne s'en inquiétait pas beaucoup. Il était assez malin pour revenir toujours et pour échapper aux malveillants.

Les gens ne se retournaient même pas sur son passage ou, seulement, pour jeter un coup d’œil en douce à Loup. De loin, ils ressemblaient juste à un jeune garçon promenant son gros chien. Et ce n'était pas pour leur déplaire …
C'était la première fois que Jinarra venait à Sierra et elle était positivement impressionnée par sa taille. La troupe Zianmoshi s'était installé en dehors de la ville, sur une grande esplanade qui avait dû être autrefois un pré. Une fois traversé ses lieux, on arrivait dans la ville. Et là … C'était magique. La ville n'était pas spécialement jolie et n'avait sans doute pas beaucoup de charme, mais pour Jinarra, c'était toujours quelque chose de spécial que de se retrouver au milieu de la masse humaine. Son enfance puis sa vie de foraine ne l'avait pas habituée à tant de sons, d'odeur et de mouvements, et cela ravissait ses sens.
Elle erra parmi les gens, s'arrêtant de temps à autre devant une boutique. Bijoux, étoffes, gâteaux, art, son œil était sans cesse attiré. Et l'odorat fin de Loup aussi … Finalement, elle s'arrêta à la terrasse d'une petite taverne et commanda une bière fraîche et un morceau de viande cru. La servante haussa à peine les sourcils à cette demande et s'exécuta. Vu les contorsionnistes, clowns, musiciens, danseurs et autres personnages farfelus, elle devait en avoir vu d'autre.
Discrètement, Jinarra s'abandonna dans les conversations qui l'entouraient, son regard traînant sur les patients qui flânaient sans la voir.


Dernière édition par Jinko Tori le Dim 30 Mar - 10:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Charis Sandragil
Ilédor
Ilédor
avatar

Nombre de messages : 281
Age : 27
Date d'inscription : 01/04/2010

.:: Le Carnet ::.
Âge du Personnage: 34 ans
Profession: Informatrice
Positionnement : Régulière (en surface)
MessageSujet: Re: Rencontre des genres   Sam 29 Mar - 11:23

Cela faisait un certain temps qu’Éléni ne s’était plus costumée et n’avait plus inventé de toutes pièces une personnalité pour sortir. Quand sa double identité avait été finalement assumée au grand jour, le besoin d’errer par elle-même dans les rues de la capitale s’était peu à peu amenuisé. Charis Sandragil n’avait plus besoin d’une échappatoire pour vivre sa vie, reléguant son rôle d’Éléni à un métier qu’elle exerçait non plus au nom d’un idéal, mais au nom de la survie de sa famille. Plus aucun camp ne colorait le réseau d’Éléni. Elle en était seul maître, fermement décidée à ne plus laisser les politiques, qui changeaient d’alliés comme de chemise, diriger sa vie.

Éléni ne pouvait absolument pas manquer la Foire Annuelle de Sierra. Trop de choses s’y jouaient, trop de personnages importants s’y rencontraient pour pouvoir ignorer l’événement. Elle s’y était donc rendue avec son mari et ses enfants – ces enfants qu’elle n’aurait jamais cru porter un jour, et qu’elle avait fini par accepter par amour pour Gribus – leur famille annoncée par la longue suite de domestiques voulue par son rang. Une fois sur place, elle avait flâné avec son mari le long des étals, mené plusieurs discussions avec les grands du jour, attendu patiemment son tour pour s’entretenir avec les Oracles, rencontré à la dérobée le jeune Lehior.

L’irrépressible besoin de prendre par elle-même le pouls de la fête avait finalement refait surface. Éléni avait pris les traits d’une honnête et respectable bourgeoise, venue acheter la plus belle laine du pays. Veuve, bien entendu, heureuse de voir ses enfants et petits-enfants s’épanouir. Ouverte d’esprit, même, avec une belle-fille Olarile – ce qui faisait faire la grimace à Charis.

Se balader incognito lui procurait toujours autant de plaisir, en fait. Éléni profita de la Foire, entendit les derniers ragots – Lehior rassemblait ses partisans, appris que le Prévôt hébergeait une pirate notoire, vit un magnifique Vermillon venu d’au-delà de la Gérax, écouta avec plaisir les contes locaux en songeant que ses enfants en auraient davantage profité qu’elle, puis se retrouva à la terrasse de la taverne locale. Un joyeux chaos l’entourait, mais cela ne diminuait pas l’acuité de son sens de l’observation. Tous les clichés étaient réunis : les cinq jeunes gens qui buvaient et riaient fort pour attirer l’attention, les vieux qui pariaient sur le prochain raid de pirates, les lavandières qui étaient occupées à concocter un tour de leur cru, la jeune serveuse qui roulait des hanches en s’approchant de chaque client, les miséreux venus mendier leur pain quotidien, les riches personnages qui en temps normal n’auraient jamais envisagé de se mêler à la populace, et… un jeune garçon seul à sa table. Il ne fallut que quelques secondes à Éléni pour se souvenir de l’endroit où elle l’avait vu, la veille. C’était celui qui s’y connaissait en bêtes. Éléni se souvint avoir eu un doute sur son sexe. Elle l’observa avec attention, étudia ses mouvements, ses vêtements, son attitude, son regard qui volait curieusement d’un badaud à l’autre. Elle n’aurait jamais de certitudes, puisqu’elle ne basait ses hypothèses que sur l’expérience, mais Éléni s’y connaissait en déguisements et en personnifications. Elle aurait mis sa main au feu que le jeune homme était une jeune fille.

Éléni sourit en réalisant que le jeune homme – autant l’appeler comme il le désirait, parce qu’elle ne comptait pas le confronter, elle n’avait rien à y gagner – la regardait suspicieusement. Éléni se leva, parcourut les mètres qui les séparaient et s’assit face à lui.

- La place est libre ?

Devant le silence choqué de son interlocuteur, Éléni s’installa plus confortablement. Ils étaient tous les deux seuls, autant voir ce qu’il avait d’intéressant à dire.

- Il y a foule et je suis seule, comme vous – hier par contre vous étiez avec les animaux, c’était impressionnant. Sûrement vous ne verrez pas d’objection à égayer la journée d’une aînée ?

La bourgeoise n’était pas si vieille, mais suffisamment pour être au moins sa mère.

- Parlons pour passer le temps ! Mais peut-être attendez-vous quelqu’un ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jinko Tori
Ephémère
Ephémère
avatar

Nombre de messages : 29
Age : 28
Date d'inscription : 21/03/2014

.:: Le Carnet ::.
Âge du Personnage: 22 ans
Profession: Dresseuse
Positionnement : /
MessageSujet: Re: Rencontre des genres   Dim 30 Mar - 14:28

Jinarra était concentrée sur la discussion qui se tenait à la table derrière elle. Deux anciens parlaient politiques. Les Zianmoshi ne s'y intéressaient que moyennement, tant qu'on leur permettait de se déplacer librement et se poser dans les villes qu'ils rencontraient sur leur passage. Jinarra n'avait donc pas une grande expérience de ces choses-là mais elle voulait essayer de prendre le pouls de la ville à ce propos. Malheureusement pour elle, elle n'entendait pas l'intégralité de la conversation et n'était pas tout à fait sûre d'en comprendre l'ensemble. Quant à savoir si les deux grands-pères disaient vrais ou s'ils se contentaient de colporter des rumeurs, c'était une tout autre affaire …
Machinalement, Loup avait posé sa tête sur ses genoux et la jeune dresseuse le grattouillait derrière l'oreille.

Elle laissa errer son regard sur les autres tables mais s'arrêta brutalement sur celle qui lui faisait face. Une femme la fixait. Elle lui donnait entre 40 et 50 ans, peut-être un peu plus malgré ses traits qui faisaient encore jeune. Ses cheveux étaient grisonnants et ses habits de bonne facture. Elle ressemblait à une marchande ou une cuisinière pour une noble maison. Son allure générale inspirait la confiance mais ses yeux … Ils semblaient la transpercer de part en part. Sous l'apparence de Jinko, Jinarra n'était que rarement le centre des attentions, les gens ayant plutôt tendance à s'arrêter sur ses animaux mais là, la femme ignorait totalement Loup. Elle se sentait un peu agressée, même si elle ne faisait pas de son vrai sexe un secret inviolable. A sa grande surprise, la femme d'âge mûr s'approcha et s'installa à ses côtés.
Loup leva la tête et grogna mollement avant de se rendormir. Jinarra, elle, ne sut quoi répondre à part d'un borborygme et se contenta donc d'un geste de la main pour l'inviter à rester. Après tout, c'était une femme. Elle ne pouvait pas lui faire vraiment du mal …

« Euh non, non, je n'attends personne. Je suis … venue me promener dans la foire après mes répétitions. Vous m'avez vue ?! Ce sera encore plus beau lors du grand soir … N'hésitez pas à emmener vos proches. »

Les mots étaient sortis tous seuls, réplique bien huilée qu'elle avait appris par cœur et qu'elle répétait machinalement. Jinarra s'arrêta et sourit. Sa voix reprit sa contenance et eut l'air soudainement plus masculine.

« Excusez-moi, l'habitude de faire de la publicité … Je ne suis pas contre bavarder un peu. Je m'appelle Jinko Tori mais on me surnomme Jin. Et je crois que nous avons tous les deux la fâcheuse habitude d'observer les gens à leur insu ... »

Jinko n'était pas timide et il n'avait pas peur de parler de façon un peu légère -quoique toujours respectueuse- à une personne plus âgée que lui. Sous son apparence, Jinarra laissait plus facilement éclater sa curiosité et son entrain naturels.

« Par contre, je n'ai pas l'honneur de vous connaître ? Que faites-vous ici ? Pardonnez mes questions indiscrètes mais c'est la première fois que je viens à Sierra et je suis curieux de savoir ce qui attirent les gens ici. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Charis Sandragil
Ilédor
Ilédor
avatar

Nombre de messages : 281
Age : 27
Date d'inscription : 01/04/2010

.:: Le Carnet ::.
Âge du Personnage: 34 ans
Profession: Informatrice
Positionnement : Régulière (en surface)
MessageSujet: Re: Rencontre des genres   Ven 18 Avr - 20:01

Charis sourit d’un air entendu en apprenant que la place était bel et bien libre. Elle prit un air intéressé pendant que le jeune homme lui présentait le programme de ses prochaine apparitions, notant qu’il ne perdait pas le nord : toute occasion était bonne à prendre. Intérieurement, Éléni approuva. Elle ne savait pas encore ce qu’elle ferait lors du grand soir, point culminant de la Foire Annuelle, mais si Gribus n’avait pas de meilleure idée, elle y emmènerait leurs enfants. Peut-être. Du ton un peu bourru de la bonne marchande, elle répondit :

- Il n’y a aucun mal. C’est le bouche-à-oreille qui fait tourner la boutique, comme on dit par chez nous.

Ainsi donc, Jinko – sa voix était soudainement plus contrôlée, pour une raison inconnue – semblait disposé à bavarder un peu. Et même à se laisser aller à une vague confidence, puisqu’il avait remarqué qu’elle l’avait observé. À cette remarque – si seulement il avait su à quel point il voyait juste ! – elle sourit franchement, puis répondit sur un ton ravi :

- C’est le nœud du métier, mon cher Jinko, d’observer les gens à leurs insu ! C’est comme ça que je repère les clients importants, ceux qui vont allonger la monnaie, dans mon magasin. Ah oui, je vends des tissus, n’hésitez pas à venir vous fournir chez nous – c’est à Edor Adeï, et oui moi aussi je suis bien rôdée sur la question de la réclame.

Si on lui demandait un nom, elle donnerait celui d’un sous-traitant de son père. Peu importait, ce type de publicité sauvage avait de toute façon peu de chances d’aboutir. D’un ton confidentiel, elle se pencha en avant :

- Et puis, c’est aussi par l’observation qu’on flaire les plus grands secrets – allons ne faites pas semblant, tout le monde aime apprendre un potin croustillant.

Charis était attentive à ne laisser transparaître que de la bienveillance. Retourner les mystères contre les gens, c’était son métier. Mais là, elle ne faisait que prendre du bon temps. Elle ne cherchait pas à éventer un quelconque et hypothétique secret, simplement à partager l’excitation qui entourait la connaissance de l’information – ce qui après tout constituait une part de la véritable femme qui se cachait derrière les traits d’Éléni.

- Je manque à tous mes devoirs ! Je m’appelle Vanhilde Termaron. Oui oui, comme feue la Conseillère de Therdone. Ma pauvre mère, je ne sais guère à quoi elle pensait !

Cela faisait des années que Charis n’avait plus repensé aux événements du siège, ni à la fin sanglante de cette Conseillère en particulier, mais en reparler la ramena d’un coup en arrière – elle tenta de ne pas se laisser distraire par les torrents de larmes qu’elle avait versés autrefois. La question innocente de Jinko la ramena sur terre et lui arracha un rire :

- Voyons c’est évident ! Qui veut rater la Foire Annuelle ? Personne ! C’est ici le cœur de l’action et de la fête. Je suis venue m’amuser – et me faire quelques contacts avec ces malfrats du Phémur, question de ne pas laisser des cargaisons précieuses m’échapper ! Figurez-vous que les Pirates ont saccagé le vaisseau qui transportait mon satin ! Plus rien n’est en sécurité, décidément... Enfin, je ne vais pas vous ennuyer avec mes déboires. Et puis, il paraît même que l’Élu en personne est venu !

Charis reprit son souffle. Puis, avec un intérêt tout naturel, comme si elle n’avait pas monopolisé la parole pendant cinq minutes à elle seule :

- Et vous, vous aimez Sierra ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jinko Tori
Ephémère
Ephémère
avatar

Nombre de messages : 29
Age : 28
Date d'inscription : 21/03/2014

.:: Le Carnet ::.
Âge du Personnage: 22 ans
Profession: Dresseuse
Positionnement : /
MessageSujet: Re: Rencontre des genres   Jeu 1 Mai - 16:03

Jinko éclata de rire. Un rire qui n’avait rien de féminin puisqu’il était bruyant et incontrôlé mais dont la tonalité était légèrement aigüe. Elle appréciait la femme, sa bienveillance mais aussi son humour pince-sans-rire qui lui faisait immanquablement pensé à son père.

« Des secrets ? Quel genre de secret pouvez-vous bien apprendre ici ?! Mais je suis assez d’accord sur le fond. J’aime observer les gens et essayait de deviner leur vie. Peu importe qu’ils soient Gardan ou crieur des rues. Mais j’ai une curiosité naturelle pour ceux de mon espèce. »

Bizarrement, Jinarra se sentait encline aux confidences. Après tout, elle n’avait rien à cacher. Son faible secret ne pesait aucun poids dans le grand cercle de la vie. Le vouvoiement montrait le respect que  cette femme d’âge mûr lui portait mais c’était très inhabituel. D’habitude, on la hélait presque comme un animal.

« En revanche, sur le plan des potins, j’ai bien peur de vous décevoir. Je n’y prête pas vraiment l’oreille et la plupart du temps, les personnes dont on parle me sont totalement inconnus. Si j’avais été une femme, je n’aurais pas été une bonne commère. »

Vanhilde … Tevenii ? Telamii ? Quelque chose dans ce goût-là … C’est vrai que c’était une conseillère. Jinarra ne se souvenait plus vraiment de sa fin. Sans doute avait-elle était tuée, elle aussi … Toute jeune à cette époque, elle n’en savait que ce qu’elle comprenait du discours que les voyageurs servaient à son père.

« Je dois vous avouer que je connais très mal cette période de l’histoire. Cela va vous choquer mais, je vivais loin de la civilisation à l’époque et j’étais sans doute trop petit pour en saisir les rouages. »

S’il y avait bien une chose qui ne la trahirait pas, c’était l’emploi du masculin. C’était devenu comme une seconde peau, ces adjectifs qu’elle ne prenait pas le temps d’accorder à son sexe.
Un peu honteuse de son ignorance, elle souffla discrètement quand la marchande changea de conversation. Elle savait la Foire de Sierra importante mais à ce point, elle n’aurait pas imaginé et était assez heureuse de pouvoir y participer.

« Des pirates ?! Votre vie paraît vraiment passionnante ! Si ça ne vous ennuie pas, ça me plairait que vous me racontiez un peu votre vie. Les enfants sont parfois émerveillés par ma vie, ils s’imaginent que voyager par mont et par vaux est très enrichissant. Mais en réalité, ça fait très peu de temps que je suis la famille Zianmoshi et nous avons rarement le temps de visiter lorsque nous passons dans une ville … C’est pour ça que la Foire de Sierre me plaît déjà ! Comme elle dure assez longtemps, j’aurai suffisamment de temps libre pour en profiter un peu, me balader, et essayer de faire quelques rencontres plaisantes. »

Le fait que la marchande parle beaucoup n'était pas sans déplaire à la jeune dresseuse. Elle pouvait écouter d'une oreille attentive et son jeune cerveau en ébullition n'avait qu'à se laisser porter par la conversation.
Machinalement, elle avait commencé à gratouiller Loup derrière les oreilles et le canidé appréciait, la gueule écrasé sur sa cuisse. Elle resta songeuse un instant avant de répondre.

« J’aime ce que j’ai découvert jusqu’ici … Que me conseillez-vous ? Et puis … euh … vous pouvez me tutoyer, vous savez. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Rencontre des genres   

Revenir en haut Aller en bas
 
Rencontre des genres
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les différents genres de fantastiques.
» Petit Perroquet ~ Vent
» Nel Berrywood ou la confusion des genres ! [TERMINEE]
» Les différents types de métal
» Echanges en tous genres : Actualisation régulière

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Tables d'Olaria :: Sierra :: Foire Annuelle de Sierra-
Sauter vers: