AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La Lignée survivra-t-elle?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Noor Arlanii
Ilédor
Ilédor
avatar

Nombre de messages : 83
Age : 27
Date d'inscription : 16/07/2010

.:: Le Carnet ::.
Âge du Personnage: 55
Profession: Douairière
Positionnement : Arlaniiste
MessageSujet: La Lignée survivra-t-elle?   Mar 27 Sep - 6:51

Approcher de la tour à pied, sans regarder le vide qui tend les bras des deux côtés, appelant à lui ceux qui chancellent et s’y précipitent. Sentir sous ses mocassins la pierre froide et presque fragile qui enjambe le gouffre en un arc improbable, avec le grondement des eaux qui se jettent en bas. Regarder droit devant, vers la tour blanche. Respirer à fond.

Une fois qu’elle eut atteint la porte, la Douairière se sentit tout de suite mieux, plus assurée en le sol sous ses pieds. Elle n’avait rien contre le vide, tant qu’il y avait une balustrade pour l’en protéger. Chaque année, on dénombrait des morts qui avaient marché trop près du bord, ou avaient été bousculés par accident. Se déplacer jusqu’à la tour de l’oracle était déjà un exercice de volonté. Monter ces escaliers était aussi un exercice de volonté, quand l’âge vous prenait et que vos yeux fatigués distinguent mal les marches. Et une fois arrivé en haut, attendre avec tous les autres gens du commun que vienne votre tour, c’était un troisième exercice de volonté. Seul Therdone et ses oracles méritaient qu’on fasse preuve d’autant de sacrifice et heureusement la Douairière n’était pas une tiède en matière de foi, il y avait toujours des réserves pour rencontrer les oracles.

Supporter l’odeur du charretier de devant et le langage ordurier de la poule de derrière, entendre des supplications navrantes de médiocrité et/ou de stupidité, se récolter des commentaires haineux des déshérités et se faire aborder par des opportunistes aussi lourd qu’un corps de garde, leur faire comprendre à tout deux de prendre du large. Même lorsqu’on était dans la même pièce, un homme du commun ne parlait pas à la Reine-Mère. Sa personne n’était peut être pas sacrée, mais elle était suffisamment importante pour que la boue ne vienne pas tacher le bas de sa robe.

Dans ces conditions favorables à un repli sur soi, elle préféra fermer les yeux et prier plutôt que sortir des phrases qui seraient désagréables, et qui ne mettrait personne dans des conditions favorables pour rencontrer les oracles. Même à l’égard de cette mère de famille qui pleurait pour avoir de quoi manger, entouré de ses marmots grouillants et hâves. La charité, ce n’était ni le bon lieu, ni le bon moment pour ca, qu’elle sorte.

La file progressait, alors que Noor en appelait aux ressources que Therdone lui donnerait pour la patience à avoir. Il y avait du monde, rien de neuf par rapport à d’habitude, mais c’était exacerbé par rapport à d’habitude, vu le temps de crise ; et aucune priorité n’était accordée à personne, l’antichambre des oracles était peut être le seul espace égalitaire de tout Isle. Pour les esprits chagrins, cela signifiait : « tout le monde n’avait le droit à rien » mais peu importe. Le temps viendrait où on pourrait franchir les portes.

Maintenant c’était un gras qui la saluait comme une vieille amie, il n’eut cependant pas l’affront de la serrer dans ses bras comme il semblait se préparer à le faire, et tant mieux pour lui, il n’aurait plus jamais eu aucun asile en Edor Adei. Ce ver de terre médiocre cherchait visiblement à faire son intéressant devant ses amis, elle le laissa parler, et surtout le laissa partir sans avoir décrisper un seul mot ni un seul geste. Pourvu qu’il n’y en ait pas d’autres comme celui là. C’était des moments comme ceux-là qui dissuadaient la Douairière de venir aussi souvent qu’elle en avait envie.

Malgré son immense respect pour les oracles, ils ne méritaient pas que l’on affronte la plèbe aussi souvent qu’elle avait des questions. D’ailleurs, relativement peu de nobles le faisaient, alors qu’ils étaient probablement ceux qui avaient le plus besoin de connaître l’avenir, ou qui y avaient le plus d’intérêt. Ils avaient aussi des questions d’un intérêt supérieur aux autres de la plèbe. Mais non, ils patientaient comme les autres dans l’antichambre et pour peu qu’ils ne soient pas très populaires, ils en ressortaient en chemise…

Elle était à la porte, enfin ! Plus qu’à attendre que… c’était rapide, c’était déjà son tour.

Noor Arlanii entra face aux oracles dans l’attitude d’un pénitent, faisant preuve d’autant d’humilité devant les oracles qu’elle avait fait preuve de morgue dans l’antichambre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
La Lignée survivra-t-elle?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Veut voir Abdel mais tomber sur Nirina (Pv elle)
» La «frontière» est-elle carrément fermée entre Haïtiens et Dominicains même au Q
» Quand haiti pourra-t-elle exporter vers RD?
» L'armée d'Haïti est-elle soluble dans la démocratie ?
» Elle est admirable cette haitienne.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Tables d'Olaria :: Introduction à Olaria :: ♦ Les chemins de la vérité :: ♦ Quinze ans plus tôt :: Ville basse :: La Tour des Oracles-
Sauter vers: