AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Devenir serpent pour tromper les vipères

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Charis Sandragil
Ilédor
Ilédor
avatar

Nombre de messages : 281
Age : 27
Date d'inscription : 01/04/2010

.:: Le Carnet ::.
Âge du Personnage: 34 ans
Profession: Informatrice
Positionnement : Régulière (en surface)
MessageSujet: Devenir serpent pour tromper les vipères   Mar 5 Avr - 17:24

Le Bal... quelle vaste plaisanterie du plus mauvais goût !

Rien que d'y penser, Éléni sentait un arrière-goût amer en bouche. Le nid de vipères se voulait accueillant ? Eh bien soit, ils iraient tous, à leur nez et à leur barbe ! De ce qu'elle savait, bon nombre de membres de la Révolution et de la Dissidence allaient s'y rendre. Si elle n'avait pas appartenu à la Noblesse de Rang, Éléni aurait bien aimé s'y glisser et glaner des informations. Seulement voilà : elle allait être forcée d'y apparaître en tant que Charis Arcarian, sans aucun artifice. L'idée tout à fait stupide, mais ô combien incontrôlable, qu'elle puisse être reconnue – ce qui était définitivement ridicule, car il n'y avait aucune chance que les gardes de la Prison soient au Bal, et puis ils ne l'avaient pas démaquillée, donc ils ne pouvaient pas savoir – la rendait nerveuse.

Heureusement, elle avait mille choses à penser, et elle parvenait à ne pas se laisser obnubiler par le Bal donné pour la putain Olarile. La Dissidence en serait, bien sûr. L'objectif n'était pas de faire un coup d'éclat – ils n'étaient pas fous – mais de laisser traîner ses oreilles et de faire fonctionner à pleine puissance leur esprit de déduction face aux attitudes adoptées par les grosses pointures qui y paraderaient. Éléni avait appris que le Guet serait de la partie, et l'idée ne lui plaisait pas. Cette grosse brute de Soren Golan était capable du pire, ils l'avaient vu. Comme il était hors de question de risquer une arrestation, Éléni avait supervisé le rôle de chaque Dissident en s'assurant qu'il n'y avait aucun moyen de comprendre leur véritable affiliation. Ce faisant, elle avait fini par se résoudre à déguiser elle-même Elenor Jagharii.

Éléni n'aimait pas partager son art, parce que ça impliquait de révéler une partie de ses secrets. Les exceptions étaient rares, mais elle ne voulait pas que l'ancienne Militaire risque quelque chose, et sa présence pouvait être vraiment utile. Contrairement à la majorité des Dissidents, elle était Noble de Sang et saurait où regarder, qui regarder, et comment regarder. Le seul moyen qu'Éléni voyait, pour qu'elle rejoigne le Bal, c'était de lui donner une apparence complètement improbable pour la fière Elenor. Elle imaginait déjà quelque chose de très féminin et une élégance poussée à l'extrême – porté par exactement le genre de cruche que Sipik devait détester.

Elles s'étaient fixé rendez-vous dans une planque des Quartiers Commerçants, dont une Noble pourrait ressortir sans trop attirer l'attention. Ponctuelle, Éléni avait adopté l'allure d'une brunette d'une trentaine d'années, typiquement la jeune mère de famille dynamique des Quartiers Commerçants. Après, il faudrait qu'elle coure chez elle enlever tout ça et rendre Charis Arcarian naturelle, discrète et... facilement oubliable.

Quand Elenor pénétra la planque, Éléni vint à sa rencontre et la salua, comme d'habitude. Pourtant, Éléni s'était faite moins facétieuse. Irrémédiablement, ces quelques heures en cachot l'avaient changée. Et puis, de son côté, Elenor n'était plus vraiment la même non plus. Elle avait dû fuir le Ceste Clouté et semblait avoir quitté Sieben, qui du goût d'Éléni se laissait trop approcher par une femme du plus mauvais goût. Leur situation se compliquait davantage de jour en jour. Quoi qu'il en soit – Éléni ne se serait jamais permise d'interroger Elenor à ce propos – Sipik avait été démunie au point de devoir aller vivre avec Elandor.

Éléni sourit à Sipik, puis lui désigna une chaise au milieu de la pièce. Ce n'était guère le moment de ressasser ces mauvaises pensées. Elles avaient du pain sur la planche, pour transformer Elenor en magnifique petite dinde des Hauts Quartiers.

- Installe-toi ! Je t'ai préparé un rôle sur mesure, mais si tu as tes propres idées, j'adapterai. C'est plus facile à jouer si tu pars d'une idée qui t'est propre, tu risqueras moins de faire des fautes. Mais attention, ne pars surtout pas de repères connus, ça, ça tourne souvent mal...

Tout en discutant, Éléni sortit son nécessaire à maquillage. Elle l'avait volontairement réduit et n'avait pris que ce qu'elle jugeait nécessaire pour le travestissement d'Elenor. Seuls ses traits changeraient, pas sa corpulence ni sa taille. Maquiller tous ses tatouages serait une tâche suffisamment longue comme ça... Elle s'installa sur un tabouret, face à elle.

- Dans l'idée, pour que personne ne songe à faire de lien entre toi et celle que tu vas incarner ce soir, il faut prendre l'autre extrême : dans notre cas, une pathétique petite grue de la Noblesse fera parfaitement l'affaire. Qu'en penses-tu ?

En arrière-plan, la robe, les chaussures et le sac à main qu'Éléni comptait faire porter à Elenor. Un sourire fugace traversa le visage d'Éléni. Elle n'était pas là pour s'amuser, mais déguiser ainsi Elenor promettait beaucoup...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elenor Jagharii
Décédé
Décédé


Nombre de messages : 594
Age : 29
Date d'inscription : 01/04/2010

.:: Le Carnet ::.
Âge du Personnage: 30 ans, décedée
Profession: Exécutée pour une tentative d'assassinat sur Beltxior
Positionnement : Insoumise
MessageSujet: Re: Devenir serpent pour tromper les vipères   Sam 23 Avr - 20:34

Ce maudit Bal… S’il était bien une chose dont elle se serait passée, c’était ça. Revoir les nobles dont elle faisait tout pour se faire oublier avait quelque chose de… désagréable, cela allait de soi. Mais aussi, et en dépit des avantages que lui confèrerait sa nature dans un tel paysage, de particulièrement dangereux. Certes, certes, elle était noble, connaissait chacun de ces foutus comploteurs, personnellement pour beaucoup, et saurait qui écouter, et qui ne présentait pas le moindre intérêt, mais d’un autre côté elle était le bras… gauche (quelle étrange façon de voir les choses…) de l’Al’Faret, et n’était pas la cible la moins intéressante que la Dissidence avait à offrir.
Mais ils avaient eu raison d’elle, et après de longs pourparlers, elle avait finalement accepté de se rendre à ce Bal ridicule.

Ysor et cette putain Olarile. Non mais vraiment… A défaut d’avoir eu du goût pour les femmes, il aurait au moins pu éviter à la Cité un tel évènement, alors que tous, en bas, crevaient de faim (ou pas loin) en raison du Siège. L’auroch cornu qui frappait aux portes, la maladie, la pénurie chez les pauvres, et eux s’organisaient quoi ? Une orgie, sous les traits distendus d’un bal de fiançailles. Combien Elenor en avait-elle supporté, avant de s’engager pour de bon dans l’armée et d’avoir ainsi une excuse tangible pour éviter ces soirées, et éviter jupons, corsets et autres frivolités inutiles ? N’avait-elle pas été suffisamment Volontaire pour en être préservée ?

De toute évidence, pas encore… Mais sans doute l’aura-t-elle été, après ce qui l’attendait alors.

Eleni te rendra méconnaissable. Par Therdone…

Qu’entendaient-ils par « méconnaissable » ? Qui, en étant honnête, croirait un instant que personne ne se poserait la question, devant cette femme typée… ? Les personnes originaires du Nord d’Isle, dotés de ces mêmes yeux, de ces pommettes hautes et de ces cheveux lisses, et noirs comme le jais, étaient rares en ville. Et plus encore dans la Ville Haute. La noblesse métisse (dont était issue sa propre mère) était souvent décriée et évitée, car d’un mauvais goût à la hauteur de leur isolement en société (là encore, sa mère incarnait un parfait exemple) et Elenor avait ainsi toujours jouit d’une certaine notoriété. Son apparence garçonne, ses chausses ajustées moulant des formes féminines sous le refus des jupons, et son caractère farouche coupait court à toute chance d’anonymat…

D’un autre côté, il s’agissait d’Eleni, et pour peu qu’elle lui trouve un rôle lui évitant de se faire remarquer de trop, Elenor avait de quoi faire confiance à ses capacités. Toujours plus évident d’admirer cela sur autrui que d’être d’une confiance inébranlable lorsque l’on se trouvait aux premières loges…

La petite polymorphe lui avait donné rendez-vous dans l’une des planques du Quartier Commerçants. Ses récentes affaires l’ayant portée davantage dans les bas-fonds de la ville, ou au contraire dans les Quartiers Militaires qu’elle fréquentait à présent plusieurs fois par semaine, en toute illégalité bien sur, elle avait délaissé cette partie d’Edor Adeï depuis des semaines. Afin de ne pas détonner dans le paysage, elle avait revêtu des hardes propres et correctement taillées, la plaçant sans problème dans la haute bourgeoisie. Nul maquillage, se disant que cela ne donnerait que plus de travail encore à Eleni, des cheveux propres et tressés afin de les garder ainsi… Voilà tout.

Arrivée à la planque, elle trouva une Eleni qu’elle salua sobrement, mal à l’aise à l’idée de ce qui se préparait, et s’installa telle qu’Eleni le lui demanda, les mains jointe sur ses cuisses serrées et l’air malgré tout quelque peu penaud.

Exactement, Elenor Jagharii avait peur.

Elle n’avait plus porté le jupon depuis des années, et sans doute s’y refuserait-elle le jour de son mariage même (si tant est que ce jour vienne seulement…) l’avantage étant qu’un aubergiste bourgeois était moins la cible de ce genre de considérations qu’un noble.

Elle leva vers Eleni un regard presque… implorant, et écouta ce qu’elle avait à dire.

Elle jeta un regard derrière la jeune femme, et fit la grimace. Robe, sac, toilette… Noblesse. Elenor s’en voulut à l’idée de la contrarier, mais préféra cependant nuancer la proposition de la jeune femme.

« Je ne sais pas… Je suis très connue dans la Ville Haute… Et me faire annoncer me paraît peu judicieux. Peut-être vaudrait-il mieux opter pour des traits plus anonymes… Je pensais par exemple à me faire passer pour un membre du personnel. Je sais d’expérience que personne ne regarde jamais les servantes… Alors qu’une noble inconnue, toute vulgaire soit-elle… »

Elle s’en voulait de lui dire cela, au fond, mais malgré tout… Quand bien même Eleni parvenait à faire oublier en partie ses traits, il lui faudrait se justifier, mentir sur une lignée quelconque, se risquer à croiser un prétendu cousin… Et sa voix… Elle avait une voix grave qu’elle ne pourrait maitriser toute la soirée, et un timbre solide, connu… La jeune femme présumait peut-être de ses dons d’actrice, et son anonymat reposerait plus sur ses atours et son statut que sur ses propres talents. Ainsi en allait-il des personnes d’un naturel un peu trop… Prépondérant.

« Peut-être qu’en se contentant des jupons et des dessous unis que je vois, là… Je pourrais me glisser parmi eux, qu’en dis-tu ? »

Elle avait proposé d’elle-même le jupon. Après tout, là où Eleni avait raison était que la féminité serait déjà un bon contrefort. Peu attendraient Elenor dans une robe, et toute simple fut-elle, elle sera déjà un peu moins sur le qui-vive, ainsi.

« Pour le reste, fais comme tu le souhaites, ou comme tu le peux. Nous sommes rares, ici, à être de ce type… » Elle indiqua d’un geste vague son visage aux yeux en amande et au teint mat. « … mais tu es sans doute capable de me rendre plus banale que quiconque… »

A partir de là, elle laisserait Eleni faire ce qu’elle souhaitait d’elle… Après tout, Elenor était bien la dernière personne en mesure de s’occuper de ce genre de chose. Il faudrait aussi qu’Eleni lui donne quelques conseils pour tenir un rôle toute une soirée, sans doute.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.obsidare.fr
Charis Sandragil
Ilédor
Ilédor
avatar

Nombre de messages : 281
Age : 27
Date d'inscription : 01/04/2010

.:: Le Carnet ::.
Âge du Personnage: 34 ans
Profession: Informatrice
Positionnement : Régulière (en surface)
MessageSujet: Re: Devenir serpent pour tromper les vipères   Lun 2 Mai - 20:57

Éléni en ouvrit la bouche de surprise. Elenor ne comptait pas participer au Bal en tant que Noble ? Éléni était partie sur cette base de travail-là parce qu'il lui semblait évident qu'une ancienne Noble ne renoncerait jamais à son statut, et voilà qu'Elenor lui donnait la parfaite preuve du contraire. Changer de plan ne posait aucun problème à Éléni, parce qu'elle n'avait pas encore commencé son travail sur Elenor. Toutefois, il y avait deux problèmes, qu'elle souleva gentiment :

- Mais, Sipik... tu es certaine de pouvoir agir comme une servante ? Je m'inquiète de tes capacités à courber l'échine devant tous les nobles. Si tu es insultée de front et traitée comme une moins que rien, tu es certaine de parvenir à garder ton sang-froid ? En plus, si tu es parmi le personnel qui servira ce jour-là, tu ne pourras pas engager la conversation avec les Nobles, seulement les observer et laisser traîner tes oreilles.

Apprendre la manière dont se comportaient les serviteurs n'était pas bien compliquée, surtout si on avait soi-même été servi, et Éléni ne doutait pas qu'Elenor porterait comme il le fallait les lourds plateaux remplis de mets savoureux, mais... Elle réfléchit un instant. Elles étaient face à un choix. Elenor serait-elle plus à l'aise dans le rôle d'une noble ou d'une domestique ? C'était à elle de décider, après tout. C'était juste que... Éléni l'avait toujours vue comme une personne pleine de fierté et de fougue, qui ne faisait aucune concession.

- C'est toi qui décide.

Le dégoût d'Elenor pour la robe était trop manifeste. Le plus important, c'était de lui donner un rôle dans lequel elle se sentirait suffisamment à l'aise pour ne pas se trahir. Éléni jeta un œil à ce qu'Elenor se proposait de porter – un jupon !

- Non, ça n'ira pas. Enfin, je veux dire, ça ira pour que tu te rendes jusqu'à la Ville Haute, mais tu devras apporter avec toi une tenue spéciale et te changer là-bas. Le Palais a commandé une livrée spéciale aux couleurs du Gardan Edorta pour cette fête. J'irai t'en chercher une chez le tailleur tout à l'heure si c'est ce que tu souhaites. Et je verrai dans quelques minutes qui tu pourrais remplacer parmi les domestiques.

Elle n'avait pas prévu la présence de Sipik quand elle s'était occupée de postuler auprès du Palais pour les Dissidents qu'ils allaient infiltrer. Mais elle pourrait toujours s'arranger pour faire introduire Elenor. Dans le pire des cas, elle n'aurait qu'à prendre la place d'un autre Dissident. L'identité de Sipik importait peu, alors. Un nom anonyme suffirait amplement, et il n'y aurait même pas le besoin d'établir une filiation, parce qu'une réponse évasive sur l'endroit où elle vivait suffirait. Le monde du service avait l'avantage de ne pas poser trop de questions. Il faudrait juste que le Maître Intendant soit satisfait de ses services.

- Le point positif, c'est qu'il n'y aura pas vraiment à mentir, alors. Il suffit que les autres membres du personnel te prennent pour quelqu'un d'assez peu sociable et on te laissera tranquille, tant que tu effectueras correctement toutes les tâches qu'on te demandera, mais je pense que ça ira.

Elenor avait vécu au Ceste. Elle savait nettoyer une table, récurer des casseroles et faire le service. Rien ne devrait lui poser problème, normalement.

- Essaye de te détendre, découvre tes épaules et relève le bas de tes vêtement, s'il te plaît.

Fort heureusement, la livrée commandée par le Gardan Edorta couvrirait quasiment tout le corps d'Elenor. Si Éléni voulait tout de même maquiller certaines parties de son corps, qui n'étaient pas censées apparaître au grand jour, c'était pour prévenir tout geste inattendu. Il suffisait qu'un enfant retienne son jupon et que son habit se déchire au mauvais endroit pour la compromettre bêtement.

- Normalement, ces précautions seront inutiles, mais on ne sait jamais...

Lentement, Éléni prit une éponge qu'elle frotta dans une base de couleur cuivrée. Puis, elle regarda une dernière fois Elenor et se permit un regard encourageant. Amarante Jagharii lui-même ne la reconnaîtrait pas, foi de polymorphe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elenor Jagharii
Décédé
Décédé


Nombre de messages : 594
Age : 29
Date d'inscription : 01/04/2010

.:: Le Carnet ::.
Âge du Personnage: 30 ans, décedée
Profession: Exécutée pour une tentative d'assassinat sur Beltxior
Positionnement : Insoumise
MessageSujet: Re: Devenir serpent pour tromper les vipères   Sam 7 Mai - 21:17

Aux inquiétudes d’Eleni, Elenor afficha un léger sourire. Elle s’amusait intérieurement du trouble qui transpirait de ses mots. De toute évidence, imaginer la Jagharii sous les traits pleins d’humilité d’une domestique était absolument inconcevable dans l’esprit de la jeune femme. C’était une chose plutôt amusante pour Elenor. La preuve que malgré l’attachement qu’elle avait pour la polymorphe, celle-ci n’en savait pas beaucoup plus sur elle qu’elle n’en savait sur elle. Oh, bien entendu, elle connaissait son nom, son visage véritable et une partie (infime, sans doute, ce qui se passait en campagne restait en campagne) de son histoire, mais au fond elle ne savait pas ce qui sommeillait au plus profond d’elle.
La femme Illustrée demeurait donc un mystère pour beaucoup de monde et malgré le côté désuet d’un tel pouvoir, Elenor en tira, sur le coup, un certain plaisir. Son sourire se fit alors plus énigmatique, en concordance avec ses pensées, et elle fixa Eleni avec une intensité.

« Je ne suis pas née de la dernière pluie, ma belle. » Le soldat. « S’il est une chose pour laquelle tu peux me faire confiance, c’est estimer de mes propres compétences. Tu pourras constater en découvrant ma peau qu’en douze ans de services rares ont été les fois où l’acier à mordu ma peau. Et je ne dois pas cela à la chance. »
Elle tendit alors sa main pour prendre celle d’Eleni et interrompre une seconde ses préparatifs.
« Je suis quelqu’un de prudent, malgré les apparences, et si je t’affirme sereinement que je peux faire une chose, tu peux me faire confiance, Eleni. »

Voilà pour la remise en contexte. Pour en revenir plus précisément au dilemme dont il s’agissait :
« En ce qui concerne mon apparence, j’aurais moins de mal à courber l’échine qu’à cancaner. Je suis issue du moule des soldats, et ai abandonné mon statut à de très nombreuses reprises, dans ma vie. Une fois de plus ne me fera pas le moindre mal. »

Décision prise, donc. Un sourire bravache aux lèvres, Elenor écouta tranquillement la réponse d’Eleni. Il y avait dans le ton quelque chose d’un peu tendu, peut-être était-elle contrariée par ce changement de programme ? Elenor aurait été mal placée pour ne pas comprendre une chose pareille. Mais malgré cela, elle avait une solution. « Excuse moi de te presser ainsi, mais ce sera parfait. Je pourrais assurer une fois sur place. » Un sourire franc, puis elle posa un regard sur les ustensiles d’Eleni.

Elle lui donna quelques instructions. Découvrir ses épaules et le bas de ses jambes. Oh, elles étaient entre femmes, de toute façon.

Après avoir haussé les épaules, Elenor déboutonna sa chemise avec des gestes quelque peu gauches (sa main droite, quoi que bien plus habile qu’il y avait quelques semaines, était encore peu sure sur les travaux de précision) et l’ôta simplement. Après tout, des tatouages, elle en avait de partout. Un regard complice pour la jeune femme (et pour guetter une gêne éventuelle à la vue de la peau dénudée du Capitaine Jagharii) et Elenor déplia donc sous ses yeux le tableau vivant de ses tatouages. Lionne Jagharii redescendant sur son bras, large poisson flamboyant fendant les flots et descendant le long de sa colonne, rose des sable, loups hurlant à la mort, mozaïque fleurie et dentelle d’encre… Un infime aperçu de ce qu’Eleni, bien qu’elle n’en ait guère le temps, avait le loisir de découvrir…
Ils étaient en partie la cause du manque de pudeur d’Elenor. Elle ne concevait plus vraiment son corps comme nu, quand bien même il l’était, et ce depuis des années. A l’armée, elle se souvenait des regards étonnés de ses hommes lorsqu’elle parcourait désert ou littoral les épaules, et une partie du buste à nu. Sa chair ne serait plus jamais vierge… Comme en écho à cette femme, faite depuis de nombreuses années.

Elle laissa Eleni masquer l’histoire de sa vie de poudres et de crèmes sans sourciller un instant. Eleni s’appliquait, et avait opté pour un teint de bon goût. Lorsqu’elle en eut terminé de son torse, Elenor secoua doucement la tête et remonta néanmoins le bas de son pantalon. « Comme tu peux le constater, mes jambes n’ont pas encore été contaminées. J’ai encore quelques aventures à vivre. » Un clin d’œil, et elle afficha ses mollets qui, en effet, étaient encore vierges de tatouages. Elle pourrait néanmoins en ajuster le teint si elle le voulait.

Elenor ignorait de quelle manière Eleni pourrait la modifier suffisamment pour masquer ses traits si identifiables, mais une chose était certaine : elle avait hâte de voir le résultat.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.obsidare.fr
Charis Sandragil
Ilédor
Ilédor
avatar

Nombre de messages : 281
Age : 27
Date d'inscription : 01/04/2010

.:: Le Carnet ::.
Âge du Personnage: 34 ans
Profession: Informatrice
Positionnement : Régulière (en surface)
MessageSujet: Re: Devenir serpent pour tromper les vipères   Dim 8 Mai - 17:25

Estimer ses propres compétences. Éléni se sentit rougir. Bien sûr qu’elle faisait confiance à Elenor ! C’était seulement que... qu’elle n’avait pas pu s’empêcher de s’inquiéter. Mais elle retint la leçon, devant l’assurance de l’ancienne militaire. Elle ne mettrait plus en doute ses affirmations, tout aussi étranges que ces dernières puissent lui paraître. En croisant le regard de la Jagharii, Éléni sut qu’elle n’échouerait pas, et que tout se passerait comme elle l’avait dit. Il y eut un léger silence, puis elle assura vigoureusement :

- Mais je te fais confiance, Sipik.

Au début gênée par le fait de voir Elenor nue, Éléni découvrit, pour la première fois depuis qu’elle la connaissait, tous les tatouages qui parsemaient son corps. Elle ne put faire autrement que de rester sous le coup de l’admiration pendant quelques secondes. Elle le savait, mais c’était autre chose de les voir en vrai. Dans un sourire épaté, elle renonça à tenter d’exprimer la beauté des couleurs par des mots. Le plus frappant d’entre tous, c’était forcément l’immense poisson qui ornait son dos. Tout d’un coup, ses réticences à la maquiller disparurent. Recouvrir tout ça allait se révéler plus intéressant que de simplement changer le teint d’Elenor. Chaque tatouage découvert était aussitôt caché sous une épaisse couche de fard. Quant aux jambes et aux futures aventures...

- J’espère bien. Sipik en fera partie un jour, je suppose ?

Tout dépendait de la manière dont Elenor choisissait ce qui pouvait prendre place sur son corps. Mais au fond, peu importait. Est-ce qu’Elenor aurait la sensation d’avoir terminé sa vie le jour où son corps serait entièrement recouvert de tatouages ? Drôle de question... Satisfaite, Éléni posa le fond de teint qu’elle avait généreusement appliqué au corps. Maintenant, Elenor avait vraiment l’air d’être nue, et Éléni lui demanda de s’habiller avec ce qu’elle avait choisi, en espérant que le retour de sa gêne ne ferait pas trop rire l’ancienne militaire. Cette fois-ci, elle prit la petite caisse qui contenait différentes nuances de couleurs, choisit quelque chose de proche du teint cuivré précédemment appliqué et refit entièrement le jeu d’ombres du visage d’Elenor, créant des fossettes là où il n’y en avait pas, faisant fuir un front droit, changeant légèrement l’arrête du nez, creusant les joues. Changeant de teint en fonction du résultat espéré, elle accentua les plis de son visage, la vieillissant de plusieurs années au passage. Les coins de sa bouche se firent amers et des rides apparurent sur son front. Enfin, elle se saisit d’un pinceau fin qu’elle trempa dans du noir, et entreprit d’agrandir les yeux d’Elenor, pour leur ôter cette caractéristique tellement reconnaissable. Elle conféra un volume inhabituel à ses cils en allongeant ces derniers, mais pas à la manière d’une jeune fille prête à papillonner, plutôt dans un genre broussailleux. Elle redessina également ses sourcils, arrondissant délicatement l’arcade. Prenant un autre pinceau qu’elle trempa dans un rouge à peine plus foncé que les lèvres d’Elenor, elle entreprit également de lui dessiner une bouche un peu plus pulpeuse, et un peu plus large.

Éléni entreprit ensuite de recoiffer Elenor, en ramenant ses cheveux sur le sommet de sa tête, en égalisant leur volume. Puis, elle choisit une courte perruque de couleur brune, dont les tons rappelaient immanquablement les gens originaires du sud-ouest. Elle la posa patiemment sur les cheveux d’Elenor, fixant fermement chaque recoin, de sorte à ce que même une personne lui tirant les cheveux n’arrache pas la perruque et ne dévoile pas ses véritables cheveux. Quand elle eut testé la solidité de leur attache, elle s’éloigna d’Elenor de quelques pas, jaugeant son travail.

Elle eut une moue appréciatrice, corrigea encore plusieurs détails, puis fourra un miroir dans les mains d’Elenor.

- Alors ?

Impossible de ne pas sourire devant le choc visible de l’ancienne militaire, qui resta un certain temps devant le miroir à vérifier chaque partie de son visage. Elenor était méconnaissable, c’était le moins qu’on puisse dire. Et le temps avait filé. Tout en donnant des instructions à Sipik sur son comportement, le type d’accent qu’elle devait emprunter, le genre d’histoire anonyme crédible pour le cas où une autre servante voudrait tuer le temps avec elle, Éléni rangea en deux trois mouvements ses affaires, qu’elle n’aimait pas exposer. Il était temps qu’elle aille se préparer, elle aussi.

Et soudain, alors qu’elles allaient se séparer, elle mit le doigt sur ce qui la troublait, en présence d’Elenor. Le petit mal-être qui changeait tout. Malgré le fait qu’elles se soient revues, elle ne lui avait jamais dit merci, pour la Prison. Et depuis, Éléni avait largement eu l’occasion de reconstituer ce qui s’était passé. Et elle n’avait pas encore osé dire à Elenor qu’elle était sincèrement désolée pour cet homme, Wildon, et qu’elle n’avait pas souhaité ça. Elle se tourna vers Sipik, la gorge serrée. Si elle ne lui disait pas maintenant, elle ne le ferait plus. Sans doute que leur proximité durant ces quelques heures y était pour quelque chose, mais là, elle pouvait le faire.

- Sipik, attends !

L’ancienne militaire se retourna, étonnée, sur le pas de la porte. Éléni continua avec détermination, forte de l’expérience qu’elle commençait à acquérir. Il fallait qu'elle lui dise, mais calmement.

- Tu n’as peut-être pas envie de l’entendre de ma bouche, mais... j’ai appris tout ce qui était arrivé à la Prison. Je voulais te dire merci. Et aussi que j’étais sincèrement désolée pour ce qui était arrivé à Wildon. Et aussi t’assurer que je ferai en sorte que son sacrifice n’ait pas été vain.

C’était tout ce qu’elle pouvait promettre. S'il était mort pour la Dissidence, sans en être, par fidélité à Elenor, le moins qu'elle pouvait faire était de porter en sa mémoire la Dissidence aux sommets. Elle regarda Elenor, maintenant soulagée d’avoir parlé. Quelle que soit sa réaction, Éléni aurait réglé ses comptes. Et peut-être que les nuits seraient moins courtes, dorénavant...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elenor Jagharii
Décédé
Décédé


Nombre de messages : 594
Age : 29
Date d'inscription : 01/04/2010

.:: Le Carnet ::.
Âge du Personnage: 30 ans, décedée
Profession: Exécutée pour une tentative d'assassinat sur Beltxior
Positionnement : Insoumise
MessageSujet: Re: Devenir serpent pour tromper les vipères   Dim 8 Mai - 18:08

Elenor observa son reflet un moment. Passée la stupeur de la découverte (elle avait réellement eu l’impression de découvrir une toute autre personne) son esprit se mit en branle, et les idées lui vinrent peu à peu. Elle ressemblait à s’y méprendre à une joyeuse de Hurg Aari qu’elle avait connue par le passé. Une version sensiblement plus âgée. Peut-être était-ce ce à quoi elle ressemblait, aujourd’hui ? Lui revint alors son nom, et quelques fragments de son histoire.
Les gens du désert étaient de gais lurons qui avaient laissé la haleur torride de leurs terres emplir leurs cœur. Elle connaissait leurs contes et leurs mœurs, aussi pourrait-elle donner le change sans trop de mal.

Elle écouta attentivement les conseils de la jeune femme quant à son accent, s’entraîna en silence à la prononciation telle qu’il lui faudrait la soigner, puis prit une profonde inspiration.

Elle était prête.

Elle se prépara donc suivant les conseils d’Eleni, non sans se sentir, de prime abord, légèrement incommodée par les jupons. Cela faisait des années qu’elle n’en avait plus porté, et la sensation de ses cuisses tendues plaquées l’une à l’autre la choqua lors de ses premiers pas. Une chance qu’elle ne se soit pas laissée aller depuis sa retraite, sans quoi elle aurait du se dandiner comme nombre de ces femmes grasses et délabrées. Non, elle était toujours fine, athlétique, et cela contribuerait à ne pas faire de cet accoutrement quelque chose de trop désagréable.

Elle était prête à suivre les instructions données plus tôt par Eleni, pour ce qui était de récupérer la livrée et de se rendre au palais, et s’avança, après l’avoir remerciée, d’un pas décidé vers la porte quand la jeune femme l’interpella.

Surprise, elle se retourna et l’écouta.



Wildon. Elle pensait moins souvent à lui, ces derniers temps, mais à ces mots les souvenirs affluèrent comme une marée brutale. Elle revit la dévotion de son homme d’antan, qui s’était sacrifié pour une parfaite inconnue pourvu que c’était là ce que le Capitaine Jagharii désirait.

Et Elenor, qu’avait-elle désiré ? Aurait-elle mieux vécu la mort d’Eleni que celle de l’homme qui avait marché à son côté près d’une décennie ?

Voilà ce que le Capitaine s’était demandé, ce jour sombre, recluse sur le tabouret tandis que Lan prenait soin de la jeune femme… Voilà ce qui était né d’un mutisme et d’une douleur refoulée. Il avait sacrifié sa vie à une femme, et à une cause qu’il ne connaissait pas.
Peut-être était-ce là le destin des guerriers, peut-être cela valait-il mieux… Après tout, Eleni était jeune, et elle avait encore la vie devant elle. Elle ne méritait bien entendu pas de souffrir ainsi…

Le dilemme, toujours vivant, mais enfoui profondément au fil des jours, ressurgit tout à coup. Seule expression du trouble qui la saisissait, Elenor resta interdite quelques instants, échangeant avec Eleni un regard hésitant. Finalement, elle hocha la tête. La jeune femme était innocente, et Wildon avait décidé de se sacrifier, nul n’aurait pu l’en empêcher. Du moins était-il plus sain de penser ainsi.

Elenor se forgea un sourire dont elle ignorait s’il était convaincant ou pas, et glissa à voix basse : « Ne te tracasse pas pour cela, Eleni. Il savait ce qu’il faisait. » A voix basse, pour qu’elle ne l’entende pas trembler.

Un dernier regard, rendu un peu sauvage par le malaise, puis elle s’en fut.

Elle s’en fut juste à temps pour que la jeune femme ne voit pas les larmes poindre dans ses yeux noirs. Elle les ravala tant bien que mal, préoccupée par le maquillage qu’il ne faudrait pas abîmer, et s’engagea d’un pas tonique en direction du tailleur qui devait pouvoir lui fournir une livrée de domestique…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.obsidare.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Devenir serpent pour tromper les vipères   

Revenir en haut Aller en bas
 
Devenir serpent pour tromper les vipères
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un jeu vidéo pour devenir chirurgien... virtuel...
» Pour devenir partenaire
» Astuce pour devenir riche ou "moyen"
» Une quête pour devenir un pirate !
» Votre Parcours pour Devenir Maître Pokémon !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Tables d'Olaria :: Introduction à Olaria :: ♦ Les chemins de la vérité :: ♦ Quinze ans plus tôt :: Ville basse :: Les Quartiers Commerçants :: Les Fières Masures-
Sauter vers: