AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 "Nous trouverons ce fils. Où qu'il soit".

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Vanhilde Tehanii
Décédé
Décédé
avatar

Nombre de messages : 217
Age : 34
Date d'inscription : 31/03/2010

.:: Le Carnet ::.
Âge du Personnage: 37 ans
Profession: Conseillère (Religion)
Positionnement : Conservatrice
MessageSujet: "Nous trouverons ce fils. Où qu'il soit".   Lun 20 Sep - 17:38

En sortant du Palais, Vanhilde avait un boule au ventre. Depuis longtemps, l'impatience ne l'avait plus fait frissonner. Or, en réfrénant sans cesse n'importe quelle émotion plus forte que la Volonté dans l'esprit humain, la Conseillère avait perdu l'habitude de trop ressentir, et s'en trouvait indisposée. L'envie profonde d'avancer, d'en savoir plus encore, et la soif de connaissance infinie lui bouchaient la vue.

Elle avait fait demander sa Voiture, qui tardait, et elle commençait à trépigner. C'était si rare, qu'elle se mordait déjà la lèvre en punition. Si rare de laisser ainsi des désirs trop puissants exploser, cassant sa figure droite et revêche. Alors que s'avançait son fiacre, le cochet eut droit à un regard noir, si sombre qu'il était assuré d'être non seulement réprimandé au centuple, mais également à la rue le soir-même. Les cheveux, sensibles à cette atmosphère électrique, s'agacèrent, et la cabine tanguait lorsqu'elle y pénétra.

« A la Tour des Oracles, et à une vitesse proportionnelle à votre incompétence. » Fit-elle sèchement, sans élever la voix plus que de raison.

Se maintenant assise, le coeur battant à chaque mètre englouti, il lui tardait de savoir ce que les Oracles auraient à lui révéler. A cette heure plus reculée du jour, alors que la nuit tombait, elle savait que tous les badauds venus s'entretenir avec les Voix de Therdone étaient rentrés chez eux, satisfaits ou non. Il lui faudrait simplement attendre qu'on l'annonce, mais Vanhilde savait que Therdorus et Thérasia avaient déjà vu sa venue.

Les roues crissèrent en s'arrêtant brusquement, devant l'entrée du pont qui menait à la Tour. Elle fut aidée par le cochet qui tremblait, et aucun regard ne vint le rassurer. Au contraire, il déglutit, la Conseillère s'éloignant d'un pas vif. En tenant les pans de sa robe noire, Vanhilde ne cherchait qu'à marcher plus vite encore, jusqu'à se surprendre à courir. Elle se freina, releva le menton, et se promit punition.

A l'entrée des massives portes de la Tour des Oracles, on lui ouvrit un battant ouvragé, comme l'on savait son arrivée. Elle n'en était pas étonnée, ne l'était jamais, avec les Oracles : car ils Savaient. Therdone leur donnait une vue si fine, si lointaine, si sa Volonté était telle, qu'elle ne pouvait être surprise de sa Puissance.
On la fit attendre dans le Hall immense et luxueux, dont la richesse était encore plus fine que celle du Palais. Elle ne s'émerveillait pas de cet or et de ces précieuses tentures, car rien n'était trop élégant pour les Oracles, pour la Parole du Tout Puissant.

Un domestique, différent de celui qui l'avait fait entrer, la mena alors dans une salle qu'elle avait déjà visité plusieurs fois. Celle-là même où l'homme avait reçu Lis Diantha, mais ceci, Vanhilde l'ignorait... Dans le salon, Vanhilde trouva les Oracles, et s’accroupit dans une révérence majestueuse. En relevant les yeux sur leurs mentons, elle leva les paumes.

« Pardonnez-moi, Oracles Divins, de venir vous troubler dans l'une de vos paisibles soirées. » Elle savait Thérasia calme et posée. Mais Therdorus avait pour plaisir des jeux parfois moins apaisants. Pourtant, aucun jugement ne pouvait être fait aux Descendants Spirituels de Phaerl Olarii.

« Comme Therdone vous l'a soufflé dans sa Volonté Insondable, je me présente à Vous, car j'ai besoin de vos Révélations. Je vous demande humblement de me dire où se trouve le Descendants de Bakarne, celui annoncé dans votre Prophétie. » Sans doute les Oracles avaient-ils déjà préparé ce qu'ils lui répondraient. Pourtant, Vanhilde espérait qu'il leur était permis de le lui révéler.

Et si Therdone ne souhaitait pas qu'elle Sache... ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Therdorus Uldarii
Ilédor
Ilédor
avatar

Nombre de messages : 213
Age : 31
Date d'inscription : 05/04/2010

.:: Le Carnet ::.
Âge du Personnage: 34 ans
Profession: Oracle
Positionnement :
MessageSujet: Re: "Nous trouverons ce fils. Où qu'il soit".   Lun 27 Sep - 20:06

    On avait averti les Oracles en tout début de soirée de l’arrivée de la conseillère religieuse, Vanhilde Tehanii. Therdorus avait été pris de court, cette fois. Il avait bien l’intention d’aller lui parler dans les jours qui allaient venir, mais voilà, il n’avait pas encore bien préparé tout son plan. La découverte qu’il avait faite de la survie d’Elandor, du fait qu’il soit l’énigmatique dirigeant de la dissidence avait mis en marche tout un tas de mécanisme mentaux chez le jeune homme, qui n’était pas encore certain de tenir le plan parfait… selon la volonté de Therdone, évidemment. Que pouvais donc avoir découvert l’acariâtre conseillère pour arriver à une heure si tardive, sans les faire prévenir auparavant ? Il n’avait pas encore eu le temps d’abattre ses cartes comme il faut avec sa sœur, et il allait falloir jouer de la confiance qu’elle avait en lui.

    Une fois qu’ils furent tout deux installés dans le salon réservé aux hôtes de marque – la règle de base des Oracles était qu’il fallait toujours donner l’impression que l’on attendait même les visiteurs les plus impromptus – il dit à sa sœur, à voix basse :

    « Laisse-moi parler et ne dis mot pour cette fois-ci. Je te demande de me faire confiance, j’agis pour le meilleur et selon la volonté de Therdone. »

    Elle allait lui répondre quelque-chose, quand la porte s’ouvrit et révéla la conseillère. Elle fit les révérences d’usage, mais ne s’éternisa pas et en alla au fait au plus vite, toute persuadée qu’elle était que les Oracles savaient tout à l’avance. C’était d’ailleurs le cas, en l’occurrence. Pour l’un d’entre eux en tout cas. Therdorus lu immédiatement l’étonnement dans le regard de Thérasia, et, en lui posant une main sur le genou, lui rappela ce qu’il venait de lui demander.

    Il savait qu’elle obéirait et ne ferait pas d’esclandre pour le moment, mais il redoutait passablement que leur relation ne se dégrade dans les jours à venir s’il ne trouvait pas de bonnes excuses pour les secrets qu’il avait gardé… et pour les interprétations libres des visions qu’ils avaient eu qu’il avait imposé.

    Après un sourire à sa sœur donc, pour tenter d’apaiser l’incompréhension et la colère qu’il croyait deviner, Therdorus se tourna vers Vanhilde. Il fallait tourner court l’entrevue, elle en savait sans doute déjà trop, et elle avait sans doute déjà échafaudé trop de plans sans qu’il soit la pour en placer les fondations. Elle allait devenir dangereuse.

    « Conseillère, nous vous attendions. Sachez que le descendant de Bakarne est à naitre encore… et que sa mère est en lieu sûr. Sachez que cet enfant montera sur le trône d’Edor Adeï, quels que soient les intrigues qui seront fomentées contre lui. Sachez que selon la volonté de Therdone, je ne peux vous révéler ni l’identité de la mère, ni l’endroit où elle se cache, vous devrez découvrir ces informations par vous-même, pour prouver une fois de plus la force de votre volonté à Therdone. »

    Il se retourna et prit la main de Thérasia pour la faire se lever. Elle le regardait avec de gros yeux, mais gardait son calme malgré tout. Il tourna la tête vers la conseillère.

    « Ainsi Therdone a parlé. »

    Puis il se dirigea vers la sortie. Une fois la porte ouverte, il demanda à un serviteur de raccompagner la conseillère à sa demeure.

    Une fois celle-ci partie, Therdorus s’enferma dans sa chambre pour réfléchir et éviter d’avoir à s’expliquer devant sa sœur. Peut-être avait-il fait là une erreur, peut-être avait-il bien agit. Il savait en tout cas qu’il avait bien fait de cacher cette femme, Lis. Le seul endroit où personne ne pourrait la trouver, c’était bien dans la Tour des Oracles, où nul ne peut entrer sans autorisation, pas même le Gardan Edorta. L’avenir révèlerait si les plans de Therdorus seraient couronnés de succès, ou s’il lui faudrait attendre une nouvelle opportunité de saisir sa chance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://point-final.net
 
"Nous trouverons ce fils. Où qu'il soit".
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Soit au début, soit à la fin, Mars nous montre son venin dans les Terres Balafrées
» « Dans la vie tu as deux choix le matin : soit tu te recouches pour continuer à rêver, soit tu te lèves pour réaliser tes rêves »|| COLOMBE.
» ce que nous faisons : les sauts en image
» Et si nous fermions la frontière avec la RD ?
» Il nous a quittés.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Tables d'Olaria :: Introduction à Olaria :: ♦ Les chemins de la vérité :: ♦ Quinze ans plus tôt :: Ville basse :: La Tour des Oracles-
Sauter vers: