AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Audiences & Révélation - Le Début d'une Double Vocation

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lis Diantha
Décédé
Décédé
avatar

Nombre de messages : 355
Age : 34
Date d'inscription : 15/02/2009

.:: Le Carnet ::.
Âge du Personnage: 33 ans
Profession: Ancienne Prêtresse de Bakarne et surtout future Reine !
Positionnement : Conservatrice
MessageSujet: Audiences & Révélation - Le Début d'une Double Vocation   Jeu 1 Juil - 19:32

Lis avait appris de la bouche-même de Kamélie que Lysandre s'était attaquée à un Oracle. Par les informations qu'elle avait réussi à tirer à un Ilédor lors de son aventure, la Prêtresse savait où trouver cette personne, et comment la rencontrer. Très tôt le matin, elle s'était habillée des étoles offerte par son amant Ilédor, riches et élégantes, ses bijoux ayant été abimés dans la traversée de la Gérax, elle trouvait son cou trop nu...

Ignorant encore si la seule pièce de cette monnaie, qu'elle avait gagné par quelques embrassades bien situées, pouvait lui procurer des pierres et des parures, Lis garda la bourse de tissus à son poignet, contenant son précieux trésor, et sortit à l'Aube.
Dans les rues d'Edor Adeï, les plus miséreux se réveillaient déjà : il était temps pour ceux qui étaient en charge de nettoyer les rues de déjà se mettre au travail, pour que, lorsque les plus riches se lèveraient, le sol soit clair et propre. Elle sauta par dessus une flaque qui semblait être du Cidre, à l'odeur d'alcool fruité, et l'auberge s'éloigna à mesure qu'elle marchait.

Ainsi habillée, il semblait que ces gens ne la regardaient pas aussi mal, ou qu'il s'habituaient. A la vérité, elle avait remarqué que ceux ayant vu d'où elle sortait la suivait du regard. Désormais, les Olarils savaient eux aussi qu'ils devaient être important, et que leur venue ici avait été annoncée par ce même Oracle que Lysandre avait agressé. Toujours aussi stupide, celle-là...
Elle sourit en y pensant, imaginant la scène, regrettant presque de n'avoir été présente pour voir ce spectacle divertissant.

En s'éloignant, elle put demander son chemin sans qu'on la repousse, à un pauvre vieillard qui s'installait pour faire la manche. Inutile de dire qu'elle n'aurait donné son Edor pour rien au monde ! Même s'il lui indiqua le chemin de façon très claire... Il lui fallut marcher encore durant près de 20 minutes, avant de traverser une arche plus travaillée que les autres. L'atmosphère prit quelque chose de mystique, à mesure qu'elle s'enfonçait dans ce qu'elle comprit être un quartier entier dédié au Culte. Elle croisait des Prêtres, avec femmes et enfants, et les bâtiments étaient beaucoup plus nobles que ceux autour de l'Auberge.

Les gens de ce quartier pourtant la regardaient de façon plus étrange, comme s'ils s'attendaient à ce qu'elle vienne leur parler, mais ils ne se montrèrent pas aussi méfiant que les autres Ilédors... Elle put demander à nouveau sa route, à une adolescente qui portait un voile devant les yeux, et qui semblait ne pas savoir exactement comment lui répondre, hésitant entre l'admiration et la neutralité. Après l'avoir remerciée, il lui fallut à nouveau gravir beaucoup de mètres, tant qu'elle se demanda si, un jour, elle arriverait. Mais l'adolescente lui avait donné un point de repère formidable : le sommet d'une Tour, immense et éloignée, qui surplombait tout le quartier religieux.

La Tour des Oracles s'avançait et, alors qu'elle arrivait devant un pont où déjà s'engageaient beaucoup d'Ilédors de toute classe sociale, la Prêtresse prit son mal en patience : ils étaient des dizaines à vouloir eux aussi parler à l'Oracle, visiblement. Dans la file d'attente, et en discutant de ci-de là, réussissant à gagner quelques places par quelques clins d'oeil bien placé dans la conversation, Lis apprit que deux Oracles vivaient dans cette Tour gigantesque, à l'écart de la Cité. Qu'ils étaient jumeaux, et que c'étaient eux qui avaient prédit l'arrivée des Olarils... Elle leva un sourcil, d'abord abasourdie, quand l'un d'entre eux, sans dent, lui dit qu'il savait qui elle était, qu'elle était l'une du Peuple des Sauveurs.

Sauveurs ? Ces gens pensaient vraiment que les Olarils, mille fois moins nombreux et moins savants que tous ces Ilédors, pouvaient les sauver ? Et les sauver de quoi ?

Ces fadaises occupèrent son esprit le temps d'une attente, interminable, sous un soleil qui se levait et promettait d'être ardent. Les femmes les plus Nobles, attendant avec leurs serviteurs, se laissaient éventer par de grands hommes à la carrure imposante, mais au regard éteint. Petit à petit, son tour venait, et lorsqu'elle put apercevoir l'intérieur des lourdes portes qui s'ouvraient et se fermaient au rythme des audiences, Lis crut que toutes les richesses qu'elle avait déjà vu dans le Quartier de Culte n'étaient pas encore suffisante pour décrire la qualité, et la quantité de ce qu'elle avait entre-aperçu. Pourtant, cela ne l'empêcha pas d'être surprise à nouveau lorsqu'on ouvrit la porte devant elle, alors qu'enfin l'Oracle allait lui consacrer un peu de temps.

La pièce était ronde, spacieuse et chaleureuse, propice aux confidences, et pourtant, malgré la hauteur du plafond d'un blanc immaculé, il semblait que les voix ne s'élevaient pas, et restaient dans une sphère privée. En face d'elle se trouvait un homme aux cheveux roux et à l'allure plus noble qu'un paon, richement vêtu. Elle s'avança vers lui en claquant ses talons, impressionnée par tant de richesses, les yeux brillants devant tant de faste. Et pourtant, tout était si harmonieux...
Elle sut instinctivement qu'il lui fallait s'agenouiller, et malgré qu'elle n'ait jamais eu l'entraînement adéquate, sa révérence se trouva très gracieuse, et sans faux pas.

« Je suis honorée de te rencontrer, Oracle, car l'on m'a déjà parlé de toi. Je suis de ceux qui passent la Gérax... Mais tu dois savoir déjà tout ceci... Car notre arrivée, tu l'as prédite, n'est-ce pas ? »


Elle se trouvait fascinée par l'allure de cet homme, attirée. Et bien que Lis n'ait aucunement besoin de tant de grandeurs pour éprouver du désir, cette fois, l'admiration était sans nom, et l'ardeur, décuplée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Therdorus Uldarii
Ilédor
Ilédor
avatar

Nombre de messages : 213
Age : 31
Date d'inscription : 05/04/2010

.:: Le Carnet ::.
Âge du Personnage: 34 ans
Profession: Oracle
Positionnement :
MessageSujet: Re: Audiences & Révélation - Le Début d'une Double Vocation   Ven 9 Juil - 16:59

    Les oracles portaient un sérieux fardeau sur leurs épaules. Nul à Edor Adeï, ou même dans tout Isle ne se doutait de la bassesse et de l’égoïsme du peuple Ilédor. Chacun ne pensait qu’à sa petite personne. Pire, ils n’avaient en tête non pas leur ascension sociale en elle-même mais le fait de dépasser leurs voisins. Ils pouvaient parler de volonté… la seule qu’ils avaient tous était d’écraser les autres à leur seul profit.

    Ce matin, c’était le tour de Therdorus de constater la vilenie de son peuple, et cette image le réjouissait. Qu’il était bon de voir que l’on était au dessus de ces querelles ridicules ! ‘‘Est-ce que je vais pouvoir récupérer le patrimoine de mon voisin si je marie ma fille avec son fils ? Lequel de nous deux périra le premier ? Vais-je être anobli et est-ce que ce sera mon concurrent ? Vais-je obtenir un poste de conseiller ?’’ Et toutes les variations possible et imaginable sur le même thème.

    Le pire, c’est que Therdorus avait souvent une réponse qu’il rêvait de donner à leur question : ‘‘Non, vous serez oubliés et votre existence même se perdra dans les tréfonds de l’égoïsme de vos propres enfants… qui au passage seront la source de votre pertes. Merci d’être passé.’’ Enfin, il ne pouvait tout de même pas envoyer balader son gagne pain comme ça. Surtout quand il gagnait autant et pouvoir agir sur la volonté de tous ceux qui venait le voir… soit de tout le monde.

    Ah, voilà qu’était entré une exception à la règle : un paysan qui s’inquiétait pour ses vaches en dehors de la cité. Pas besoin d’être devin ni oracle pour savoir où elles allaient finir : dans le ventre des assiégeurs. Therdorus lui offrit un vague réconfort en expliquant que tout rentrerait dans l’ordre en temps voulu et que les seigneurs de la cité auraient la sagesse de rendre leur patrimoine aux paysans. S’ils étaient sages. Et remplissaient tous leurs devoirs.

    Après que le pauvre homme ait quitté la pièce, l’Oracle se permit un instant de rire. Le simplet s’en était allé rassuré, confiant en ses dirigeants, quel qu’ils soient. Bon sang, le royaume n’était rempli que de conspirateurs, de vénaux et d’idiots ! Heureusement qu’il était là pour rehausser la moyenne, ou alors il aurait déjà perdu tout espoir en son peuple.

    Le visiteur suivant était une visiteuse, et Therdorus ne la reconnu pas immédiatement. D’une, elle était habillé plus ou moins correctement à la mode Ilédore, et de deux, pendant la vision qu’il avait eu d’elle, ce n’est pas son visage qu’il avait le plus regardé. Thérasia avait été quelque peu choquée… mais lui s’était entrainé à reproduire ce qu’il avait vu avec une ‘‘amie’’ le soir même. La vision était venue à eux quelques jours plus tôt, et il ne savait pas vraiment s’il elle revêtait une quelconque importance. Il allait falloir agir avec circonspection et en apprendre le plus possible d’elle et de son histoire (en dehors des coucheries qui semblent avoir parcourues toute sa vie – un véritable péché capital pour un regard Ilédor innocent), tout en ayant l’air de déjà tout savoir.

    « Je suis ravi de vous rencontrer, Lis Diantha. J’attendais votre venue. » Ce vieux truc marchait toujours. « Oui j’ai prédit et annoncé la venue des descendants de Bakarne Olarii dans la riche cité d’Edor Adeï, avec ma sœur jumelle ; car nous sommes les Oracles, nous pouvons voir le passé, le présent et le futur si telle est la volonté de Therdone. »

    Therdorus se leva, fit un signe et un serviteur sorti de nulle part accouru auprès de lui.

    « En ce qui me concerne, j’en ai fini pour aujourd’hui et je me retire dans mes quartiers avec la jeune dame que tu vois là. Dis à Thérasia que je suis… indisposé et qu’elle me ferait un grand plaisir si elle pouvait reprendre le flambeau à ma place » dit-il à voix basse pour que l’Olarile ne puisse pas entendre.

    Il rejoignit alors la jeune femme, toujours agenouillée, et lui tendit une main, l’air noble et bienveillant.

    « Venez, je vais vous accueillir dans une pièce plus digne d’une Olarile, suivez-moi. »

    Cette femme dégageait quelque-chose d’attirant, mais il ne devait pas montrer qu’il le voyait. Elle semblait le tenir en grande estime, à ce qu’il voyait (bien plus que l’autre folle de l’auberge !), et pour le moment, il lui semblait plus bénéfique d’avoir l’air un peu divin que trop humain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://point-final.net
Lis Diantha
Décédé
Décédé
avatar

Nombre de messages : 355
Age : 34
Date d'inscription : 15/02/2009

.:: Le Carnet ::.
Âge du Personnage: 33 ans
Profession: Ancienne Prêtresse de Bakarne et surtout future Reine !
Positionnement : Conservatrice
MessageSujet: Re: Audiences & Révélation - Le Début d'une Double Vocation   Lun 12 Juil - 10:24

Lis Diantha allait bénéficier d'un traitement de faveur, et accéder à une pièce plus adéquate... Adéquate pour recevoir une Olarile ? Elle ignorait qu'on puisse trouver son peuple digne d'un peu plus de considération, compte tenu de la mise en prison de leur prétendue Chef, et du mépris et dégoûts que ressentaient tous ceux qu'elle avait croisé au dehors... A part deux ou trois Ilédors paraissant les idolâtrer de façon totalement idiote, Lis pensaient plutôt que ces gens les trouvaient impropres.

Mais l'une des personnes les plus importantes de ce Peuple -si elle avait bien compris- se trouvait les prendre en grâce, et lui accorder quelques privilèges... Il n'en fallait pas plus à la Prêtresse pour s'emballer et trouver ces manières tout à fait irrésistibles. L'homme était noble, fier mais droit, et il sentait à plein nez ce qu'ils appelait les Edors, ces pièces qui brillaient et qui semblaient valoir beaucoup. Elle jubila un instant, eut un mouvement de tête et en se relevant, se mordit la lèvre.

Quel délice que d'être traitée ainsi ! Elle ! Et il savait qui elle était Il avait même vu, dans l'une de ses visions, qu'elle viendrait lui rendre visite. Quel délice ! Quel délice !

« Quel honneur que d'être accueillie aussi richement, Oracle, tu savais donc que je te trouverai aujourd'hui... Ton pouvoir est grand... » Elle parlait presque pour elle seule, en suivant l'homme qui la conduisit jusqu'à une salle de taille conséquente, carrée. Collés à chaque mur de mosaïque et de pierre, taillée en une dentelle élégante et blanche, des divans, bas, représentaient un U, où à intervalles irréguliers se trouvaient de petites tables basses dans un bois exotique et travaillé finement.

Au sol, des tapis orientaux aux fils d'or, représentant des scènes sans doute historiques ou mythologiques, Lis ne pouvant en comprendre la signification. Cependant, elle ne pouvait que constater le travail prodigieuse du maître de cet ouvrage qui n'avait pas son pareil chez les Olarils. Cette pièce était à elle seule, plus riche que tout ce qu'elle avait vu des chambres des Edorta. Sur l'une des tables basses, devant les moelleux coussins où l'Oracle l'invita à s'installer, étaient posé une large théière, en étain brillant et ouvragé, aux gravures élégantes d'arabesques, et quatre hauts verts aux motifs aériens et aux couleurs aquarelles.

Lis écarquillait les yeux pour mieux capter toutes les beautés de cette pièce, jalousant instinctivement ceux qui pouvaient jouir d'un tel luxe. Elle ne pouvait s'empêcher de commenter...

« Par Panpale... Tu t'éveilles chaque jour dans de telles splendeurs... » Elle glissa les yeux doucement jusqu'à terminer sa contemplation sur l'homme qui avait pris place à côté d'elle. Se tournant assez pour lui faire face, confortablement installée, elle vit du coin de l'oeil un serviteur faire couler un liquide ambré dans deux des grands verres, et déposer une coupe pleine de raisins d'un pourpre profond.

Cette atmosphère dorée, l'odeur de ce thé qu'il venait de servir, et la proximité de l'Oracle donnaient à la Prêtresse des frissons piquants, et son sourire ne cachait en rien les pensées qu'elle pouvait développer. C'était désormais deux idées qui occupaient son esprit : elle n'avait rien à offrir à cet Oracle en paiement de ce qu'elle avait à lui demander... Mais la seconde idée pouvait largement honorer sa prédiction... S'il en avait envie.

La main de la Prêtresse de Bakarne caressa le tissus pour gagner les doigts de l'Oracle et les effleurer, alors qu'elle s'éclaircissait la voix.

« Grand Oracle... Tu ne dois pas ignorer que mon peuple n'a aucune richesse... Comment pourrais-je te verser les offrandes que je te dois, puisque me voici devant toi... sans argent, et sans pierres précieuses. » Son ongle dessina de légères arabesques sur le dos de la main de Therdorus, et son oeil, coquin, lui lançait des signaux trop voyants pour qu'il les ignore.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Therdorus Uldarii
Ilédor
Ilédor
avatar

Nombre de messages : 213
Age : 31
Date d'inscription : 05/04/2010

.:: Le Carnet ::.
Âge du Personnage: 34 ans
Profession: Oracle
Positionnement :
MessageSujet: Re: Audiences & Révélation - Le Début d'une Double Vocation   Lun 19 Juil - 16:59

    Therdorus était aux anges. L’Olarile semblait honnêtement le révérer et avalait tout ce qu’il disait comme du pain béni. Peu importait dans le fond que ce soit par calcul politique ou du fait d’une véritable admiration, seul le résultat comptait : il se sentait en terrain plus familier qu’avec l’autre folle de chef. Et de chef il allait en être question… mais chaque chose en son temps…

    Il avait conduit la femme dans le petit salon réservé aux hôtes de marque : Gardan Edorta, Conseillers et quelques autres membres de la très haute noblesse. C’était dire si la pièce était somptueuse ! Sans doute était-ce le lieu le plus richement habillé de tout le Royaume ; ça ne restait cela-dit qu’un petit salon chaleureux et modeste, selon les étranges critères de Therdorus, qui lui préférait la décoration personnalisée à son image de sa troisième chambre.

    Les mosaïques et autres tapis anciens qui ornaient la pièce représentaient de manière plus ou moins figurative l’histoire de la séparation des pouvoir entre Oracle et Gardan Edorta selon la volonté de Therdonne par le fondateur d’Isle, qui cumulait les deux titres. On disait que ces véritables œuvres d’art étaient d’époque, mais Therdorus en doutait : aussi bien entretenu soit-il, ce tapis ne pouvait avoir plusieurs milliers d’années !

    Une infusion d’un thé royal venant d’une contrée lointaine fut servi et l’Oracle regretta immédiatement de ne pas avoir vraiment prédit l’arrivée de la femme ce jour : ce thé était servi d’office aux invité dans cette pièce selon le protocole qu’il avait lui-même établi, mais étant donné le manque de goût évident des Olaril, il aurait pu se permettre de viser un peu moins haut. Tant pis, il venait d’offrir à quelqu’un qui ne saurait pas en profiter un breuvage que toute la ville basse ne pourrait sans doute pas s’offrir en une vie de travail. Le fait qu’elle puisse ou non profiter de la saveur si particulière et subtile de la boisson tirailla un instant Therdorus, mais il se rendit vite compte que c’était peine perdue : elle avait clairement autre chose en tête.

    Il aurait sans doute été partant pour quelques jeux d’adulte avec la femme qui respirait le stupre à plein poumon à cette distance, sans doute auraient-ils pu s’apprendre l’un l’autre quelques ‘‘trucs’’… mais il avait autre chose en tête et surtout, une certaine éthique, tout de même.

    Il prit la main de Lis et lui dit, un sourire un peu provocateur aux lèvres et les yeux dans les yeux :

    « Je ne doute pas de vos talents dans votre art particulier, mais je suis au regret de vous apprendre que je n’ai pas pour habitude de le pratiquer avec des femmes enceintes. Ce n’est pas jugé convenable dans ce pays… encore moins si ce sont des jumeaux. »

    Et voilà, maintenant il était curieux de voir la réaction d’une femme comme elle face à ce genre de nouvelle, surtout qu’il n’avait pas fini de la surprendre et qu’il avait encore quelques révélations cachées dans sa manche !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://point-final.net
Lis Diantha
Décédé
Décédé
avatar

Nombre de messages : 355
Age : 34
Date d'inscription : 15/02/2009

.:: Le Carnet ::.
Âge du Personnage: 33 ans
Profession: Ancienne Prêtresse de Bakarne et surtout future Reine !
Positionnement : Conservatrice
MessageSujet: Re: Audiences & Révélation - Le Début d'une Double Vocation   Sam 24 Juil - 17:47

« Par Bakarne... » Lis se leva d'un bond, renversant les deux verres ornés de ce fameux thé qui fumait encore, pour marcher vers le centre de la pièce.

« Par Bakarne... » Fit-elle à nouveau, les pupilles dilatées.

Elle le savait. En fait, elle le savait depuis la traversée. Mais ... Mais ... Enceinte... « Par Baka... » Elle ne put finir son énième évocation du Dieu Taureau, et se pencha tout à coup, la main coutre le coeur, l'autre sur un genoux. En quelques secondes, un haut le coeur la congestionna. Par chance, elle sut respirer à pleins poumons, éviter toute épreuve fatale aux merveilleux tapis qui recouvraient le marbre de cette pièce.

Elle le savait... Depuis la Traversée, et même le réveil de Gérax, en réalité. Les nausées, les maux de tête, de ventre, les étourdissements et les odeurs trop fortes dans son nez ; tous ces signes qu'elle avait observé chez les Prêtresses de son entourage lorsqu'elles étaient enceintes. Mais jamais elle n'aurait pensé pouvoir à son tour subir les fourberies d'Hégoa... En réalité, jamais depuis qu'elle avait goûté la saveur des hommes, Lis n'avait eu de contre-partie. Aussi c'était-elle dit n'avoir aucune chance d'un jour être engrossée ! Elle avait béni les Dieux, Hégoa même, de l'avoir faite stérile, alors que toutes pleuraient de ne pouvoir enfanter.

Lis fit les cent pas. Enceinte ! Non, impossible, elle ne pouvait pas avoir d'enfant, elle ne pouvait pas avoir dans le ventre, quelque chose de vivant. Se retournant derechef, elle parcourut la distance entre l'Oracle et elle en un temps record.

« Grand Oracle, êtes-vous sûr que ... je ... »

Elle baissa les yeux, jusqu'à son ventre qui, elle devait l'avouer, s'était arrondi, très, très légèrement. Son visage perdit de sa superbe, et Lis devint blême, jusqu'à devoir s'asseoir à nouveau près de Therdorus.

« Des jumeaux... »

Elle enfouis son visage dans ses mains. C'était le châtiment le plus abject qu'elle eut pu imaginer, la trahison des Dieux. Elle aurait à supporter de longs mois de grossesse, un accouchement désastreux, et l'éducation d'un enfant ... De deux enfants ! Et on ne la regarderait plus autant avec un ventre tout rond, qui portait la vie ! C'était une catastrophe.

Lis en aurait pleuré, si elle n'avait pas été si abasourdie. C'était impensable, et qui avait été l'immonde chien qui avait osé la mettre enceinte ?! Egorger tous ceux qui avaient partagé sa couche serait décimer la totalité des Olarils restant...

« Je ne peux pas élever des enfants ! Grand Oracle, dis-moi comment m'en débarrasser ! » Elle calla ses mains contre les siennes, en geste de supplique. Il fallait qu'il les fasse partir, un médecin, un guérisseur, vite !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Therdorus Uldarii
Ilédor
Ilédor
avatar

Nombre de messages : 213
Age : 31
Date d'inscription : 05/04/2010

.:: Le Carnet ::.
Âge du Personnage: 34 ans
Profession: Oracle
Positionnement :
MessageSujet: Re: Audiences & Révélation - Le Début d'une Double Vocation   Lun 26 Juil - 14:48

    De mieux en mieux ! Ces Olarils étaient bien surprenants, et cette fois-ci dans le bon sens du terme. Oh, elle l’avait bien inquiété un instant, elle après qu’il lui eu fait sa révélation. L'arrivée d’un enfant est généralement une bonne nouvelle, et il ne s’était pas attendu à la voir si mal réagir. Un instant, il crut même qu’elle allait tout bonnement rendre son déjeuner sur le tapis ! Bon sang, il n’est peut-être pas réellement millénaire, mais ça ne l’empêche pas d’être hors de prix et irremplaçable !

    Cependant elle s’était reprise, et alors que l’on aurait pu penser qu’elle se demanderait qui était le père (étant donné le nombre d’hommes qui la connaissait, elle ne devait pas en avoir la moindre idée !), au contraire, sa première réaction fut de dire qu’elle ne pouvait pas élever un enfant. Grande merveille ! On ne lui demandait pas de s’en occuper mais bien juste de le mettre au monde. Ensuite, elle pourrait bien aller voir si les Ilgéraxan ou les barbares du sud n’avaient pas des trucs à lui apprendre (ou à apprendre d’elle plutôt – ce sont des barbares après tout), il s’en laverait les mains. Il ne manquerait plus que ça qu’elle veuille éduquer les enfants, Ha !

      « Laissez-moi vous rassurer. Si cela vous gêne tant d’avoir à éduquer des enfants – deux qui plus est ! – nous pourrions sans doute trouver quelqu’un pour s’en occuper à votre place. Et si vous y tenez, vous pourriez même ne jamais avoir à vous en occuper de quelque manière que ce soit. »

    Ah, si tu savais ce que pourrait devenir cet enfant, ha ! Le mieux serait qu’elle n’insiste pas plus et qu’elle s’en tienne là sur ce chapitre.

      « Mais, ne me parlez plus de vous en débarrasser. C’est très mal vu dans nos contrées, et vous pourriez être taxé de manque de volonté… ce qui devant un tribunal Ilédor veut pour ainsi dire que l’on ne mérite plus de vivre. Et vous voulez vivre, non ? »


    Therdorus parlait d’une voix mielleuse, chaleureuse, rassurante. Si elle l’écoutait et se laissait aller à ce qu’il proposait, tout irai bien. Et puis, il était l’Oracle, non ? Il savait ce qui était le mieux pour tous. Et il avait des plans pour le garçon parmi ces deux enfants. De grands projets. Et il n’avait pas besoin d’une fille de mauvaise vie dans ses pattes. Dans son lit pourquoi pas, pour le reste, c’était lui qui tirerai les ficelles.

    Mais ce à quoi ne pensait pas Therdorus, encore une fois, c’est qu’il avait une Olarile devant lui, et qu’il ne pouvait pas deviner ce que ferait une cousine aussi éloignée qu’elle comme il le pouvait avec tous les Ilédors.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://point-final.net
Lis Diantha
Décédé
Décédé
avatar

Nombre de messages : 355
Age : 34
Date d'inscription : 15/02/2009

.:: Le Carnet ::.
Âge du Personnage: 33 ans
Profession: Ancienne Prêtresse de Bakarne et surtout future Reine !
Positionnement : Conservatrice
MessageSujet: Re: Audiences & Révélation - Le Début d'une Double Vocation   Mar 27 Juil - 19:44

Lis avait réagi un peu trop vite. Avec trop de nervosité, liée à cette nouvelle désastreuse pour sa vie à court, moyen, et long terme. Elle n'avait jamais eu à concevoir pouvoir être enceinte, puis être mère. Elle était d'ailleurs persuadée qu'elle n'était pas forcément un modèle pour un enfant, bien qu'elle sache que si on lui confiait l'éducation des enfants, il y aurait moins de problème de jalousie dans les ménages Olarils...
Pourtant, laisser le temps à l'Oracle de parler lui laissa également assez de repos pour faire le point, et écouter attentivement les paroles de Therdorus. Dans sa tête, se bousculait un peu trop de choses, allant du ventre trop gros, d'une douleur instinctive d'un accouchement désastreux, aux conséquences de la venue d'un nourrisson dans sa vie. De ce fait, elle ignorait si elle pourrait correctement appréhender ce que voulait lui souffler l'homme en fasse d'elle. Il se montrait prévenant et attentionné, et Lis s'en trouva rassurée.

Elle put reprendre sa respiration, souffler lentement, inspirer avec calme un air qu'elle trouvait beaucoup trop chaud. Comme oppressant. Mais tout ce qu'elle entendait était fait pour qu'elle cesse de paniquer, que l'avenir devienne radieux, que la catastrophe ne soit plus aussi catastrophique... Si elle comprenait bien, Therdorus, ne lui conseillait pas d'avorter, ce qui finalement était un soulagement ; Lis n'était pas foncièrement pour retirer la vie : injurier la femme du Dieu Taureau était encore une crainte pour les Olarils, pour qui la Naissance était une nécessité presque divine. N'y avait-il rien de plus sacré pour son Peuple que d'avoir des enfants ?

Certes. De plus, il lui proposait même de s'occuper des bébés à naître, elle ne serait pas contrainte à une vie harassante de mère, pas esclave des tétées, des changes, des réveils nocturnes. Pas sujette aux cernes et à l'absence d'homme dans sa couche, trop peureux de devoir réveiller un nouveau-né. Il lui proposait la Liberté, avec pour seule contrepartie de ne pas faire taire la Vie en son sein.

« Quelle proposition alléchante ... »
Murmura la Prêtresse, pour elle-même, oubliant qu'elle la prononçait à demi mot. Et pour cause ! Elle s'en trouvait tant soulagée qu'il paraissait impossible de ne pas l'exprimer.

C'était sa chance d'effacer l'affreuse prédiction de l'Oracle.
La Prédiction de l'Oracle.

L'Oracle de tout ce peuple de Dieux vivants avait vu, dans l'une de ses transes ou quelque chose de ce type, que elle, Lis Diantha, petite Olarile volage, allait accoucher de Jumeaux, et qu'il fallait qu'elle les amène à terme. La Prêtresse ignorait que les Oracles sachent voir les faits glorieux comme les événements banals et quotidiens, cependant, elle dut attendre plusieurs minutes de silence avant de correctement remettre en place ses idées.

« Donc... »
Elle releva les yeux, comme pour sonder le regard de Therdorus, sans pourtant que son visage n'affiche un quelconque scepticisme. En toute état de cause, Lis était trop perturbée pour pouvoir jouer les méfiantes.

« Donc vous vous proposez de faire élever mes bébés, sans que cela ne gêne en aucune manière votre Culture qu'ils ignorent tout de leur mère ? » Et pire, plus elle songeait à ce timbre sympathique et à son empressement à lui assurer l'éducation extérieure des Jumeaux, plus Lis se sentait flouée.

« Est-ce un Manque de Volonté que d'enfanter et d'abandonner son enfant ensuite,ou simplement d'avorter ? » Elle plissa les yeux un instant. Elle avait le sentiment lointain que l'Oracle ne souhaitait en aucun cas que les enfants lui soient laissés ... Sans savoir naturellement de quoi il retournait. Et pourtant, cette simple impression suffisait à faire grandir son souhait de garder ces petits, et de les garder pour elle... A moins qu'il n'ait une quelconque raison à les vouloir tant ... ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Therdorus Uldarii
Ilédor
Ilédor
avatar

Nombre de messages : 213
Age : 31
Date d'inscription : 05/04/2010

.:: Le Carnet ::.
Âge du Personnage: 34 ans
Profession: Oracle
Positionnement :
MessageSujet: Re: Audiences & Révélation - Le Début d'une Double Vocation   Mar 27 Juil - 20:20

    Elle n’était pas si bête que ça la petite Olarile… Non, elle avait même flairé le piège particulièrement vite. Une Ilédore paniquée comme elle était n’aurait jamais jeté ce genre de phrase à la figure de l’Oracle. On n’apprend pas au représentant de Therdone sur Isle ce qu’est la volonté. Et voilà qu’elle, la petite campagnarde, la poissonnière de bas étage (et oui, il savait ça aussi) allait tenter de lui apprendre à faire la grimace ?

    De fait, c’était suffisamment étonnant et original pour intriguer Therdorus. Peut-être que celle qu’il avait pris – à tord ? – pour une moins que rien à vite expédier du tableau pouvait servir ses desseins.

    L’Oracle, pas du tout démonté par l’attaque à peine voilée de l’Olarile lui sourit, puis rit aux éclats.

    « Ah ! Ma chère, je n’en attendais pas moins de vous. Il est toujours bon de tester la volonté des enfants de Therdone, et la votre volonté semble bien mieux trempée que celle de nombre d’Ilédor. »

    Il ne s’attendait à rien du tout, mais il savait pertinemment que tout son rôle ne tenait finalement qu’à une seule chose : sa capacité à ne jamais sembler pris au dépourvu, à toujours avec un coup d’avance sur le grand échiquier. Même quand c’était loin d’être le cas.

    « Maintenant, buvez et calmez-vous un peu. Je suis de votre coté, j’espère que vous saurez être du mien. C’est dans le plus grand intérêt de vos enfants, et dans le votre à travers eux. »

    Il but une gorgée du thé exceptionnel pour lui montrer l’exemple. Elle avait intérêt à en profiter ou il pourrait se montrer moins aimable !

    « Vos enfants, votre fils en particulier, pourraient faire de grande chose. Assurer une place de choix à votre peuple sur ces terres. Mais vous devez comprendre que ma parole ici est celle de Therdone lui-même. Les moines peuvent apporter réconfort et interprétations, mais l’Oracle voit la vérité, selon Sa volonté. »

    Ce n’était pas le genre de chose qui se racontait fréquemment. Tout le monde à Isle était d’accord sur ce fait indéniable qu’il était le centre du monde – de l’univers ! – mais qu’est-ce que c’était plaisant de l’expliquer de vive voix à une ignorante de cette question ! Il faudrait qu’elle en parle à tous ses amis, qu’ils comprennent bien que c’est lui et pas l’autre débile de régent et sa mère poule, ni ces charognards de conseillers qui commandent réellement ici, mais bien lui !

    « Ce que vous devez vous demander maintenant, c’est pourquoi vos enfants sont si importants, et je suis sûr que vous pouvez vous approcher de la réponse toute seule » dit-il, en sirotant goulument son thé absolument divin, l’air amusé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://point-final.net
Lis Diantha
Décédé
Décédé
avatar

Nombre de messages : 355
Age : 34
Date d'inscription : 15/02/2009

.:: Le Carnet ::.
Âge du Personnage: 33 ans
Profession: Ancienne Prêtresse de Bakarne et surtout future Reine !
Positionnement : Conservatrice
MessageSujet: Re: Audiences & Révélation - Le Début d'une Double Vocation   Sam 31 Juil - 11:59

Comme un homme hésitant ou résistant se fait bien plus attirant, qu'on veuille lui retirer ses enfants augmentait sa volonté de les garder. Ils étaient à elle, d'ailleurs, ni à cet Oracle, ni à aucun Ilédor. Et peut-être juste à un Olaril... Elle eut soudain un éclair dans le regard, comme si elle réalisait soudain qu'elle n'était pas seule à porter le fruit d'une belle nuit d'amour. Il devait y avoir un Père, et ce dernier pouvait être n'importe qui parmi son peuple...

La Prêtresse imita dès lors Therdorus en portant à ses lèvres sèches la boisson. Le thé sentait divinement bon, les épices étaient sucrées et douces, mais il résidait un goût indéfinissable. Quelques gorgées lui remirent les idées plus en place. Elle ne put s'empêcher de souffler, entre deux inspirations des arômes « il est délicieux. ». Mais l'image d'un Homme restait une silhouette devant ses yeux, et Lis fronça les sourcils, convaincue désormais par les mots de l'Oracle.

Elle ne doutait en rien de son Pouvoir, bien qu'elle ait du mal à se faire au concept de Dieu comme il l'entendait. Elle qui priait Bakarne, qui n'avait jamais été qu'un Ilédor plus évolué et mort comme tout homme, ce Therdone paraissait n'avait jamais mis les pieds sur leurs terres, ni même avoir une réelle identité. Jamais un culte différent du leur n'aurait pu naître dans l'esprit de la jeune femme, mais si ce Dieu apportait à Therdorus son pouvoir et ses visions, alors il devait être puissant.

La première question qui passa ses lèvres sans qu'elle ne puisse l'empêcher fut sans doute ce qu'elle ignorait le plus. Car dans les ombres qu'avaient dessinées les révélations de l'Oracle, il y avait des zones bien sombres, et d'autres qui s'éclairaient d'elles-mêmes, à mesure qu'ils conversaient.

« As-tu vu, dans ta vision du futur et du passé, qui était le père de l'enfant ? » Qu'il puisse lui répondre était également un ennui ; Imaginez qu'il cite un homme marié, dont la femme veuille se venger ? Ou pire, un gamin à qui on voudra la marier pour qu'ils éduquent l'enfant ?! Les Olarils n'étaient pas très friands des enfants adultérins, il était toujours peu élégant d'aller faire des petits dans le dos de sa compagne...

Comment se souvenir de tous ceux qui avaient partagé sa couche depuis trois mois ? Car elle avait ressenti les premiers symptômes lors de la Catastrophe des Feux de la Gérax... Il y avait trop de noms, de visage sans prénoms même, de corps sans visage, ou des souvenirs sans pouvoir même se souvenir du nombre exact. Comment savoir qui devait partager ce fardeau ?

L'Oracle saurait assurément ! Elle finit le thé avec soin, s'en délectant, même si elle ne lui trouvait pas la splendeur d'une infusion d'Ivraie... En reposant la tasse, la Prêtresse était décidée à répondre à ce qu'il avançait. L'homme paraissait tout savoir et la laisser avancer à tatons, il la testait, il testait sa volonté, disait-il. Elle eut un sourire en coin, une mine joueuse. Enceinte ou pas, cette situation surréaliste ou pas, Lis Diantha appréciait qu'on veuille connaître ses limites... Qu'elles soient intellectuelles ou physiques !

« Je suppose que l'importance de l'un de mes enfants dépend de la Prophétie ? Celle que vous avez annoncée ; Celle qui dit que les Descendants de Bakarne reviendront, pour ... » Elle chercha dans ses souvenirs, ceux de la nuit qu'elle avait passé avec l'Ilédor à son arrivée, lorsqu'il lui avait révélé ce que les Oracles avaient vu...

« Deviendra-t-il ce sauveur que vous attendez tous ? » Elle écarquilla les yeux. Allait-elle donner le jour à un être exceptionnel ? Si tel était le cas, le sort merveilleux réservé à la Mère d'un être si illustre et puissant serait assurément glorieux... Dans les iris noisettes de la Prêtresse, brillait la promesse du luxe, de l'excès, de l'Ivraie à foison, du pouvoir et de la vie la plus merveilleuse qu'on puisse imaginer, dans un décor tel que celui-ci... Il fallait qu'il dit « oui », qu'il lui dise qu'elle serait la mère d'un futur Héros !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Therdorus Uldarii
Ilédor
Ilédor
avatar

Nombre de messages : 213
Age : 31
Date d'inscription : 05/04/2010

.:: Le Carnet ::.
Âge du Personnage: 34 ans
Profession: Oracle
Positionnement :
MessageSujet: Re: Audiences & Révélation - Le Début d'une Double Vocation   Jeu 12 Aoû - 17:29

    Enfin ! Elle avait bu le thé et semblait l’avoir apprécié. C’était un poids important en moins sur le pauvre petit cœur de Therdorus. Qu’elle eût dit qu’il était mauvais, sans doute aurait-il été pris de malaise. Bon, il s’était fait une raison, elle ne pouvait tout simplement pas aborder toute la subtilité du breuvage, la profondeur de l’arôme… mais au moins avait-elle aimé. C’était un premier pas vers la civilisation pour les Olarils.

    Ensuite, elle semblait enfin comprendre et poser les bonnes questions. Lui, ce qu’il ne comprenait pas, c’était les mœurs de ces gens. Elle ne lui avait pas semblé être une paria, dans ses visions. Il allait peut-être falloir introduire quelques traditions Olariles malgré tout, si on pouvait s’amuser comme ça impunément chez ces gens là. Lui n’était pas trop ennuyé, n’étant pas marié, mais il pensait à tout ses malheureux compatriotes.

    Mais donc, elle voulait connaitre l’identité du père… et Therdone seul pouvait la connaitre, étant donné les circonstances ! Et il allait falloir lui faire bien comprendre que c’était bien le père qui donnait à l’enfant son importance, et pas elle. Bien au contraire, elle constituait même sa principale faiblesse, elle et son sang poissonneux !

    Cependant, même la bassesse de son sang ne prévint pas l’Oracle de prendre son ton le plus doux et chantant pour prendre la parole.

    « Laissez-moi vous conter une histoire. Il y a fort longtemps, aux confins des temps, le tout puissant Therdone ordonna à un homme, Phaerl Olarii, de rassembler les Ilédors sous une seule et même bannière. Pour cela, il lui donna le pouvoir, celui de communiquer avec son Dieu au travers de visions. Il fut le premier Gardan Edorta et le premier Oracle.

    Avant sa mort, et selon la volonté divine, il divisa son pouvoir, créant deux lignées : une première par le sang détiendrait le pouvoir politique, une autre par l’esprit contrôlerait le culte. Les Olarii et les Oracles furent pendant des siècles les deux faces d’une même pièce, dirigeant Isle avec sagesse et protégeant le peuple contre ses ennemis.

    Malheureusement, ceux-ci étaient nombreux, les pires semblaient être, il y a deux mille ans, les terribles Ilgéraxans. Ces hideuses créatures des profondeurs de la terre se sont de tout temps opposées à la juste expansion du Royaume à travers les montagnes de la Gérax. Mais le véritable ennemi, comme toujours, était intérieur. Il résidait dans le manque de volonté du peuple dans son ensemble de maintenir l’unité primordiale d’Isle. Des hommes profitèrent de cette faille pour imposer leur propre volonté.

    Bakarne Olarii était le Gardan Edorta à cette époque. Sans sa vaillance et sa volonté, la guerre contre les Ilgéraxans aurait été perdue à coup sûr. Cependant, les récoltes avaient été mauvaises dans les campagnes, deux années de suite, et les victoires militaires ne suffisaient pas à nourrir le peuple. Celui-ci ne fit rien quand les conseillers et le futur Régent Arlanii, envoyèrent en exil Bakarne et toute sa famille vers une mort certaine, dans la Gérax, après un procès perdu d’avance. »


    Il reprit son souffle et observa Lis pour voir si elle parvenait à suivre.

    « Depuis cette époque, mes prédécesseurs n’ont eut de cesse de condamner ce crime de lèse-majesté, et d’annoncer le retour du sang de Bakarne sur ses terres natales, pour reprendre le pouvoir qui lui est du et rétablir l’équilibre.

    Car celui-ci est rompu et le pays est malade. Les hommes d’Edor Adeï se complaisent dans leur luxe et leur décadence, et bien rares sont ceux qui ont leurs portes ouvertes à tout un chacun chaque jour que Therdone fait comme nous le faisons encore ici à la tour des Oracles. Non, le palais n’est plus que la cour où se pavanent des nobles emplumés qui ne pensent qu’à savoir qui a la plus belle toilette. »


    Alors que tout le monde sait que c’est peine perdue. Therdorus est celui qui porte les plus belles toilettes. Pour preuve : il est guidé par Therdone lui-même, non ?

    « De son coté, le peuple, hors des enceintes de la capitale, travaille de plus en plus dur pour de moins en moins de reconnaissance. Il subit des impôts impossibles à payer, ou est envoyé dans des guerres perdues d’avances au-delà de frontières lointaines par des conseillers militaires qui n’ont jamais même approché de loin un champ de bataille. »

    On en arrivait au point important de son discours. Il but une dernière gorgée de son thé pour réchauffer ses cordes vocales puis reprit d’une voix grave et pénétrante.

    « Mais vous êtes arrivés, vous, les Olarils, le peuple d’Olarii. Le sang de Bakarne, qui coule dans vos veines à tous est enfin de retour chez lui, comme il avait été prédit par nous, Oracles, depuis deux mille ans. Les choses ne sont cependant pas simples, et l’ordre en place ne se laissera pas détrôner facilement. »

    Les choses semblaient perdues d’avances, présentées ainsi. Therdorus gardait pourtant le sourire.

    « Cependant, Therdone a un plan. Et il m’a confié la responsabilité de son exécution. L’un de vos enfants est un fils, Lis Diantha, et c’est le fils de Xan Edorta, descendant direct de Bakarne Olarii ! »

    Tatatataam ! Therdorus espérait clairement que sont effet dramatique avait marché, mais il ne s’inquiétait pas trop. Ca marchait toujours. Il laissa à la femme le tend de peser l’importance de ses paroles (bien que ses paroles soient toujours importantes, celles-ci l’étaient encore plus), puis reprit plus calmement.

    « Cela étant dit, sachez que la partie n’est pas gagnée d’avance, et que comme toujours avec Therdone, il va falloir montrer que nous avons la volonté de remettre un héritier légitime sur le trône, héritier qui sera roi, Gardan Edorta, des Ilédors comme des Olarils. Et pour cela, il s’agira de suivre mes instructions à la lettre. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://point-final.net
Lis Diantha
Décédé
Décédé
avatar

Nombre de messages : 355
Age : 34
Date d'inscription : 15/02/2009

.:: Le Carnet ::.
Âge du Personnage: 33 ans
Profession: Ancienne Prêtresse de Bakarne et surtout future Reine !
Positionnement : Conservatrice
MessageSujet: Re: Audiences & Révélation - Le Début d'une Double Vocation   Mer 18 Aoû - 17:37

Lis adorait les histoires. Bien qu'elle ne soit absolument pas patiente, son intérêt piqué lui avait permit de suivre avec attention le récit de l'Oracle, s'impatientant lorsqu'il imposait une pause dramatique, soulignant avec un sourire les effets de narration, et acquiesçant même lorsqu'elle se trouvait en accord avec ce qu'il lui exprimait.
Elle avait été un auditoire tout à fait attentif, et il était rare qu'un conte puisse la garder éveillée très longtemps ; souvent, lassée, elle s'en détournait, mais il résidait dans ces mots, dans ce passé mis à son évidence, la notion qui plaisait à la Prêtresse : cela allait conditionner son futur. Son futur à elle, et toute égoïste qu'elle était, l'intérêt de ce discours ne résidait qu'en sa capacité à la concerner largement.

Ainsi donc, les Dieux venus en Arestim étaient les descendants directs du tout premier Oracle, et de même, du tout premier roi de ces Terres. Et si, comme il le lui avait soufflé, elle portait réellement les enfants de Bakarne, il n'y avait qu'un père possible... Celui qui descendait lui-même des Chefs d'Arestim Dominae. Xan Edorta avait en effet déjà passé plusieurs nuits dans ses draps, lorsqu'il n'avait pas encore épousé sa femme ; il s'était mis en tête que la fidélité ferait de lui un Chef que l'on choisit plus facilement, mais ce pauvre fou s'était trompé.

Il avait pourtant craqué, juste avant les feux de la Gérax... La veille, se rappelait-elle enfin, sursautant. Ses yeux étaient brillants, luisant de se voir réfléchir autant, d'avoir à chercher dans ses souvenirs trop vite enfouis. Ce qu'elle avait apprécié chez Xan était sa capacité à se montrer totalement chaotique, tantôt doux, tantôt violent, et elle avait décelé sur l'oreille des caractères opposés dans un même corps.
C'était de notoriété publique que le rejeton de Laclaos ne serait pas choisi, quand éclata la fameuse dispute avant la mort de ce dernier... Et il fallait avouer que, outre Lysandre, Xan était le second suspect sur la liste. Être évincé au profit d'une Chasseresse était assurément une honte sans nom...

« Je m'en remets à tes bons conseils, Oracle, pour qu'un jour mon fils atteigne le rang qui lui revient. »

Lis était comme en apesanteur. Elle se sentait à la fois ronde, alors que son ventre n'était que trop peu arrondi malgré trois mois de grossesse -elle qui se refusait à se l'avouer- et plus légère qu'une plume, aérienne.

Dans un geste vif, elle saisit la main de l'Oracle et colla sa paume contre son ventre, soulevant les mousselines de voilages.

« Ces enfants sont les fils de Bakarne, ils auront un destin exceptionnel. Dis-moi ce que je dois faire maintenant, et aide-moi à les élever à leur juste titre. Mais ton peuple voudra sans doute m'évincer, pour les garder pour lui-seul. Puis-je compter sur ton secours pour que ma place soit assurée également ? »


Lis n'avait aucune intention de leur laisser ses bébés, ses Rois ! Il fallait qu'elle trouve des alliés. Elle eut un sourire nerveux en songeant à la tête de tous ces Olarils lorsqu'ils apprendraient la bonne nouvelle. Elle devait baser tout son avenir sur une simple prédiction, car à part les visions de Therdorus, qui pouvait prouver qu'elle portait les enfants d'un Edorta ? Ce pourrait être n'importe quel homme...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Therdorus Uldarii
Ilédor
Ilédor
avatar

Nombre de messages : 213
Age : 31
Date d'inscription : 05/04/2010

.:: Le Carnet ::.
Âge du Personnage: 34 ans
Profession: Oracle
Positionnement :
MessageSujet: Re: Audiences & Révélation - Le Début d'une Double Vocation   Mer 8 Sep - 18:01

    Lis avait bu ses paroles comme on boit du lait au sein d’une femme : avec ardeur et une joie non dissimulée. Cela avait calmé une certaine appréhension dans l’esprit de Therdorus : il avait peur que ses immenses talents de persuasion n’aient aucun effet sur les Olarils. Cependant, l’appât du pouvoir était vraisemblablement aussi fort chez eux qu’ailleurs. Il ne fallait cependant pas réduire l’influence de son charisme et de sa rhétorique dans cette première victoire contre l’idiotie crasse des barbares d’au-delà de la Gérax.

    Maintenant, il allait falloir jouer finement, pour tirer son épingle du jeu. La jeune femme le trahirait sans doute à la première occasion de monter sur un quelconque trône doré, et il faudrait lui fournir une excuse suffisante pour qu’elle s’en tienne à ce qu’il lui proposerait.

    « Therdone est un Dieu exigeant, et pour obtenir sa confiance, il vous faudra prouver votre volonté, votre volonté de ne pas laisser l’enfant glisser entre les mains des mauvaises personnes. »

    Cela irait pour commencer. La rengaine sur la volonté montrait toujours son efficacité dans les moments difficiles, mais face à des promesses d’immenses richesses, elle perdait souvent de son attrait.

    Therdorus, dans le fond, ne faisait que nourrir et continuer de consommer une vieille vengeance. Une vengeance contre cette noblesse qui n’avait pas voulu reconnaitre Sa grande importance, qui l’avait laissé devenir un bouc émissaire pour sa jeunesse turbulente. Car il était important. Therdone Lui-même en avait décidé ainsi. Il avait mis en sa possession le plus grand des pouvoir, celui que pas même le sang ne pouvait transmettre, celui de l’Oracle. Oh, bien sûr, on s’était incliné devant ses pas après ça, mais ça ne lui suffisait pas. Celui qui aurait pu être le plus fervent – et le plus influent – des conservateurs voulait mettre à bas ceux qui se donnaient le pouvoir de remettre en question la valeur d’un jeune garçon trop frêle physiquement, mais pourvu pourtant d’une grande force morale.

    Il allait faire cracher leur sang bleu aux nobles, et il les utiliserait contre eux-mêmes. Mais pour cela, il allait falloir qu’il parvienne à faire faire ce qu’il veut à cette petite écervelée qu’il avait devant lui. Et diantre qu’il était plus compliqué de contrôler une personne dont on ne connais pas entièrement et complètement tous les défauts et à qui on n’a pas répété, chaque jour que Therdone fait, que l’Oracle est la personne la plus digne de confiance qui soit dans tout Isle et au-delà.

    « Dans un premier temps, il va falloir vous cacher de tous. Certains pourraient vouloir se débarrasser purement et simplement de l’enfant à la source, si vous voyez ce que je veux dire… »

    C’était certainement ce que ferait une bonne majorité des Conservateurs, qui avaient déjà fort à faire avec les révolutionnaires et avec les dissidents. Ces dissidents… il allait falloir qu’il en apprenne plus à leur sujet. Ils gardaient trop de secrets eux-aussi, et à part quelques sympathisants plutôt simplets, aucun d’eux n’était venu se confesser à lui. Quant à l’assiégeant, connaissant les grandes familles qui dirigeaient l’assaut, il n’était pas certain qu’ils accueillaient avec bonheur l’arrivée de ces Olarii pur sang au moment où ils allaient retourner la prophétie à leur compte…

    « Je dois convenir de nombreuses choses pour assurer vos meilleures chances quand viendra enfin l’enfant. Vous resterez ici pendant ce temps… Ma demeure n’est faite que de pierres ancestrales, mais dans les mois à venir, ce sera le lieu le plus agréable de toute la ville. Vous pourrez y faire ce qu’il vous plaira, mais il ne faudra sortir sous aucun prétexte. C’est votre vie et celle de votre enfant qui est en jeu, car je ne pourrais pas cacher vos existences et même temps que je prépare votre accession au trône. »

    Et il allait lui falloir se trouver des alliés à la taille de ses ambitions. Il connaissait déjà la première : la conseillère religieuse Vanhilde Tehanii. Elle croyait peut-être avec plus de ferveur encore que le grand Pope lui-même en Therdone, et surtout dans la toute grandeur de Therdorus (enfin, des Oracles en général, mais surtout, de Therdorus).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://point-final.net
Lis Diantha
Décédé
Décédé
avatar

Nombre de messages : 355
Age : 34
Date d'inscription : 15/02/2009

.:: Le Carnet ::.
Âge du Personnage: 33 ans
Profession: Ancienne Prêtresse de Bakarne et surtout future Reine !
Positionnement : Conservatrice
MessageSujet: Re: Audiences & Révélation - Le Début d'une Double Vocation   Ven 10 Sep - 14:15

A chacune des coupures dans les conseils de l'Oracle, Lis acquiesçait avec attention. Elle avait tout intérêt à suivre les préconisations de Therdorus ; Il vivait dans un lieu merveilleux, était admiré de tous les Ilédors, était l'un des êtres les plus puissants de toute cette Cité, et d'au delà, si elle avait bien tout compris. Qui plus est, cet homme sympathique avait fait jeter Lysandre en prison, ce qui n'était pas pour déplaire à la Prêtresse de Bakarne.

Ahhh, Bakarne. Ce petit farceur ! Comme elle se félicitait alors, de l'avoir si souvent prié ! Quelle bonne idée eut-elle en choisissant le Dieu Taureau lorsqu'elle détermina sa carrière. Elle avait pourtant des affinités avec Filhakan, ou Panpale, peut-être. Mais celui qui, aujourd'hui, lui rendait au centuple ce qu'elle lui avait offert, c'était bien le roi de tous les Dieux. Aujourd'hui, grâce à lui, et à ses gentils enfants, elle tenait entre ses mains un potentiel pouvoir qui dépassait l'entendement des Olarils.

Eux qui se battaient seulement pour savoir qui allait être Chef d'un misérable village perdu dans les Plaines, demain, si elle suivait bien les conseils de Therdorus Uldarii, elle serait Reine de tout un Continent ! Euphorique, elle prenait soin de correctement enregistrer dans sa mémoire ce que lui soufflait l'Oracle. Après tout, il semblait avoir les faveurs de leur Dieu Unique, et avait d'ailleurs des Visions lui permettant de savoir exactement ou placer ses pions.

Et si cela signifiait, rester enfermée tout le jour, toute la nuit, dans une Tour coupée du monde, où l'or rivalisait avec le cristal et les joyaux, les mets étaient divins, le thé succulent ... Lis se retint de trépigner de joie. C'était l'emprisonnement le plus délicieux qu'on puisse imaginer ! Et que dire du geôlier ? Il était charmant, il prenait soin d'elle... Palpitant. La Prêtresse le laisserait vaquer à ce qu'il veut, pourvu qu'elle puisse vivre ne serait-ce que quelques mois dans cette prison de luxe.

Quelques mois, avant de rejoindre le Palais du Gardan Edorta, en tant que Reine, naturellement.

Il fallait avouer que les mises en garde de l'Oracle suffisaient à la convaincre de ne pas aller crier à qui veut l'entendre qu'elle portait les enfants de Xan, futurs Empereurs de tout ce qui bougeait ici bas... Vraisemblablement, et elle pouvait le comprendre, beaucoup auraient intérêt à ce qu'elle perde ses chers bébés, voire plus facilement, la vie. Et Lis était décidée à rester sauve jusqu'à mourir de vieillesse au beau milieu de son merveilleux palais.

« Je ne sortirai pas d'ici, je te le promets. » Fit-elle bientôt, alors que déjà, Therdorus faisait venir un Domestique. Il paraissait plus noble que n'importe quel Olaril... Les ordres furent vite donnés, et la Prêtresse eut le temps de remercier chaudement son hôte avant de suivre de serviteur.

Là, elle se fit conduire dans une chambre, qui était cent fois plus belle que dans ses plus somptueux rêves. Tout était d'argent et de tapisseries d'émeraude, elle plissait les yeux pour pouvoir admirer cette merveille. Le serviteur s'appelait Heurderin, d'après ce qu'il lui apprit, et serait à sa ... disposition.

Mais avait de demander quoi que ce soit à ce plaisant Heurderin, il fallait à Lis un bain. Et elle découvrit que les bains de lait sont une caresse plus délicate que l'eau. Notamment grâce aux massages d'Heurderin et ses mains très fines.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Audiences & Révélation - Le Début d'une Double Vocation   

Revenir en haut Aller en bas
 
Audiences & Révélation - Le Début d'une Double Vocation
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La délation peut elle être une bonne chose...
» Contre la délation
» La grande révélation
» pollution atmosphérique et allergie des enfants
» Un retour sans gloire et une révélation infiniment triste [PV]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Tables d'Olaria :: Introduction à Olaria :: ♦ Les chemins de la vérité :: ♦ Quinze ans plus tôt :: Ville basse :: La Tour des Oracles-
Sauter vers: