AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Un trop pleins d'entrain nuie a son environement.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Aliénora Melrilfii
Ilédor
Ilédor
avatar

Nombre de messages : 76
Age : 31
Date d'inscription : 16/05/2010

.:: Le Carnet ::.
Âge du Personnage: 17 années
Profession: Cantatrice
Positionnement : Conservatrice en apparence, révolutionnaire dans l'âme
MessageSujet: Un trop pleins d'entrain nuie a son environement.   Mar 15 Juin - 23:58

La journée était avancée et je pouvais enfin quitter le théâtre, ma gorge en feu mais le cœur au bord des lèvres de la joie d’avoir chantée jusqu’a se que ma voix me supplie d’arrêter. C’était comme si j’étais un ange ayant retrouvée ses ailes et les déployant tout simplement. Oubliant l’endroit, les gens et même ma tenue plus que banal et quelconque, dans des teintes verte et or aujourd’hui, mais comme toujours trop large pour moi et me mettant autant en valeur qu’un épouvantail.

Sautant d’un bond léger elle atteignait le bord d’un muret pour y tourner une fois sur elle-même, sur la pointe, tel une ballerine. Un éclat de rire et la voila qui se met à chanter a nouveau, malgré la fatigue de sa voix et de son esprit. Et chose rare, c’était d’une joie certaine et aucune mélancolie, une véritable chanson de bonheur. Sans tenir compte des paroles quelques peu osée elle chantait pour son propre plaisir a la surprise des badauds.

« Tu veux tout son talent,
Les envoler grandioses,
Les grands retournements,
Sous sa baguette de virtuose,
Que le musicien ose !

Je veux les sacrements
Un air d’opéra rose
La mort au firmament
Et des cœurs qui se superposent
En apothéose…

A dieuuu les solos sous les draps ha ha ha ha ha,
A dieuuu les gammes a l’envers a l’endroit.
Mortellll le bien bas pas l’autre ha ha ha ha ha
Le ciel unis tout nos éclats. »


Un nouvelle éclat de rire et la voila qui virevolte en un saut a terre, ayant laissée voir sur son mouvement une chose plus qu’indécente… ses bas de soie blanc. Inutile de dire que certains avaient dans l’idée que la Veuve Aliénora était devenue folle. D’autre savait son retour au théâtre et soupirait de la voir dans un tel état a cause ou grâce a cela. Savoir si la chose était bonne ou non n’était ma fois pas de tout repos.

Et c’est a se moment précis qu’elle eu l’excellente idée de se tourner vivement pour entrer en contacte avec quelque chose de dur… et de froid. Une armure pour être plus précise. Elle la regarda un instant, perplexe, avant de relever le visage vers la personne face a elle. Car en général avec une taille inférieure à 1 m 60 elle devait lever la tête pour voir le visage de tout interlocuteur de sexe masculin. Un des nombreux inconvénients de sa petite taille.

Surprise de voir le visage d’un homme d’un certain âge, elle recula d’un pas et s’empourpra comme la jouvencelle qu’elle était. Un petit sourire navré naquit sur les lèvres qu’elle pinça de ses dents. Ses mains vinrent dans son dos, et elle fit un mouvement gêné de l’un de ses pieds alors qu’elle prit la peine d’enfin parler… même si elle ne l’avait pas vraiment bousculer, se genre d’éclat n’était pas vraiment digne d’une Ilédors noble de sang comme la veuve Melrilfii l’était.

« Pardonnez moi Monseigneur, j’étais tout à ma musique et j’ai oubliée… de regarder devant moi. »

Sortant ses mains de son dos elle fit une révérence, pinçant les plis de sa robe entre ses droits pour correctement la soulever pendant qu’elle s’inclinait un peu, pliant un peu les jambes comme le voulait l’usage. C’était déjà un peu plus digne d’une femme de son rang, mais il manquait encore les présentations d’usage, le stricte minimum en terme d’use et coutume Ilédors en somme.

« Je me présente, Aliénora Melrilfii… et vous êtes monseigneur? »

Mais quelque chose la piqua rapidement au vif, elle remarquait cette armure… se genre d’armure… un militaire. Fermant les yeux son sourire était totalement mort quand ses paupières s’ouvrir à nouveau sur les deux perles couleur de ciel. Elle ne supportait plus ses uniformes depuis la mort de son époux… depuis qu’il avait donné sa vie sur les remparts pour défendre la ville. Si seulement elle avait pu le retenir…

Secouant la tête elle prit une inspiration, elle s’était promis de ne plus y penser, de vivre de l’avant… elle Lui avait promit et ce n’était pas rien de tenir se genre de propos avec un homme. Surtout avec les rumeur qui courrait depuis le début de matinée sur elle… elle en avait entendu bien trop a son gout. Il avait toutefois été totalement inutile et infructueux de tenter de rétablir la vérité quand a la position malencontreusement douteuse dans laquelle elle et Eloi s’était retrouver. Comment voulez vous donner un semblant de bonne réponse dans ses cas la ? C’était tout bonnement impossible !

Cependant, elle devait bien avouer que se genre de rumeur aurait été assez agréable si vrai… mais elle détestait Eloi pour tout ce qu’il représentait, le conservateur, ce qu’elle avait toujours détestée et pourtant elle en avait épousée un. Ironique, n’est ce pas ? Elle c’était toujours demandée si il la dénoncerait le jour ou il se rendrait compte qu’elle ne partageait pas ses idéaux. Mais se jour n’arrivera pas, grand bien lui en fasse puisqu’elle en serait surement morte… bien qu’elle eu préférée cela au veuvage. C’était étrange comme réaction au final.

Se rendant compte de l’impolitesse de sa réaction a la vue de l’armure elle se reprit un peu et se força a sourire. Le détaillant du regard alors qu’elle se mit à parler. Il avait une barbe, pas très fraiche, un air de baroudeur et des cicatrices. L’exemple même du mâle, viril… tout le contraire d’Eloi en somme. Cette pensé lui aurait arrachée un sourire mais elle se retint.

« Je me trompe ou vous faite partit d’un corps militaire ? Ou quelque chose s’en approchant… Si tel est le cas, peu être avez-vous connu Galan Melrilfii ? »

Si tel était le cas, il la prendrait sans doute pour sa petite sœur, mais en aucun cas sa femme… il criait sur les toits son amour pour la rousse a l’époque… mais qui irait penser qu’il avait pris pour épouse une enfant plutôt qu’une femme. C'était d'ailleurs un choix qui n'avait pas eu vraiment de sens pour son frère mais qui avait comblé la jeune femme durant une année.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Phaedan Indaril
Ilédor
Ilédor
avatar

Nombre de messages : 361
Age : 32
Date d'inscription : 07/04/2010

.:: Le Carnet ::.
Âge du Personnage: 32 ans
Profession: Commandant dans l'armée
Positionnement : Dissident/contre-révolutionaire
MessageSujet: Re: Un trop pleins d'entrain nuie a son environement.   Mer 16 Juin - 2:04

Phaedan était en permission il aurait préféré travaillé à la défense des siens contre l'ennemi qui menaçait les murs . Mais l'idée qu'il allait passé du temps avec sa famille , sa femme et ses enfant lui plaisait énormément.

Phaedan recevait pour le déjeuner Sheamus le maitre d'arme de haute-cimes accompagné de son fidèle mâtin et à la demande de sa femme il était partit en ville acheter les dernier ingrédients dont Sheala avait besoin pour préparer le déjeuner.

Phaedan marchait d'un pas cadencé, sans doute s'agissait'il d'une déformation professionnelle .
Sheamus aurait surement un tas d'histoire sur les derniers événements arrivé à haute-cime.
Et des histoires de guerrier pour faire rêver les enfants .Cela faisait un mois qu'il n'était pas revenu il profiterait de cette visite au marché pour acheter des jouets aux enfants.

Saros se mit à aboyer en direction d'un chat Phaedan qui connaissait l'animal particulièrement joueur se préparât à le rattraper , puis en un instant un chant suivit d'un léger choc suivit d'un flot de paroles parvint jusqu'à lui

« Pardonnez moi Monseigneur, j’étais tout à ma musique et j’ai oubliée… de regarder devant moi. »
« Je me présente, Aliénora Melrilfii… et vous êtes monseigneur? »

Phaedan regardât dans quelle direction ce fripon de Saros était partit puis se retournât vers son interlocutrice . Et répondit d'une voix involontairement sévère.

"Ce n'est rien dame Melfirii, je suis Phaedan Indaril" ...il n'avait pas sentit le choc d'où une certaine incompréhension face aux excuses de la jeune femme .

Et alors qu'elle paraissait perdue dans ses songes Phaedan la fixât d'un regard interrogateur. Sur quelle drôle d'oiseaux venait-il donc de tomber.

Si Phaedan avait mis son armure.C'était tout simplement parce qu'il aimait rappeler au peuple que l'armée veillait il ne voulait pas laisser croire qu'elle chaumait de temps à autre, il fallait que le peuple voit que l'armée était une machine dont les rouages ne cessait d'être en marche .

Phaedan au travers de Sheala avait entendu parlé d'Alienora elle lui avait racontée avoir assistée à une de ses représentation et avoir été particulièrement touchée par la grâce de son chant .

Puis la jeune sembla sortir tout d'un coup de ses pensées mais à quoi avait elle pu penser étrange...

Enfin c'est une artiste , et les artistes on cette particularité qu'il ne peuvent être sondés et compris , ils étaient certainement atteint par une sorte de folie.Phaedan repensa alors au balais de Sheamus et ses armes qui bien qu'impressionnant semblait venir d'un autre monde .Avant d'être lui même rappelé à la réalité par la voix de la jeune femme.

« Je me trompe ou vous faite partit d’un corps militaire ? Ou quelque chose s’en approchant… Si tel est le cas, peu être avez-vous connu Galan Melrilfii ? »

Phaedan répondit d'un même ton sévère mais cette fois-ci emprunt d'une certaine tristesse.

"En effet je suis capitaine dans l'armée de notre belle patrie , je défends comme je peux nos foyer contre la vermine qui gronde à nos porte.

Hum Galan Melrilfii je ne l'ai pas connu personnellement mais je sais quel destin funèbre fut hélas le sien quelqu'un de votre famille sans doute mes condoléances ma dame."

La guerre est une plaie qui ronge notre pays hélas .
Je prie moi-même Therdone pour ne pas perdre la vie et continuer à pouvoir jouir de ma famille et du privilège de servir notre peuple."

Phaedan tourna la tête en direction d'aboiement qu'il reconnaissait bien : Saros qui revenait tout content d'avoir égailler sa journée avec une course poursuite avec un chat dans les rues de la ville.Il trouvait dommage que son maitre n'en n'ait pas fait autant cette fois-ci. Ce qu'il ne manqua pas de signaler au moyen de petit gémissement.

Phaedan regarda à son tour Saros d'un air désemparer

" Pas maintenant Saros je discute avec dame Melferii .

Je dois dire dame Melferii que ce chien se conduit parfois de façon encore plus puéril que mon ainé "


Puis il reprit sur un même ton sérieux et sévère.

" J'avais entendu parler de vous dame Melferii au travers de ma femme elle aime beaucoup votre chant qu'elle trouve bouleversant , cela la transporte.Elle est elle même très versé dans l'art, je suis persuadé que vous vous entendriez à merveille.

Quand à moi je suis désolé mais je ne suis pas vraiment versé dans l'art mis à par dans l'art de la guerre et quand je ne suis pas accaparé à nous défendre, je suis accaparé par ma famille."


Phaedan caressait la tête de son chien tentant de la calmer mais au lieux de ça Saros se mit les quatre patte en l'air signe qu'il voulait jouer . Phaedan reprit un air désespérer face au comportement décidément cabochard de Saros.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aliénora Melrilfii
Ilédor
Ilédor
avatar

Nombre de messages : 76
Age : 31
Date d'inscription : 16/05/2010

.:: Le Carnet ::.
Âge du Personnage: 17 années
Profession: Cantatrice
Positionnement : Conservatrice en apparence, révolutionnaire dans l'âme
MessageSujet: Re: Un trop pleins d'entrain nuie a son environement.   Mer 16 Juin - 9:01

Il avait cette façon qu’on les militaire d’être sévère et dur dans leurs voix comme dans leurs geste. Elle se souvenait difficilement du nombre de fois ou elle avait fait ce reproche a Galan et oui il avait craqué en riant et en la chatouillant tel un jouvenceau sortit de l’enfance. Il n’avait jamais été très a cheval sur les conventions quand il s’agissait de son oiselles, comme il avait aimé a l’appeler. Une fois il s’était même testé a la poésie pour elle… ce qui elle devait bien le dire n’avait pas été une franche réussite et avait mérité quelques éclats de rire qui l’avait quand à lui contrarier.

Il confirma également ses pensées, Un Capitaine, un gradé en plus d’être militaire, deux raison de plus qu’elle soit mal a l’aise vu qu’elle se devrait en théorie d’avoir l’obligation de suivre une formation militaire d’un an… mais c’était totalement hors de question ! Tout premièrement elle ne savait pas manier la moindre arme, et c’était peu de le dire. Ensuite son art de la stratégie frôlait les pâquerettes… a la limite elle pouvait faire une excellente diplomate a condition qu’on ne l’attaque pas en personne sous peine de la voir fondre en larme. Ou était en ce cas l’intérêt pour elle de suivre ce précepte obligatoire pourtant pour les Ilédors, aussi bien mâle que femelle ?

"En effet je suis capitaine dans l'armée de notre belle patrie, je défends comme je peux nos foyer contre la vermine qui gronde à nos porte. Hum Galan Melrilfii je ne l'ai pas connu personnellement mais je sais quel destin funèbre fut hélas le sien quelqu'un de votre famille sans doute mes condoléances ma dame. La guerre est une plaie qui ronge notre pays hélas. Je prie moi-même Therdone pour ne pas perdre la vie et continuer à pouvoir jouir de ma famille et du privilège de servir notre peuple."

Un pauvre sourire apparue sur ses lèvres, elle avait eu une étrange lueur d’espoir de savoir enfin ce qu’il lui était arrivé, ou de savoir qui il était quand il quittait le manoir pour endosser son rôle de guerrier protecteur du peuple, mais incapable de se protéger lui-même et laissant une femme derrière lui faute de laisser des enfants. C’était autant un regret qu’un soulagement elle devait ce l’admettre a elle-même. Elle aurait aimée donner la vie avec cet homme, autant qu’elle n’aurait pas su comment élever ses enfants sans un père et un époux.

Elle allait répondre quand un aboiement la força à se pencher un peu pour voir derrière l’homme un chien arriver l’air joyeux. Il se permit un jappement d’indignation qui fit rire silencieusement la jeune femme. Visiblement son maitre n’avait pas partagé son bon plaisir et il en éprouvait par sa faute qu’une demi-satisfaction. L’envie de jouer avec son maitre était visiblement plus forte que celle de gambader a la poursuite des chats seuls. Quelque part cela lui rappela Asmodée, incapable de jouer seul, le chaton préférait mille fois les jupons de sa maitresses aux souris.

La façon dont il parlait de son chien fit rire une bonne fois pour toute la jeune veuve. Il parlait de l’animal comme d’un enfant, et visiblement pire que son premier quand a son besoin joueur affectif. Elle savait bien ce que se genre de chose était et ce qu’on en éprouvait … même si elle n’avait pas d’enfant elle avait un chaton exigeant et ma fois pire qu’un garnement en matière de bêtise et de demande d’attention quasi-continue.

« Nos animaux savent si bien se faire comprendre. J’ai moi-même une créature digne d’un enfant que je n’ose toute fois pas amener partout du a son jeune âge. Surtout qu’un Saros pourrait fort bien lui faire du mal puisque c’est un chaton. »


Il prit à nouveau la parole et rougit quand il lui avoua avoir entendu parler d’elle ; Sa femme était visiblement plus intéressée par le domaine artistique et y trempait même, ce qui n’était pas son cas et la jeune rousse n’avait pas besoin d’explication quand au pourquoi. La guerre n’est pas le lieu le plus propice pour y faire fleurir l’amour de l’imagination et la beauté de la vie. Il n’est que mort et désolation, ne laissant que chagrin dans son sillage.

« Galan était comme vous… mon époux aimait son art guerrier mais n’avait jamais pu apprécier pleinement le miens comme je haïssais le sien de me le prendre chaque matin et de ne me le rendre que rompu par le maniement des armes. Je n’aurais pas cru que l’armée ne me le rendrait pas du tout au final. »

Un mince sourire se dessina sur ses lèvres et elle s’accroupie, passant ses mains sous ses genoux pour placer correctement sa robe. Puis elle posa ses deux mains face au chien pour le laisser humer son odeur, portant celle d’un félin bien sur. Elle lui laissa le choix du comportement avant de finalement glisser ses mains sous ses oreilles et de le frictionner pour son plus grand plaisir sans nul doute.

« Tu es sauvage saros, s’en est effrayant ! Vil joueur et comédien !»

Un rire accompagna la jeune femme alors qu’elle s’occupait à présent de caresser le poitrail de l’animal. Une question pourtant tournait et retournait dans l’esprit de la jeune femme sui se fit plus sérieuse sans pour autant délaisser son activité papouillage sur l’animal.

« N’avez-vous jamais peur ? Peur de laisser vous aussi une veuve… et pour vous des enfants, derrières vous si jamais la guerre vous prenait comme éternelle compagnon ? Je sais que les guerriers n’ont pas peur de la mort… mais j’aurait aimée comprendre comment vous viviez cette chance de tout laisser et de disparaitre…»

Chercher à comprendre un peu plus son époux n’était pas pour lui déplaire. Toute fois sa question était déplacée et elle fini par reprendre d’un air plus guilleret.

« Que faisiez-vous ici d’ailleurs ? Je nous croyais en pleine lutte contre… un partit adverse en terme d’idée et de pensée. »

Oui elle allait éviter de parler des révolutionnaires dont elle partageait l’idée mais pas les manières. Une non intégrée en somme et c’était mieux ainsi. Elle n’avait rien à voir avec ses gens incapable de prôner leurs idées sans avoir affaire a la violence… il n’était pas bien plus évoluer que les conservateur aux manières douteuse. Tuer ceux n’étant pas en accord avec les lois n’était certainement pas la manière la plus juste de juger les gens…


Dernière édition par Aliénora Melrilfii le Lun 21 Juin - 14:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Phaedan Indaril
Ilédor
Ilédor
avatar

Nombre de messages : 361
Age : 32
Date d'inscription : 07/04/2010

.:: Le Carnet ::.
Âge du Personnage: 32 ans
Profession: Commandant dans l'armée
Positionnement : Dissident/contre-révolutionaire
MessageSujet: Re: Un trop pleins d'entrain nuie a son environement.   Jeu 17 Juin - 2:45

Phaedan vit le sourire triste et devina aisément quel pouvait en être la cause , la part de mystère qui entourait la vie de miltaire devait la tourmenté elle devait se poser un bon nombre de question .

Cette situation il la connaissait fort bien il vivait la même chose .
Phaedan ne parlait jamais énormément de son travail ou ne citait que les détails triviaux ou encore inventait des histoire épiques pour ses enfants .
Mais jamais il ne racontait les combats dans lesquels il avait tué ceux et celles de son propre peuple.

Phaedan tout en prenant un air un peut désolé lui dit d'une voix toujours grave

"Vous savez si vous connaissiez l'unité dans laquelle votre mari à servi je pourrait me renseigner pour vous sur son sujet. Certes cela ne vous le ramènera pas et j'en suis désolé mais peut être que cela apaisera votre âme de savoir quel homme d'arme il à été ?."


« Nos animaux savent si bien se faire comprendre. J’ai moi-même une créature digne d’un enfant que je n’ose toute fois pas amener partout du a son jeune âge. Surtout qu’un Saros pourrait fort bien lui faire du mal puisque c’est un chaton. »

Phaedan répondis d'un ton complice tout en gardant son sérieux.

"Ho oui ça je suis parfaitement d'accord avec vous dame Melrilfii Saros et moi ne parlons à l'évidence pas le même langage et pourtant il communique avec moi sans difficulté aucune.
Quand à votre chaton il est vrais qu'il doit être encore jeune , Saros n'est pas méchant mais il pourrait effectivement le blessé par mégarde en voulant joué."


Il prit à nouveau la parole et rougit quand il lui avoua avoir entendu parler d’elle ; Sa femme était visiblement plus intéressée par le domaine artistique et y trempait même, ce qui n’était pas son cas et la jeune rousse n’avait pas besoin d’explication quand au pourquoi. La guerre n’est pas le lieu le plus propice pour y faire fleurir l’amour de l’imagination et la beauté de la vie. Il n’est que mort et désolation, ne laissant que chagrin dans son sillage.

« Galan était comme vous… mon époux aimait son art guerrier mais n’avait jamais pu apprécier pleinement le miens comme je haïssais le sien de me le prendre chaque matin et de ne me le rendre que rompu par le maniement des armes. Je n’aurais pas cru que l’armée ne me le rendrait pas du tout au final. »

En entendant ses mots Phaedan même s'il tentait de ne pas le monter eux un pincement au cœur.

"Vous savez mon art s'apparente plus à l'art de survivre pour revoir ceux qui me sont cher ainsi qu'à l'art de garder en vie ceux et celle sous mon commandement.


"Pour comprendre l'art des armes il faudrait que vous voyiez notre maitre d'arme Sheamus voila un véritable artiste qui fait virevolter ses armes dans un balais qui parait pratiquement infini .
J'en viens même parfois à me demander si Sheamus viens bien de notre monde."


Un mince sourire se dessina sur ses lèvres et elle s’accroupie, passant ses mains sous ses genoux pour placer correctement sa robe. Puis elle posa ses deux mains face au chien pour le laisser humer son odeur, portant celle d’un félin bien sur. Elle lui laissa le choix du comportement avant de finalement glisser ses mains sous ses oreilles et de le frictionner pour son plus grand plaisir sans nul doute.

« Tu es sauvage saros, s’en est effrayant ! Vil joueur et comédien !»

Un rire accompagna la jeune femme alors qu’elle s’occupait à présent de caresser le poitrail de l’animal. Une question pourtant tournait et retournait dans l’esprit de la jeune femme qui se fit plus sérieuse sans pour autant délaisser son activité papouillage sur l’animal.

« N’avez-vous jamais peur ? Peur de laisser vous aussi une veuve… et pour vous des enfants, derrières vous si jamais la guerre vous prenait comme éternelle compagnon ? Je sais que les guerriers n’ont pas peur de la mort… mais j’aurais aimée comprendre comment vous viviez cette chance de tout laisser et de disparaitre…»

Phaedan répondit d'un ton calme et ferme

" Hum peur non je n'y pense pas tout simplement c'est ma façon de faire je fais tout pour survivre .Je me dis que parmi tout mes devoir le plus important est de survivre pour ma famille mais aussi pour pouvoir continuer à nous protéger de la violence des autres.

Quand je vois ma femme et mes enfants je me dis que je dois faire tout mon possible pour les préserver de cette violence et que c'est à moi d'encaisser cette violence , d'un certaine manière je me sacrifie pour que jamais ils n'y soient confrontés.
Ma femme est un peux comme vous et je voudrais pas que l'éclat de sa joie de vivre soit ternis par cette violence gratuite et mesquine.

Car vous vous en doutez on est loin d'un bagarre de poivrot à la sortie d'un taverne.
Ce qui me désole le plus c'est que nous ayons à nous battre contre notre peuple.
C'est à se demander si les gens sont à ce point bête qu'ils ne peuvent résoudre leur problème autrement que par la violence.
Finalement ce contre quoi nous nous battons est la bêtises et la mesquinerie.

Car ces révolutionnaire ne vous y trompez pas , derrière leurs beaux discours se cache une envie de détenir le pouvoir, rien de plus.

Puis Phaedan marqua une pause avant de reprendre.

Quand à mes hommes je fait de mon mieux pour qu'ils reste en vie afin que leur famille n'aient pas à identifier leur corps.
Jusque la ça marche mais ce n'est pas une tâche aisée , ça je peux vous l'assurer ma dame"


Chercher à comprendre un peu plus son époux n’était pas pour lui déplaire. Toute fois sa question était déplacée et elle fini par reprendre d’un air plus guilleret.

« Que faisiez-vous ici d’ailleurs ? Je nous croyais en pleine lutte contre… un partit adverse et terme d’idée et de pensée. »

"Mon unité est actuellement en permission ils nous ménagent pour les combats à venir je dois avouer que c'est une sage décision car les combats sont de plus en plus tendu.
Je faisais quelque course car ma femme prépare le repas mais à besoin de plusieur ingrédient car demain nous recevons Sheamus pour déjeuner peut être accepteriez vous de vous joindre à nous ?
cela me ferais plaisir et ma femme serait par la même occasion ravie à coup sur. "


En attendant une réponse Phaedan ramassa un morceaux de bois qui trainait par terre puis il regarda Saros qui frétillait de la queue puis lorsqu'il aboyât Phaedan lançât le bâton au loin .


Dernière édition par Phaedan Indaril le Mar 22 Juin - 10:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aliénora Melrilfii
Ilédor
Ilédor
avatar

Nombre de messages : 76
Age : 31
Date d'inscription : 16/05/2010

.:: Le Carnet ::.
Âge du Personnage: 17 années
Profession: Cantatrice
Positionnement : Conservatrice en apparence, révolutionnaire dans l'âme
MessageSujet: Re: Un trop pleins d'entrain nuie a son environement.   Lun 21 Juin - 14:55

Elle ne lui avait demandée qu’une réponse simple, elle eut a la place un monologue partant dans des recoins qu’elle n’était pas prête a entendre de la part d’un membre de l’armée, somme toute un conservateur. Car voila, en lisant dans les grandes lignes, écoutant chaque mot… ce n’était pas un conservateur qui était devant elle… pas plus qu’un révolutionnaire ou un dissident… mais un républicains, c’était pire ! Il avait remis en doute le fondement du pouvoir des conseillés. Un roi en était mort pour moins que ça…

Ce qui était plus tordu encore c’était qu’il l’avouait a une inconnu, une femme qui pouvait le dénoncer ou non. L’impression soudainement de peur prit le pas sur celui de la gêne, car si on la voyait avec une tel personne, elle pourrait être prise pour une traitresse et elle n’avait ni rang ni métier pour réellement la protéger de se genre de personne. Elle se contenta de ne rien redire à cela, préférant garder chacune de ses impressions pour elle-même.

Car oui, cela pouvait tout aussi bien être a piège, cherchant ainsi a dévoiler une traitresse la ou un autre n’aurait rien retenu. Mieux valait peser et même sous peser ses paroles plutôt que de faire un seul faux pas. Surtout que la belle avait grandement à y perdre, étant une révolutionnaire dans l’âme, il ne lui faudrait pas grand-chose pour se faire avoir et finir sur la potence ou le gibet.

Mais pour qu’aucun silence lourd de sens ne s’imposa, elle trouva une dérive dans un sujet différent, une question quand a sa présence. Oui elle fit exprès de ne pas prononcer de clan adverse, préfèrent le laisser voir ce qu’il souhaitait voir et ainsi ne pas risquer de finir avec un collier de chanvre un peu trop serré a son gout. Surtout que ses derniers était, parait’ il, particulièrement désagréable et irritant pour les peaux délicate comme la sienne… elle avait de plus une sainte horreur des bijoux, aussi peu ornemental soit’ il.

Il lui dévoila la raison de sa présence, un peu de repos avant les combats particulièrement virulent qui l’attendait. Le repos du juste en somme. Aliénora, toujours aussi tendu qu’une corde d’arc, écoutait et cherchait un moyen de s’esquiver sans esclandre. Et se moyen il le lui offrit en lui apprenant qu’il recevrait quelqu’un avec sa femme et qu’il l’invitait cordialement à se joindre a eux. Déglutissant paisiblement, elle chercha ses mots et les trouva sans trop de difficulté.

« Et bien, il se trouve que j’espère pouvoir me libérer. Le directeur du théâtre, Le seigneur Ralonii souhaitait s’entretenir avec moi de quelques sujets important quand a mon avenir au sein de l’établissement. Ce n’est que partit remise cependant. Toutefois je me trouve obligée de vous abandonnée, l’heure se fait tard et je me dois de retrouver la maisonnée pour donner mes directives quand a la nourriture que je désire se soir. Sur ses bonnes paroles je vous dis Au revoir et à bientôt peu être. »

Ou peut être pas ! Parce qu’après d’être inclinée, elle reprit sa route vers sa demeure et ne s’y arrêta qu’une fois en lieu sur. La seule certitude… c’est que se soir son esprit allait être plus qu’actif et que demain… il lui faudrait aviser le comportement à tenir pour ne pas finir accusée a cause d’un Capitaine un peu trop léger dans ses propos.

[fini pour moi]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Phaedan Indaril
Ilédor
Ilédor
avatar

Nombre de messages : 361
Age : 32
Date d'inscription : 07/04/2010

.:: Le Carnet ::.
Âge du Personnage: 32 ans
Profession: Commandant dans l'armée
Positionnement : Dissident/contre-révolutionaire
MessageSujet: Re: Un trop pleins d'entrain nuie a son environement.   Mar 22 Juin - 14:00

Alors que Phaedan exposait son point de vue tout en répondant à son interlocutrice un long silence s'installât. Phaedan qui exposait combien il détestait les dissidents comme les révolutionnaire se dit que si la jeune femme se taisait c'est qu'elle ne voulait pas exposer son point de vu qui devait être différent.
Pas besoin de parole son silence parlait pour elle.

Ses pensées furent confirmée par le temps que prit la jeune femme pour répondre signe qu'elle choisissait surement ses propos avec la plus grande des attention. Certainement une stratégie pour ne pas éveiller les soupçons.

Mais Phaedan n'était pas dupe et s'il pouvait mettre hors d'état de nuire un élément perturbateur de plus il ne s'en priverais pas.

Phaedan se contentât de répondre d'une façon ferme mais qui lassait percevoir une certaine déception.

"Je comprends vous être surement très occupée ou avais-je la tête.
Vous avez certainement d'autres activités qui accaparent votre temps.

Je ne vais pas vous déranger plus longtemps j'ai encore quelque course qui m'attendent passé une bonne journée."


Phaedan s'éloigna alors qu'Aliénora Melrifii faisait de même . Saros aboya pas mécontent de retrouver la route.

The end
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un trop pleins d'entrain nuie a son environement.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un trop pleins d'entrain nuie a son environement.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Regardez ça aller. Est-ce que je tire trop fort sur la laisse de l'animal?
» FIDJI canichou abricot 17 ans abandonné car trop vieux (76)
» [Foret] Cette chasse est gardée et il y a un prédateur de trop ici... [PV: Len Tsukimori & Lena Carter]
» un site ke trop crampant XD
» Jeux vraiment trop drole!!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Tables d'Olaria :: Introduction à Olaria :: ♦ Les chemins de la vérité :: ♦ Quinze ans plus tôt :: Ville Haute :: Les Nobles Quartiers :: L'Etoile-
Sauter vers: